A la Une

Les Fatals Picards au Cabaret Sauvage

Mardi 28 février 2012, 19h30, Parc de la Villette, Cabaret Sauvage.

Devant la salle de concert se dresse une file d’attente assez impressionnante, qui pourrait en faire fuir plus d’un. Et pourtant la foule n’en démord pas, elle reste là, empreinte d’un doux mélange de patience et d’impatience. Hormis le nombre de personnes présentes, on ne manque pas de remarquer la diversité du public rassemblé. Familles au complet, adolescents, trentenaires, quadra motivés et au delà. Mais qui peut brasser une foule aussi nombreuse et diversifiée ? Il s’agit d’un groupe que l’on connait bien à Save My Brain, un groupe qui depuis plusieurs années rempli les plus grandes salles de France et de Navarre, sans pour autant bénéficier d’une grande couverture médiatique: Les Fatals Picards. Les «Fatals» n’ont pas besoin de cela, hormis quelques buzz comme la chanson sur la mort de Johnny ou leur participation à l’Eurovision, ils se sont forgés une réputation de bêtes de scène au fil de leurs nombreux concerts, partout dans l’hexagone mais aussi en Belgique et au Québec.

Forts de leur dernier album Coming Out sorti le 14 mars 2011, les Fatals ont entamé une nouvelle tournée qui ce soir les amène jusqu’au Cabaret Sauvage. C’est dans une ambiance décontractée que le concert commence après les premières parties de Bagdad Rodéo et Le Vrai Terrien (gagnant du concours Plemi.com), qui ont bien chauffé la salle.

Nouveau set mais avec les mêmes acteurs : Laurent (et sa moustache) à la guitare, Jean-Marc à la batterie, Yves à la basse et Paul au chant. Le concert débute avec Noir(s), medley de plusieurs chansons sur le thème de l’Auvergnat de Brassens, reprenant Salut à Toi des Berruriers Noirs, Comme elle Vient de Noir Désir ou encore Mala Vida de la Mano Negra. Un hommage à tous les anarchistes de la chanson qui sonne bien le thème de la soirée : du rock, de la bonne humeur et une tendance politique plutôt à gauche, clairement même.

Pour les fans de la première heure, on retrouve ensuite Les Bourgeois qui renvoie aux premiers albums des Fatals (Picardia Independenza, en l’occurence). Mais la majorité du set est un savoureux mélange de chansons du dernier album (Coming Out, Hasta XXL, La France du Petit Nicolas ou le Retour à la Terre) et de ses prédécésseurs : Le Sens de la Gravité (C’est l’Histoire d’une Meuf, Prince du Parc, Le Combat Ordinaire ou encore Boom,hommage poignant au groupe Superbus) et Pamplemousse Mécanique (Bernard Lavilliers, Punk à Chien ou encore Mon Père était tellement de Gauche).

Le mélange des différents albums ne dérange aucunement, le set est bien construit, tout en puissance et en énergie. Le public novice peut découvrir tout le panel artistique des Fatals, qui dénoncent, se moquent, pointent du doigt et abordent des thèmes socio-politiques avec toujours autant de talent, d’humour et de punch ! Au milieu d’un concert bien rock’n’roll, une petite session acoustique permet de découvrir la voix de Jean-Marc, le batteur, qui reprend Mon Père était tellement de Gauche avec passion, ou encore L’amour à la Française dans une version tout en douceur. On remarque que beaucoup d’anciennes chansons ont été revues musicalement, avec des couleurs musicales plus rock, sans pour autant en changer la trame principale. Les transitions alambiquées de Paul ont parfois du mal à passer, mais elles font partie du show des Fatals! Le public semble ravi et reprend souvent en coeur les paroles, parfois même avant Paul qui en perd le fil! Ecouter les Fatals Picards donne toujours autant de baume au coeur, à en voir les sourires, à écouter les commentaires du public ou à en sentir l’odeur de transpiration.

Bref, si vous êtes amateurs de rock, d’humour grinçant et de chanson française, Les Fatals sont une valeur sûre pour passer une bonne soirée, ce qui fut le cas au Cabaret Sauvage. Ils seront prochainement à la Cigale, le 11 mars, et un peu partout en France (les dates sont annoncées jusqu’en décembre 2012). A coup sur ils passeront près de chez vous! Et je n’ai qu’un conseil à vous donner, courez-y!

A écouter:
Le Combat Ordinaire
Mon Père était tellement de Gauche
Coming Out
C’est l’Histoire d’une meuf

http://www.fatalspicards.com/

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Mathieu
    6 mars 2012 at 17:00

    Très sympa ton article. J’espère qu’il donnera envie à ceux qui ne connaissant pas les Fatals de les écouter !
    A très bientôt à un prochain concert alors !
    Mat

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.