Cinéma

The Lady

The Lady, c’est Aung San Suu Kyi, devenue le symbole de la démocratie dans son pays d’origine : la Birmanie.

Ce film de Luc Besson, sorti le 30 novembre au cinéma, commence sur le coup d’état de 1947 lorsque le père de Suu Kyi, le général Aung San se fait assassiner. L’action se termine sur le futur massacre des moines birmans en 2007 descendus dans les rues pour manifester pacifiquement.

L’actrice chinoise Michelle Yeoh incarne cette femme d’exception, Prix Nobel de la Paix en 1991, dans une prestation stupéfiante, dirigée par le réalisateur Luc Besson. Etant allée jusqu’à apprendre à parler le birman, l’actrice a largement travaillé son personnage et la ressemblance avec la dame birmane, de la gestuelle aux expressions, est étonnante de
réalisme.

Interdits de filmer en Birmanie, Luc Besson et son équipe ont dû tourner en caméra cachée dans le centre de Rangoon, puis déplacer l’équipe en Thaïlande. Certaines scènes ont ainsi pu être reconstituées avec exactitude, comme lors du premier discours de Suu Kyi devant le peuple.

Mariée et vivant en Grande-Bretagne, l’entrée en politique d’Aung San Suu Kyi commence en 1988 quand elle retourne en Birmanie s’occuper de sa mère vieillissante. Le général Ne Win alors au pouvoir de la junte politique réprime le peuple violemment, et Suu Kyi assiste alors à des scènes de manifestations qui la secoueront. A partir de ce moment, elle prend en main l’héritage politique de son père et crée son parti : « La ligue Nationale pour la Démocratie ».

Mais plus que la vie d’une femme engagée, son histoire d’amour avec son mari anglais, Michael Aris (incarné par l’acteur David Thewlis) avec lequel elle a deux enfants, tient un rôle primordial dans cette histoire. A travers les années, rien ne fera vaciller l’amour infini entre ces deux êtres, pas même la séparation, l’absence, l’isolement et l’inhumanité d’une junte politique toujours en place en Birmanie. Aujourd’hui encore Suu Kyi reste loin de sa famille. The Lady devient donc moins le récit d’un combat politique qu’une histoire d’amour entre deux personnes séparées. Pourtant, malgré cette histoire d’amour hors du commun, le spectateur assiste dans une large émotion de dignité et de courage au destin d’une dame qui sacrifiera son bonheur personnel pour celui de son peuple.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    valou
    13 décembre 2011 at 11:55

    Ce film est d’une grande justesse…et important à voir pour tous ceux croyant que les droits de l’homme sont acquis partout dans le monde…la bataille pour qu’ils soient respectés n’est pas encore prête à se terminer…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.