Pourquoi les dames doivent passer en premier dans le privé et pas en public ?

La galanterie, mesdames et mesdemoiselles, est quelque chose qui se perd. Considérée comme archaïque il y a quelques années, suite à la volonté du « on est tous égaux », elle revient cependant en force…. Et je dois avouer que ce n’est pas pour me déplaire… Vestige d’une éducation révolue dans le bas peuple, je m’échinais à perpétuer cette pratique désuète, mais que vous kiffez grave ! (oui, je parle le jeune). Mais, un soir, lorsque j’eus enfin l’audace d’inviter une demoiselle à dîner dans un très bon resto que je connais, elle me fit remarquer que c’était à elle de rentrer la première. Offusqué par cette ineptie, j’entrepris aussitôt de lui expliquer l’historique de cette pratique, ce qu’elle comprit aisément, étant donné mes grandes qualités de pédagogue (aidées de ma voix suave et charnelle qui vous fera toutes fondre), ainsi que sa volonté sans faille de dévorer une bonne entrecôte à la béarnaise.

Cette pratique remonte au temps du bon roi Henri le Quatrième (roi de France de 1589 à 1610). A cette époque, ça allait mal en France. Catholiques et protestants s’étripaient à qui mieux mieux, la France, « fille aînée de l’Eglise », ne pouvant supporter l’hérésie sur ses propres terres. Une guerre civile de plus de 30 ans mit le pays à feu et à sang. Les Grands seigneurs n’étant pas à l’abri des assassinats : ainsi le chef protestant Coligny fut assassiné la nuit de la Saint Barthélémy avec 3 000 protestants. Le duc de Guise, chef catholique fut assassiné à son tour quelques années plus tard, puis ce fut le tour du roi de France Henri III, assassiné par Jacques Clément (faisant de lui le premier roi assassiné en presque 800 ans).

Pour pallier à ce risque grandissant, Henri IV, protestant devenu catholique et successeur d’Henri III, et surnommé le « Vert Galant » en raison de ses multiples aventures extra conjugales, inventa une règle bien simple pour sauver sa peau : puisque les encadrements de portes étaient des endroits sombres où pouvait se planquer un meurtrier, il décida que les femmes qui l’accompagnait devaient passer les premières, sans bien entendu leur dire la véritable raison de cette politesse (ça aurait sûrement pris trop de temps, vous connaissez les femmes ?). Mais, dans un lieu public, où l’on sait que ce sont de joyeux compagnons qui attendent derrière la porte, le roi devait passer en premier, pour que la beauté de la dame n’occulte pas la majesté qui la suivait (et aussi pour éviter les regards concupiscents qui auraient pu s’abattre sur elle). Bon, ça n’a pas empêché ce bon roi Henri de se faire dessouder, n’ayant pas prévu les règles de la galanterie entre hommes dans une calèche.

Comme Le roi est un modèle pour sa noblesse (les jeunes nobles ne voulant pas se faire piquer leurs femmes par le roi), et la noblesse étant elle-même un modèle pour la société, cette pratique s’est répandue dans toutes les couches de la société, afin d’être utilisée si un homme veut conclure dans le foin avec son adorée.

Voilà, mesdames et mesdemoiselles, pourquoi vous passez la première dans le privé et non en public. Ce n’est pas par politesse, juste par précaution. Elle est belle la galanterie, hein ?

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Jérôme dit :

    Ah bin, elle est belle la parité, l’égalité entre les sexes!^^

  2. Toto dit :

    Euh moi il me semblait bien que la raison pour laquelle le mec rentre le premier dans le restaurant, c’est tout simplement parce que c’est lui qui paye.

  3. Un petit coucou à se blog où j’aime revenir sans modération…

    Bon jeudi….

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.