Culture et confiture

C’est quand la fin du monde ?

Depuis quelques mois maintenant, on nous rabâche les oreilles avec la fin du monde. Et là, à une semaine du délai final (le 21/12/2012), une sourde inquiétude croît entre les courses de Noël et les résultats du championnat de football. Le monde va-t-il vraiment s’effondrer sous nos pieds ? Va-t-on voir une météorite nous tomber dessus ? Ce serait vachement plus cool que la neige ! Finirez-vous votre passage dans cette vie seule et désespérée ? Mais non, je suis là !

QUAND EST-CE QUE C’EST LA FIN DU MONDE ?

D’après le calendrier maya, l’année 2012 marque la fin d’un cycle long de 5125 ans. Les Mayas sont un peuple d’Amérique centrale qui régnait sur le sud du Mexique. Ils vivaient selon 3 types de calendriers : le calendrier Tzolk’n (calendrier rituel de 260 jours), le calendrier haab (calendrier solaire de 360 jours) et enfin le compte long, dont le point de départ remonterait au 12 août 3314 avant Jésus Christ. Il permettait aux rois de se situer dans un contexte mythico-historique. Le cycle était basé sur le nombre 20 : Il était constitué de mois de 20 jours. Il y avait 18 mois dans une année (et non pas 20), un katun était composé de 20 années, un baktuns de 400 ans (20 fois 20 ans).

En 1980, la découverte d’un glyphe sur le site de Tortuguero (Mexique) définit la date de fin de cycle de ce compte long. Sur ce glyphe, on trouve la fin d’un cycle de 13 baktuns (13 fois 400 années de 360 jours), soit environ 5126 de nos années. Ajoutons les au point de départ, la date de fin du cycle est donc le 21 décembre 2012. Mais qu’est ce que les Mayas avaient prévu qu’il nous tombe sur le coin de la tronche ?

Le 21 décembre 2012 ne marque pas la fin du monde mais la fin d’un cycle. Au 22 décembre, nous ne ferons rien de plus que de recommencer un nouveau cycle dans la joie et la bonne humeur. De plus, nous manquons encore de beaucoup d’informations sur les Mayas. Leur civilisation brillante commença à disparaître vers 950 après Jésus Christ. Lorsque les Conquistadors arrivèrent au XVIè siècle, les prêtres catholiques firent copieusement brûler les rares traces écrites qui existaient encore. Les découvertes de ces dernières années sur des stèles retrouvées dans la jungle ont cependant beaucoup fait avancer la connaissance de ce peuple.

En clair, lectrices de mon cœur, vous aurez encore longtemps la possibilité de me vouer un culte sans partages. Alors, heureuses ?

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.