Humeurs Je n'ai pas testé pour vous

Le DIY

Une des grandes tendances depuis quelques temps maintenant, c’est le DIY. Non pas le Débile Igloo du Yéti. Ni le Dictionnaire Illustré Yougoslave. Et certainement pas le Dinosaure Inventeur du Yop. Non, DIY, ça veut dire « Do It Yourself ». « Fais-le toi-même » quoi. Le DIY pour les gens hypes, c’est le concept de se servir de ses dix doigts pour créer tout un tas de choses diverses et variées : bijoux, vêtements, scrapbooking, et j’en passe. Encore faut-il être doué de ses dix doigts.

En surfant sur des blogs déco, sites de créations diverses et variées, et autres plateformes de boutiques communautaires où on peut trouver de tout et n’importe quoi du moment que c’est fait main, on se dit « ça, je peux le faire moi-même ». La motivation principale étant bien souvent le prix à trois chiffres affichés par beaucoup de créateurs qui comptent certainement nous arnaquer rentabiliser ainsi leur matière première. C’est design, c’est tendance, donc ça coûte cher. CQFD. Mais après tout, s’ils le font eux, je peux bien y arriver moi aussi, non ?

Comment définir son périmètre d’action?

Les bijoux en pâte Fimo ?
Après avoir retrouvé des bagues macaron, des colliers hiboux et des boucles d’oreilles tablette de chocolat dans environ 90% des boutiques etsy*, je me dis qu’il faudrait changer de thème. Je vais révolutionner le monde de la pâte à modeler fashion. Sauf qu’à part faire des petits boudins colorés entre mes doigts depuis une heure, force est de constater je ne sais pas façonner grand-chose d’autre.

Les fringues ?
Assembler deux bouts de tissu avec du fil, ça ne doit pas être bien compliqué. Mais finalement, je serais tentée de dire que si.

Les doudous?
Encore de la couture. J’ai beau espérer d’arriver à ce genre de résultat, au final, mes doudous ressemblent plutôt à ça.

Les serre-tête ?
Brasser, coller, nouer des rubans, fastoche. Plus tard, je serai fournisseuse officielle de Blair Waldorf. Ou pas.

Les écharpes en laine ?
L’investissement de 50 pelotes aux couleurs arc-en-ciel s’est révélé jouissif sur le moment. Sauf que j’ai beau chercher, les pelotes ne se sont jamais tricotées toutes seules. Au pire, je peux toujours ouvrir une succursale Phildar.

Les barrettes pour cheveux?
Oui mais non. Et puis c’est so 2009 les barrettes.

Les boîtes customisées?
Après avoir réussi à coller le decopatch sur le bureau plutôt que sur la boîte, en renversant le pot de colle au passage, m’être découpée deux trois doigts au cutter, et peint quelque chose qui était sensé ressembler à une fleur et que tout le monde a pris pour un cochon, j’ai décidé que ma carrière dans ce domaine venait de s’achever avant même d’avoir commencé.

Les cartes de voeux fait maison?
cf ci dessus. Tant pis, ma famille et mes potes auront droit à une carte industrielle avec une bonne blague bien débile. Je tiens à mes doigts.

Les bougies?
J’y ai gagné une casserole flinguée et mes moules Mako Moulage du Roi Lion ont mystérieusement fondus avec la cire chaude. Comprends pas.

En fin de compte, que le premier qui n’a jamais pensé « je peux le faire moi-même » en tombant sur un concept simple et ingénieux me jette le premier pot de colle Cléopâtre. Mais parmi tous ces gens qui prétendent faire des miracles avec leurs petites mimines, combien ont réellement assez de talent pour réaliser eux-mêmes leur DIY? (Non, toujours pas Dracula Imitant un Yack, non).

*etsy: plateforme de boutiques en ligne, où la plupart des gens proposent des choses faites main.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.