Humeurs Je n'ai pas testé pour vous

La tecktonik

Mais qu’est-ce que c’est la tecktonik ?

Selon Wikipédia, il s’agit de l’étude des structures géologiques d’échelle kilométrique et plus, et des mécanismes qui en… STOP ! Appuyez sur Rewind et rembobinez la cassette. Cette tectonique-là est dépassée. Non, aujourd’hui, on parle de la Tecktonik avec deux « k », car ainsi, « l’impaKt » n’en est que plus fort.

Alors qu’est-ce que la Tecktonik avec deux « k » ?

C’est une danse, je dirais même que c’est LA danse. Celle qui nécessite un pantalon nouvelle peau, car plus il est moulant, mieux on voit les mouvements. En jean ou non, le plus important c’est qu’il ait du stretch, car quand vous levez la jambe, le but est de la décoller de plus de 5 cm du sol.

Mais le pantalon n’est pas suffisant mes amis ! N’oubliez pas la fameuse et légendaire coiffure de footballeur des années 80 : court et faussement décoiffé au-dessus du crâne, et long derrière, caressant érotiquement la nuque. Et pour un effet dans le vent, pensez à vous faire une permanente. Comme modèle à montrer à votre coiffeur, le clip du remix de Yelle « A cause des garçons », ou une photo de Trifon Ivanov le footballeur bulgare. Bon, j’avoue, vous avez aussi droit à la crête, mais c’est tellement moins audacieux.

Ensuite il y a le tee-shirt, si possible fluo ou/et à motifs. Oui, il ne suffit pas de danser, il faut aussi qu’on vous voie danser. Et si vous trouvez des tee-shirts phosphorescents, pensez à en prendre plusieurs, car vos compatriotes danseurs vont vous envier. Qui aura le plus « d’impaKt » en boîte de nuit dans le noir ? C’est vous !

Et pour finir, tout ceci n’est rien si vous n’avez pas les chaussures adéquates. Confortables ? Non, c’est secondaire. Elles doivent s’harmoniser avec le reste de la tenue. Alors allez-y messieurs dames, jetez toutes vos chaussures de ville, vos nu-pieds et vos tennis de jogging, et investissez dans LA basket. Entre la Converse ou la slip-on de Vans, vous avez le choix. Allez faire un tour sur « la boutique à la mode Tecktonik » en ligne (http://tecktonik.zlio.net/), et avec votre look, vous pourrez apprendre à danser la Tecktonik, car plus qu’une façon de se mouvoir, c’est un style, une image, que dis-je, un reflet de ce que vous êtes.

Et pour les professionnels de la Tecktonik, vous pouvez aussi alimenter votre tenue en vous trouant le nez, la langue, l’arcade sourcilière ou le téton. Abusez des piercings fluos ! Un petit tatouage ne vous fera pas de mal, et en plus si vous avez la sono, on ne pourra que se prosterner devant vous.

Alors voilà, vous êtes parés, fins prêts à apprendre à danser la Teckonik. Mais, avant, revenons un peu aux racines de cette étrange danse.

D’où vient le nom ?

De « Tecktonik Killer ». Malheureusement, le tueur de Tecktonik n’existe pas. Oui, vous pouvez essuyer cette larme de joie qui coule sur votre joue, parce que « Tecktonik Killer », c’est en fait un type de soirée organisée au Metropolis, la joyeuse discothèque parisienne adepte de la techno et du hardstyle : tendres musiques belges. Le hardstyle, il s’agit tout simplement d’un type de musique proche de la Transe mais au tempo plus lent que la Techno Hardcore, en d’autres termes, tout un programme dans lequel « douceur » ne sera pas le maître mot.

Grâce à ces soirées à succès (si si je vous assure), la « Tecktonik » n’est pas restée ancrée dans le seul esprit des adeptes du Metropolis, ce nom est tranquillement mais sûrement devenu une marque de vêtements, une boisson énergétique, une compilation de hardstyle… Argh, mais c’est une invasion ma parole !

Puisque la fourmi vous a gentiment habillé et vous a brièvement enseigné l’historique de la Tecktonik, « dansez maintenant » !

Prenez le Jumpstyle, jolie danse belge enchaînant successivement des pas de danse précis, et je dois vous l’avouer, le mot « jump », ce n’est pas juste pour faire joli. Lorsque vous serez à bout de souffle, vous aurez tout le loisir de vous achever et de vous asphyxier, mais avec grâce, avec le hard jumpstyle, plus rapide et plus propice à la suffocation.

Vous avez intégré le Jumpstyle ? Alors adaptez-le. N’hésitez pas à vous désarticuler et à accélérer progressivement les mouvements. Vous perdez un bras ? Pas de problème, avec un petit mouvement de jambe, un petit saut, une flexion, et une caresse dans les cheveux, vous le ramasserez facilement et agilement ; le tout en restant dans la mouvance Tecktonik. Vous vous sentez fébrile ? Vous êtes hors de contrôle ? On vous surprend dans des gesticulations frénétiques ? Ne vous tracassez pas, vous avez atteint la perfection Tecktonicienne (rien à voir avec une nouvelle ethnie extraterrestre).

Vous n’avez pas de voiture pour aller en discothèque et la dernière fois que vous avez essayé chez vous, votre chat en porcelaine, la vase de la dynastie de Qin se sont cassés ? Une fois de plus, l’avantage qu’il y a avec cette danse, c’est que vous pouvez l’effectuer partout. Il y a une longue file d’attente à la Caisse d’Epargne ? Dansez. Vous attendez votre cher et tendre -qui n’est plus cher ni tendre car en retard- devant la porte d’un café, embourbée sous la neige ? Dansez !

Vous n’aimez pas danser seul ? N’hésitez pas à grimper sur les épaules de votre compagne ou de votre compagnon, ou enserrez-le à la taille avec vos jambes musclées, ça sera plus amusant.

Maintenant, suivez-moi, je vais vous apprendre le mouvement phare de la Tecktonik. C’est parti. Votre bras enveloppe sensuellement votre tête, votre main s’engage vers l’oreille et glisse délicatement sur la nuque, pour se risquer vers l’autre oreille. Pour résumer, faites comme si vous vous mettiez du gel dans les cheveux, mais jamais sans le rythme de la hardtech.

Maintenant que vous avez une parfaite maîtrise de la danse, savez-vous qu’il existe des battles ? Alors, allez-y battez-vous pour montrer qui est le meilleur en désarticulations plus ou moins harmonieuses. En plus, votre incroyable narcissisme pourra être mis en exergue car vous serez filmés, ainsi vous pourrez exhiber vos performances et échanger avec vos amis, idées, découvertes et réussites. Quoi de mieux pour devenir encore plus… branché ?

J’étais déjà peu enthousiaste à l’origine, mais j’ai malgré tout cherché des cours de Tecktonik. Mes recherches n’ont -malheureusement ?- pas abouti et je n’ai donc pas pu tester pour vous la Tecktonik. Mais est-ce une réelle perte ? Je suis allée sur youtube pour m’imprégner de l’atmosphère Tecktonik mais il faut croire que je suis peu, voire pas du tout réceptive à cette nouvelle mode, car je n’ai vu que des personnes aux coiffures ringardes qui gesticulaient fébrilement sur une musique qui ne me touche pas. Toute ma bonne volonté était présente, mais je regardais, l’air blasé, de la compassion dans les yeux, des personnes qui se prennent -un peu trop- au sérieux, sur une danse qui me donne juste envie de rire comme une truie, Uiiiiii uiiiiiii.

Comment une danse qui ne touche qu’un nombre restreint de personnes, qui plus est dépassant rarement les 25 ans, peut-elle avoir autant de succès ? Avez-vous vu, vous, des gens danser la Tecktonik dans la rue ? Moi non. En boîte ? La Tecktonik, véritable phénomène de mode, ou véritable phénomène de foire ? Ce n’est plus de la publicité, c’est un embrigadement. Ils vont nous achever avec cette ancienne nouveauté, qui, espérons-le, ne fera pas trop long feu…

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    boukli
    14 décembre 2009 at 0:17

    SLT J VEAU APRENDRE A DANCé la tek car j c pas et j’aimerai savoire cm svp c urgent

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.