Cinéma

Luc Besson, le réalisateur qui aimait les dauphins… et l’humanité

Metteur en scène, scénariste, producteur, Luc Besson est né le 18 mars 1959. Il passe son enfance dans les îles avec ses parents, professeurs de plongée, un accident de plongée l’empêche de suivre leurs traces, il se tourne alors vers le cinéma.

C’est à 17 ans qu’il participe au tournage d’un court métrage de Patrick Granperret, et qu’il occupe les divers métiers du cinéma, de la mise en scène à la figuration en passant 2ème assistant, il travaille avec Régis Wargnier sur des publicités comme assistant. Stagiaire sur plusieurs tournages, « Loulou » et « Deux lions au soleil », il est également assistant sur « Les Bidasses aux Grandes Manœuvres » et réalisateur de seconde équipe sur « le Grand Carnaval ».

Luc Besson ne cesse jamais d’écrire et sa rencontre avec Pierre Jolivet donne un clip vidéo de 16 mm, parmi différents sujets. Puis il tourne un court métrage « l’Avant-Dernier » avec Pierre Jolivet et Jean Reno dans les rôles principaux, dont l’action se déroule dans des ruines après une catastrophe atomique, le tout filmé en noir et blanc. Ce film est présenté à la section Court-Métrage du Festival fantastique d’Avoriaz sans grand succès. Luc Besson s’implique alors dans l’écriture d’un premier long métrage « Subway » mais abandonne son projet faute de producteur.

Il décide alors de faire un long métrage de son court métrage  « l’Avant-Dernier » dont le titre sera « Le dernier combat », produit par sa propre société de production les films du Loup. Jean Bouise, Pierre Jolivet, Jean Reno et Eric Serra, (pour la musique), participent au film, tourné en cinémascope en noir et blanc, et muet, tourné en dix semaines… Ce film de science fiction créé l’évènement au Festival d’Avoriaz en 1983 et décroche le Prix du Grand Jury et le Prix de la Critique.

Luc Besson après avoir mis en scène les clips de Serge Gainsbourg pour « Mon Beau légionnaire » et « Pull Marine » avec Isabelle Adjani, présente alors son film « Subway » en 1985, film dans lequel les sous-sols du métro parisien sont le théatre des aventures de deux stars Isabelle Adjani et Christophe Lambert, qui remporte le césar du meilleur acteur.

En 1986, il co-écrit et produit « Kamikaze » réalisé par Didier Grousset, et durant neuf mois tourne à travers le monde « Le Grand Bleu », film qui ouvrira le festival de Cannes en 1988, décrié par les critiques, mais qui sera le film de toute une génération et connait un véritable succès public. En 1990, « Nikita », avec Anne Parillaud, héroïne du film policier dont la prestation poignante de tueuse à gages vaut à la comédienne le César de la Meilleure Actrice. 1991, « Atlantis » est un documentaire muet sur le monde de la mer, mis en musique par Eric Serra. En 1995 « Léon » avec Jean Reno, son acteur fétiche dans un rôle de  « nettoyeur » sera le film français le plus vu à l’étranger, ce qui lui permet  en 1997 de mettre en œuvre un projet très ambitieux, le futuriste « Cinquième Elément », film de science-fiction au budget colossal et un casting international composé de Bruce Willis, Gary Oldman et Milla Jojovitch. En 1997, le film « Le Cinquième Elément » fait l’ouverture du Festival de Cannes, Luc Besson reçoit alors le césar du meilleur réalisateur, et il présente un film en tant que producteur « Nil by Mourth » de Gary Oldman qui remporte le prix d’interprétation féminine à son actrice principale. Puis il enchaîne « Taxi » de Gérard Pirès qui remporte un énorme succès auprès des jeunes. Pour son huitième film, il tourne une fresque historique « Jeanne d’Arc » avec Milla Jojovitch.

Dans les années 2000, il décide de délaisser la caméra pour se consacrer, via sa société  de production et de distribution EuropaCorp (qui fête ses dix ans cette année), à la production d’œuvres, dont il sera à la fois producteur et scénariste comme la saga « Taxi », -« Taxi » (1998)  et « Taxi 2 » (2000), « Taxi 3 » (2001)-,  « the Dancer » (1999) de Fred Garson, « le Transporteur » (2008), « 15 août », « Yamakasi, les Samouraïs des Temps Modernes » (2003), « le Baiser Mortel du Dragon » avec Jet Li, puis avec Jean Reno, « Wasabi » , « Fanfan la Tulipe » (2002), « Michel Vaillant » (2003), « Les Rivières Pourpres 2 » (2004), « les Anges de l’Apocalypse »(2004), « Banlieue 13 » (2004), « Bandidas » (2005), scénariste pour « Danny the Dog » (2005), producteur de « Trois Enterrements » (2005) de Tommy Jones. Il fonde le studio de cinéma Europa avec Pierre-Ange le Pogam. Ce studio produit entre quatre et huit films par an et touche tous les secteurs d’activité du cinéma : distribution, vidéo, édition musicale, ventes à l’étranger. Europacorp prévoit de développer en Seine Saint-Denis un complexe d’activités cinématographiques des plus performants, à l’usage des professionnels et du public.
 

Passé maître dans l’art de se faire désirer, Luc Besson retourne ensuite à la réalisation avec deux films aux registres diamétralement opposés, une comédie romantique « Angel-A » en 2005, tournée dans le plus grand secret à Paris, avec Djamel Debbouze, puis le film d’animation « Arthur et les Minimoys », adapté de son roman fantastique pour enfants.

Après avoir écrit un « Taxi 4 » en 2007, Luc Besson se tourne essentiellement vers la production des films de ses « poulains ». Ainsi, d’un côté il aide Xavier Gens à réaliser l’adaptation du jeu-vidéo « Hitman » (2007) ainsi que le film d’horreur interdit aux moins de 16 ans, « Frontières » (2008), de l’autre, il permet à Pierre Morel de réaliser « Taken » (2008) avec Liam Neeson dans le premier rôle.
 

En 2009, Luc Besson prouve une nouvelle fois son intérêt pour l’écologie en produisant le documentaire « Home ». Il écrit ensuite deux suites : « Banlieue 13 Ultimatum » (2009), qu’il produit, puis « Arthur et la Vengeance de Maltazard » (2009), qu’il réalise. L’année suivante, il produit également deux films aux couleurs des Etats-Unis. D’abord en aidant la sortie du film américain « I Love You Phillip Morris » , dans lequel Jim Carrey joue un arnaqueur gay amoureux d’Ewan McGregor, puis en produisant le nouveau film de Pierre Morel, « From Paris With Love » avec cette fois John Travolta dans le rôle principal. Le cinéaste retourne à la réalisation cette même année en adaptant l’Adèle Blanc-Sec de Jacques Tardi, avec entre autres Louise Bourgoin, Mathieu Amalric, Gilles Lellouche et Jean-Paul Rouve au casting.

Quelques films de Luc Besson :

« Subway » est un polar dramatique sorti en 1985. Tourné essentiellement dans les sous-sols du métro parisien, « Subway » est une plongée dans le monde de la marge, dans lequel Fred (Christophe Lambert ) après avoir dérobé des documents compromettants, se retrouve impliqué dans une chasse à l’homme, nouant d’étranges liens avec la femme de sa victime Helena (Isabelle Adjani), va parcourir l’univers fascinant et agité du métro en découvrant sa faune nocture, au détour des couloirs, il rencontre des musiciens qu’il décide de réunir pour former un groupe.

Hormis Isabelle Adjani et Christophe Lambert, on retrouve des acteurs comme Jean-Hugues Anglade, (l’homme au roller), Jean-Pierre Bacri, (l’inspecteur Batman), Richard Bohringer, (le fleuriste), Jean Bouise, (le chef de station), Michel Galabru, (le commissaire Gesber), Jean Reno (le batteur).

 

Eric Serra travailla à la bande originale du film. Son travail fut récompensé par la Victoire de la meilleure musique du film en 1985 et par une nomination aux Césars dans la même catégorie. La bande sonore originale est également certifiée double disque d’or en France. Il jouait d’ailleurs un petit rôle dans ce film, celui d’Enrico le bassiste, aux côtés de Jean Reno en batteur et du chanteur Arthur Simms.

Le film eut plusieurs récompenses telles que le César du Meilleur Acteur pour Christophe Lambert, César des Meilleurs Décors pour Alexandre Trauner, César du Meilleur Son pour Gérard Lamps et Harrik Maury.

« Le Grand Bleu », film dramatique franco-américano-italien sort en 1988.

Inspiré de la vie de Jacques Mayol et Enzo Maiorca, il met en scène une compétition entre deux apnéistes, Jacques Mayol et Enzo Molinari, qui se connaissent depuis l’enfance. Ayant grandi ensemble en Grèce, ils partagent leur passion pour la mer, mais suite au décès du père de Jacques, ce dernier rentre en France. Vingt ans après, la rivalité entre les deux hommes existe toujours et le championnat du monde d’apnée en Sicile sera l’occasion pour les deux hommes de se retrouver. Avec Jean-Marc Barr (Jacques Mayol), Jean Reno (Enzo Molinari), Rosanna Arquette (Johana Baker), Jean Bouise (l’Oncle Louis), Marc Duret (Roberto), Sergio Castellitto (Novelli), Paul Shenar (Docteur Laurence) font parti du casting.


Le Grand Bleu obtient le César de la Meilleure Musique écrite pour un Film d’Eric Serra, et le César du meilleur son. 
 
« Nikita », thriller français, sort en 1990.

Nikita (Anne Parillaud), rescapée d’une bande de junkies dont le braquage dans une pharmacie tourne mal, a tué un policier à bout portant, elle est arrêtée et condamnée à la prison à perpétuité. Une nuit deux agents spéciaux rentrent dans sa cellule et lui font une injection, déclarée suicidée, elle est officiellement enterrée. Elle subit un entrainement multi-disciplinaire sur plusieurs années, sous l’œil expert de Bob (Tchéky Karyo), son « parrain » qui se prend d’affection pour elle. Elle apprend le maniement des armes et des arts martiaux, l’apprentissage des bonnes manières dans un centre d’entrainement, elle est prête pour réaliser ses premières missions en tant qu’agent spécial de la police secrète de l’Etat français. Une seconde chance s’offre à elle pour une vie nouvelle dans laquelle elle doit dissimuler sa véritable identité à Marco (Jean-Hugues Anglade), l’homme qu’elle aime et réalise des missions de plus en plus dangereuses.

On retrouve Jean Reno, « nettoyeur » agent spécial du gouvernement, mais également Jeanne Moreau, instructrice du centre d’entrainement et Jean Bouise, attaché d’ambassade, dont ce fut le dernier film.

Anne Parillaud obtient le César de la Meilleure Actrice.

Atlantis est un film documentaire réalisé par Luc Besson. Après le succès du « Grand Bleu » Luc Besson a sillonné le monde pour filmer la beauté de la faune sous-marine de Vancouver au Pacifique en passant par Tahiti, le film n’a pour décors que les fonds sous-marins. 
 
« Léon » film français sort en 1994, avec Natalie Portman dont ce fut la révélation et Jean Reno.

Léon (Jean Reno), tueur à gages, vit à New York. Un jour, Matilda (Natalie Portman), sa jeune voisine, lui demande l’asile, toute sa famille vient d’être décimée par des agents corrompus de la DEA, son père ayant volé une partie de la cocaïne qu’il stockait pour la DEA, dont le chef est Norman Stanfield (Gary Oldman). Léon accepte d’accueillir Matilda, qui veut venger la mort de son petit frère, demande à Léon de lui apprendre ses compétences de « nettoyeur » et lui propose en échange de devenir sa femme de ménage et son professeur pour remédier à son illettrisme. Matilda commence alors son métier de tueuse.


Le film a reçu le Lion Tchèque du meilleur Film Etranger lors du Festival de Prague en 1996.

« le Cinquième Elément » film français de science-fiction sort en 1997 et fait l’ouverture du Festival de Cannes.

En 1914, en Egypte un groupe d’extraterrestres débarque sur la Terre afin de récupérer quatre pierres représentant les quatres éléments de la vie pour les soustraire au mal, en promettant de les rapporter dans 300 ans. Mais à leur retour, leur vaisseau est détruit et les pierres disparaissent. Dans les décombres, une main est découverte, dont les scientifiques parviennent à reconstituer Leloo (Milla Jojovitch), une jeune femme dotée d’étonnantes facultés. Elle s’enfuit et tombe dans un taxi conduit par Korben Dallas (Bruce Willis). Leloo réussit à le convaincre de l’emmener chez le prêtre Cornelius qui lui résume l’histoire des cinq éléments et de l’arrivée imminente du mal. La diva Plavalaguna (Maïwenn le Besco), dépositaire des quatre éléments, doit donner un récital à bord du vaisseau de croisière Flohston Paradise, mais les agents du mal, dont Jean Baptiste Emmanuel Zorg (Gary Oldman), fabricant d’armes corrompu et un groupe de mercenaires, se lancent à leur poursuite. Après diverses péripéties, Korben, Leloo et Cornelius arrivent à bord du vaisseau, la diva , avant d’être tuée, remet les pierres à Korben.

« Jeanne d’Arc » sort en 1999. Dans ce film, Luc Besson divise le film en trois parties : l’enfance de Jeanne, sa vie guerrière et son procès.  
 

« Angel-A » est un film français réalisé en noir et blanc par Luc Besson, sorti en 2005.

André (Djamel Debbouze) à qui rien ne réussit, au bout du rouleau, tente de se suicider du haut d’un pont à Paris. Mais Angela (Rie Rasmussen) l’en empêche en sautant dans l’eau. André plonge pour sauver la jeune femme qui lui déclare qu’elle lui appartient désormais.

    *

2010… Luc Besson revient au cinéma avec deux films :

« Adèle Blanc-Sec » est un film d’aventures français écrit, produit et réalisé par Luc Besson d’après l’œuvre du même titre de Jacques Tardi (1976), mettant en scène Louise Bourgoin dans le rôle-titre, Gilles Lellouche en l’inspecteur Caponi, Jean-Paul Rouve en un aventurier et Mathieu Amalric en méchant. Produit par EuropaCorp, il sortira le 14 avril 2010. De passage à Cannes pour le Festival 2009, le réalisateur a annoncé au Journal du dimanche son intention d’adapter les neuf volumes de la bande dessinée en une trilogie.

En cette année 1912, Adèle Blanc-Sec (Louise Bourgoin), jeune journaliste intrépide, est prête à tout pour arriver à ses fins, y compris débarquer en Égypte et se retrouver aux prises avec des momies en tout genre. Au même moment à Paris, c’est la panique. Un œuf de ptérodactyle, vieux de 136 millions d’années, a mystérieusement éclos sur une étagère du Jardin des Plantes, et l’oiseau sème la terreur dans le ciel de la capitale. Pas de quoi déstabiliser Adèle Blanc-Sec, dont les aventures révèlent bien d’autres surprises extraordinaires…

Pour écrire le scénario, Luc Besson s’est inspiré des premiers tomes Adèle et la Bête (1976), Le Démon de la Tour Eiffel (1976), Le Savant Fou (1977) et Momies en Folie (1978). Catherine Ringer[] signera avec Éric Serra la première chanson du générique de fin, « L’Adèle ». Louise Bourgoin et Thomas Dutronc chanteront en duo le deuxième titre du générique de fin.

Arthur et la Guerre des deux mondes est un film français de Luc Besson tourné aux États-Unis et produit par la société EuropaCorp actuellement en tournage prévu pour le 20 Octobre 2010 en France. Il s’agit de la suite d’Arthur et la Vengeance de Maltazard et troisième volet de la saga Arthur et les Minimoys.

Mal aimé des critiques, Luc Besson est un réalisateur qui compte sur la scène internationale, adulé  ou contesté, Luc Besson est à lui seul un chapitre du cinéma français, un réalisateur qui sait s’imposer dans cet art qu’il maîtrise à perfection, un homme qui partage son plaisir à tourner et dont la carrière est riche et unique.

« J’aime les personnages qui ont le courage d’oser ce dont ils rêvent » Luc Besson

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.