BD Cinéma Culture

Midi-minuit de Doug Headline et Massimo Semerano : une plongée enivrante dans les coulisses d’un cinéma de genre italien

Publié en juin 2018 aux éditions Aire Libre, le roman graphique Midi-minuit constitue un hommage à un genre du cinéma italien, le giallo, maintenant oublié ces derniers temps. Associé à la couleur jaune des romans policiers, le giallo est un genre cinématographique qui se développe en pleine période d’instabilité politique et quotidienne dans l’Italie des années 70. Sous influence hitchcockienne, ce genre met en scène une enquête policière construite comme un récit à énigmes, glissant vers des proportions sulfureuses. A la lisière entre le polar et le fantastique, le giallo est surtout porté par une dimension érotique primordiale, dû à un contexte de libération sexuelle suite à la légalisation du divorce en décembre 1970. Plusieurs cinéastes, tels que Mario Bava (La fille qui en savait trop, tout premier giallo en 1963), Dario Argento (Suspira, en 1977) ou Sergio Martino (Torso en 1973), ont définitivement posé les marques du genre : l’esthétique bariolée et la mise en scène baroque de leurs films procurent au spectateur une expérience sensorielle irréelle et proprement dérangeante.

Avec Doug Headline à l’écriture et Massimo Semerano au dessin, Midi-minuit raconte la folle odyssée de François Renard et Christophe Lemaire, deux cinéphiles passionnés du giallo, partis en Italie sur les traces de Marco Corvo, mythique cinéaste porté disparu depuis le tournage inachevé de son dernier film. Cependant, des meurtres de critiques du cinéma se produisent depuis leur arrivée…

Débutant par la description d’un véritable cinéma de quartier nommé « Midi-Minuit » situé à Paris, faisant office de représentation des cinémas à double-programme dans les années 60, le roman graphique fait la part belle à la culture du cinéma bis en l’utilisant comme cadre de l’intrigue principale. Ainsi, le lecteur plonge dans les coulisses du cinéma à travers la réalisation inespérée d’un documentaire par les deux cinéphiles au centre de l’histoire. Avec ce postulat, Headline et Semerano ont conçu leur histoire, située dans un contexte réaliste, comme un polar noir reprenant les codes du giallo, à la fois prenant et intime. Mélangeant le trait de la bande-dessinée avec des images extraites de films de l’époque, ces auteurs revendiquent l’imaginaire d’un genre cinématographique, autrefois populaire, comme une source d’inspiration qui se transmet de génération en génération.

Au-delà de l’intrigue qui respecte les codes du giallo, Midi-minuit est une B.D. inspirée du cinéma très réussie. Remplie de suspense, d’humour et même de glamour, l’intrigue met en avant la réception d’un genre culturel et l’importance de sa pérennisation, notamment grâce aux cinéphiles qui transmettent avec plaisir leur passion. L’hommage au giallo apparaît même touchant, tant Doug Headline et Massimo Semerano ont soigné leur album afin d’intéresser leur public à ce genre du cinéma, notamment en proposant dans les dernières pages un dossier complet sur le sujet.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.