Culture

Dernière nuit en Enfer de Daniel Millo, d’après Arthur Rimbaud : une création théâtrale et poétique à couper le souffle !

P1080918 (2)

Au Festival OFF d’Avignon, moment culturel estival consacré au théâtre, se joue actuellement jusqu’au 30 juillet dans la chapelle Saint-Louis une pièce hors-norme, intitulée Dernière nuit en Enfer, écrite et mise en scène par Daniel Millo. Directeur de La Compagnie Métamorphose, celui-ci crée un spectacle ayant pour ambition de faire resurgir Rimbaud sur scène, ce poète légendaire mais surtout cet homme aux passions brisées qui a insufflé très jeune une manière innovante de concevoir le langage poétique à travers le prisme du regard humain. Fait intéressant : l’œuvre Une saison en Enfer a été créée durant la dispute entre Arthur Rimbaud et Paul Verlaine en 1873 et reste le seul ouvrage publié par le poète lui-même avant sa rupture définitive avec la poésie l’année suivante. L’œuvre de Rimbaud cristallise ses désillusions envers la foi de l’Homme en mettant à nu ses pensées critiques et ses doutes personnels. Le dramaturge Daniel Millo cherche à mettre en évidence les tourments de l’Homme face à sa condition, en jouant sur scène l’esprit de Rimbaud face à son corps déchu.

« Ma pièce, je veux qu’elle soit un songe,                                                                                                                     un conte, une lueur.                                                                                                                                                             Que s’y rencontre Rimbaud                                                                                                                                               en chacun de nous,                                                                                                                                                                en Homme libre. »

L1020800

Dans un cadre apocalyptique, le spectateur assiste à « une nouvelle opiniâtre naissance » au cœur de l’Enfer, celle d’un homme qui n’est plus. Son esprit se matérialise sur scène au sein d’un décor lugubre pour livrer un monologue sur sa vie et ses sentiments face au public. La scénographie de la pièce impressionne grâce à la disposition minutieuse des éléments dans l’espace de jeu. La scène a été pensée avec minutie par Daniel Millo : une boule de cristal rouge représentant les souvenirs de Rimbaud d’un côté, l’autel de la chapelle de l’autre et le corps gisant du poète au milieu, tandis que vagabonde dans tous les sens son esprit mal à l’aise. La mise en scène appliquée de Daniel Millo réussit à mettre en valeur la poétique de Rimbaud grâce à l’acoustique de la chapelle Saint-Louis et à l’atmosphère angoissante de la pièce de théâtre. Dès le début, la scène happe le regard du spectateur. Celui-ci se retrouve immergé dans un monde irréel où demeure un Rimbaud égaré à cause de ses frustrations et de ses peurs. Le cadre infernal de la pièce est à l’image de l’amertume de Rimbaud dans ses textes qui détruit à petit feu sa foi créatrice.

L1020799

Ce qui capte instantanément l’attention du spectateur est la mise en valeur de l’esprit de Rimbaud, incarné par le dramaturge-comédien. Ce qui représentait un défi intimidant pour le comédien devient sur scène une performance tout simplement saisissante, tant le spectateur se retrouve envoûté par la fulgurante passion qui anime Daniel Millo pour chaque mot du poète. La représentation d’un « Je » débordant de vie face au corps inerte renforce la dimension humaine de la poétique de Rimbaud. L’esprit du poète refuse d’accepter sa triste condition et s’échappe dans un discours introspectif, revenant sur ses actions passées et sur ses tourments. Par cette idée de mise en scène, Daniel Millo représente brillamment la fatalité de l’être humain, rempli d’espoir et de rêves avant d’être brutalement rattrapé par la réalité. A la lisière de la folie, Rimbaud devient personnage de théâtre pour faire partager au public ses angoisses, ses souffrances et ses désirs. Les paroles du comédien-poète nous bouleversent, tant son discours trébuche nos sens par un langage incisif et une vision du monde toujours d’actualité. Remettant en cause nos croyances et notre façon de vivre en société, le texte résonne dans la chapelle Saint-Louis avec ferveur et nous transporte avec émotion dans notre propre tourmente.

 

L1020801-3

Une scène, une parole et un seul comédien pour la transmettre suffisent à transporter le spectateur dans cette Dernière nuit en Enfer à la fois époustouflante et éprouvante. Dans un jeu d’introspection bouleversante et d’interaction conflictuelle avec le décor angoissant, la poétique tourmentée de Rimbaud reprend vie sur scène, sous les traits d’une performance ahurissante du dramaturge-comédien Daniel Millo. La confrontation entre l’esprit du poète et son corps gisant renforce l’universalité des poèmes, en faisant écho à notre condition humaine. Cette rencontre avec un Rimbaud esseulé au cœur du néant infernal  brouille les sens du spectateur, l’hypnotise sur place et l’entraîne dans le torrent de joies, de déceptions et d’angoisses que représente la vie de l’Homme. Le temps d’un songe d’1h10, Dernière nuit en Enfer est une expérience sensorielle enivrante, un spectacle exceptionnel qui conjugue dans le même temps la vision de Rimbaud et de Daniel Millo pour représenter sur scène un Théâtre de l’émotion, touchant le spectateur dans sa propre tourmente et l’invitant à replonger dans le monde du rêve.

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    laure
    23 juillet 2016 at 10:56

    bravo pour cette chronique qui rend bien l’atmosphère de la pièce que j’ai eu la chance de voir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.