La chronique du bourlingueur

Le rêve Erasmus

Depuis la sortie du film, on a tous envie de vivre le rêve de Xavier dans L’Auberge espagnole ! Mais au fait, qu’est-ce qui nous en empêche ?

Les plus réticents se cachent derrière une montagne d’excuses pour ne pas partir (« un an c’est trop long », « je ne parle pas assez bien la langue » etc.), et d’autres les y encouragent en tenant le discours suivant « On ne va pas dans un pays anglophone pour apprendre l’anglais, on y va parce qu’on le parle déjà ». FAUX ! Il ne s’agit aucunement de modestie de ma part, mais d’objectivité : je ne parlais pas UN MOT d’anglais avant de partir, et c’est justement la raison qui m’a poussée à aller étudier à l’étranger. Une des bonnes raisons cependant pour se détourner du programme Erasmus consiste en son financement… Il faut savoir qu’une année à l’étranger coûte excessivement chère, et malheureusement, le système français n’est pas au top là-dessus : en Erasmus depuis le mois de septembre, j’attends toujours la bourse de l’échange, infime mais plus que nécessaire. Je crois que je dois me résigner à ne la recevoir qu’à la fin de mon année.

Je ne dis pas que le départ est facile : les au revoir à la famille et aux amis sont souvent délicats, et l’arrivée encore plus. Vous ne connaissez ni la langue, ni l’environnement, ni les habitants. C’est désormais à vous de vous crée votre vie ici, tout est à refaire.

Dès lors que vous avez accepté cette idée, et passé les premiers jours, PLACE AU RÊVE ERASMUS !

Erasmus

Erasmus, c’est l’aventure, c’est le voyage, c’est l’inattendu.
Erasmus, c’est la chance de découvrir un pays, une culture, une langue différente.
Erasmus, c’est la chance de rencontrer des personnes du monde entier, de créer des liens internationaux.
Erasmus, c’est l’occasion de prendre sa vie en main, de devenir responsable. On n’appelle plus papa et maman pour nous sortir du pétrin, on s’en sort dorénavant tout seul !
Erasmus, c’est l’occasion de faire un break dans sa vie, pour s’accorder du bon temps ou tout simplement réfléchir à son avenir.
Erasmus c’est aussi vous découvrir vous-mêmes : des capacités d’adaptation que l’on ne soupçonnait pas, une prise de confiance en soi par rapport à l’usage de la langue étrangère etc.

Avec 4h de cours par semaine (pour ma part), le rythme Erasmus laisse un temps libre important, c’est donc l’occasion de prendre le temps de faire ce qu’on n’avait justement pas le temps de faire auparavant : s’essayer à un nouveau sport, voyager dans le pays d’accueil, s’investir dans une société, s’essayer à la cuisine du pays d’accueil etc.

Il y aura des moments aussi drôles qu’embarrassants. Vous vous souvenez de Wendy, demandant à Xavier ce que signifiait la « fuck » (au lieu de prononcer la « fac ») ? Dans le même genre, il m’est arrivé dans mes débuts de mal prononcer un mot anglais : c’est ainsi que « candle » ( = bougie) est devenu « candom » ( = préservatif), et que je n’étais nullement consciente de mon erreur.
Il y aura des bons et des mauvais moments. Il y aura les rencontres, les soirées, les voyages, mais il y aura aussi la difficulté première de communiquer dans une langue méconnue, de s’intégrer, puis de devoir repartir en fin d’année après s’être crée une nouvelle vie ici. Vous vous rappelez peut-être de ce passage dans L’Auberge espagnole : « Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective. Des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura marché dans ces rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ces bâtiments, on aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura prise dix, vingt, mille fois. Au bout d’un temps cela vous appartient parce qu’on y a vécu. » Cette brillante citation résume tout!

Je suis extrêmement soucieuse de l’avenir incertain d’Erasmus, dont le programme coûterait trop cher, ce que l’État français ne pourrait actuellement pas se permettre. Personnellement, je défendrai ce programme encore et encore, pour toutes les bonnes choses qu’il m’a apportée, à moi mais aussi aux milliers d’étudiants qui sont partis, et revenus avec des souvenirs extraordinaires plein la tête.

The world is a book

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.