Séries TV

The Mentalist

Mentalist

La nouvelle année provoque presque malgré elle une attente de nouveauté. Pourtant ce mois-ci, c’est d’une « vieille » série dont j’ai envie de vous parler : The Mentalist.

Je dois admettre que The Mentalist et moi, c’est un peu « je t’aime moi non plus ». Déjà parce que lorsque Mentalist a été la raison pour laquelle Lie to me n’a jamais pu trouver son public et que je trouvais cette série trop made in USA avec le stéréotype du beau gosse au détriment du sérieux du propos (à la différence de Lie to me que j’ai particulièrement affectionné). Ensuite, parce que les saisons ont été très irrégulières au cours de ces six années entre épisodes totalement inutiles et pseudo-frissons dans la traque de Red John. Je regardais sans passion attendant impatiemment les cinq épisodes palpitants de la saison. Mais je dois admettre que la saison 5 et ce début de saison 6 (actuellement diffusée aux USA) m’ont fait raccrocher les wagons et pousser à vous faire redécouvrir cette série (à ce stade de popularité, on ne parle plus de découverte).

Nous connaissons tous le spitch de départ : Patrick Jane est un médium-arnaqueur un brin trop arrogant qui va se mettre à dos le serial killer au smiley ensanglanté Red John en tuant sa femme et sa fille. Patrick Jane décide de se lancer dans une quête effrénée pour retrouver et tuer son désormais ennemi. Afin d’être au plus près du dossier, il intègre en qualité de consultant l’organe policier chargé de l’affaire, le CBI.

L’histoire est lancée avec un but final à atteindre : découvrir qui est le serial killer et le mettre hors d’état de nuire. Durant six saisons le Patrick va mener une chasse tantôt effrénée tantôt gentillette contre le monstre californien du siècle. Durant six saisons on guette les suspects potentiels, on touche du doigt, on abandonne, on repart de plus belle. Durant six saisons l’on se demande quel type d’individu se cache derrière ce sociopathe que l’incroyable mentaliste n’arrive jamais ni à attraper ni à tromper…

Il peut être préférable d’être à jour pour lire ce qui suit.

Et bien nous y voilà ! Nous sommes enfin ! En neuf épisodes exactement, les scénaristes de The Mentalist résolvent ce qui nous tient en haleine depuis ces fichues années, non sans laisser les spectateurs sur le carreau. Ce qui est une excellente chose ! Je m’explique. Au-delà du tournant clairement palpitant qu’ont – enfin ! – pris les scénaristes de la série en imaginant une toile de fond nettement plus complexe ; nous assistons enfin au face à face des deux géants intellectuels de la Californie et c’est finalement plutôt « plat » (ce qui est toujours une excellente chose). Dans cette ultime confrontation, les deux protagonistes sont simplement de déconcertants petits humains (bien sûr, en tant que bonne série américaine, on ne pouvait se passer d’une petite course poursuite avec petites blessures par balle – mais l’idée n’est pas là), et c’est là que je note la prouesse. Les deux protagonistes qui se sont joués l’un de l’autre durant six ans se révèlent être des individus normaux devant des faits extraordinaires. Patrick Jane ne veut que vengeance pour sa famille (« Do you regret you killed my wife Angela et my daugther Chalotte ? ») quand Red John souhaite déclarer un match nul pour la qualité du jeu (« You were really challenging Patrick »). Nous nous attendions secrètement à des révélations, des confessions, des explications mais nous n’aurons rien. Et c’est là que réside le génie de The Mentalist et me donne envie de lui consacrer enfin un article. L’horreur d’actes cruautés commis par des individus n’a que rarement une explication. Le genre humain voudrait voir en ces individus qui commettent des actes ignobles de monstres mais il n’en est rien. Red John était celui qui aide les vieilles dames à traverser le matin et égorge une jeune femme le soir.

Maintenant que le célèbre médium a achevé son but, on se demande « Est-ce terminé ? ». Quelle vie pour The Mentalist lorsque l’objectif est atteint ? Et bien une seconde vie pardi ! Après une ellipse de deux ans, les scénaristes prennent un tournant et conduit le célèbre médium et son acolyte au FBI. Quelques ajustements sont encore nécessaire et quelques déjà-vus peuvent se pointer ci et là au cours d’un épisode mais l’on retrouve avec plaisir les mêmes personnages projetés dans un univers différent. On reprochera un mode opératoire un brin similaire à celui de House mais cela semble pouvoir fonctionner pour le moment. A voir si sera toujours aussi soutenu jusqu’à la fin de cette saison.

A noter : La vie de la série est actuellement en sursis. The Mentalist a subi de lourdes pertes d’audiences poussant la chaîne américaine CBS à changer la plage horaire, aggravant les taux d’audience. Aujourd’hui, la série remonte dans ses taux d’audience grâce à la révélation du Red John et de nouvelles intrigues. Le renouvellement de la série sera annoncé en avril. Affaire à suivre…

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.