Séries TV

Revenge

Revenge vient d’achever sa première saison aujourd’hui et l’heure du bilan a sonné…

La jolie et riche Emily Thorne (Emily VanCamp) vient s’installer dans les Hamptons au milieu des autres fortunes américaines. Mais la jeune femme ne vient pas pour profiter de la plage et du sable fin mais pour se venger. Il y a une dizaine d’années, la jeune femme s’appellait Amanda Clarke et a vu son père se faire condamné pour des actes odieux qu’il n’a pas commi, piégé par les riches fortunes. Emil/Amanda sera prête à tout pour détruire la vie de ceux qui ont détruit la sienne.

Le pari d’ABC était de relancer le genre soap pour se faufiler dans la brèche laisser par la fin de Desperate Housewives et bientôt Gossip Girl. Avec Revenge, le pari est plutôt réussi. La série nous emmène chez les plus grandes richesses des Etats-Unis entre vie décadente, publique, mensonges et trahisons. Au final, il s’agit toujours d’une histoire de gros sous.

Clairement tiré des aventures d’Alexandre Dumas et Le comte de Monte Cristo, Revenge nous présente une version féminine assoiffée de revanche et prête à tout pour détruire les responsables de sa souffrance.

En tant que spectateur, on se délecte du machiavélisme de la jeune femme qui intègre la famille qui hait – les Grayson – en séduisant leur fils aîné. Le stratagème est en route.  Durant toute la saison, nous regardons comment le plan d’Emily/Amanda se met en place. Les flashbacks sont réguliers offrant une perspective sur l’avenir des personnages. Entre trahisons, complots, bannissement sociétal et meurtres, la série fait vivre un enfer à ses personnages. Le drame familial se joue en toile de fond avec la famille Grayson qui incarne tous les trajets d’une famille excessivement riche.

Néanmoins, Revenge répond aux critères des Soaps traditionnels avec un décor plus que moyen, une musique bateau et surtout des acteurs moyens. On désire y croire mais il faut admettre qu’aussi bonne actrice fut Emily VanCamp dans Brothers&Sisters, elle n’a pas le profil pour être une « méchante sociopathe ». Madeleine Stowe (Victoria Grayson) surjoue en permanence à l’image, classant son personnage dans la dramaturgie grecque. Les autres personnages ont tous le mérite d’être « attractifs » mais restent relativement fades. Un seul acteur se dégage clairement du lot : Gabriel Mann dans le rôle de Nolan Ross. Ce petit génie de l’informatique a vu sa vie se transformer le jour où David Clarke (l’homme trahi) lui a offert un budget illimité pour développer sa compagnie. Éternellement reconnaissant, Nolan promet au père de prendre soin de sa petite fille. Le jeune homme va alors aider Emily/Amanda dans sa quête de vengeance tout en incarnant sa bonne conscience jusqu’alors enterrée.

Cependant, malgré ses défauts qui pourront apparaître majeurs pour certains, la série nous prend au jeu et l’on désire connaître l’issue fatale de ce bras de fer.

Il est difficile de présenter cette série sans en révéler des morceaux, ce qui gâcherait complètement le plaisir. Amis lecteurs, je vous conseille cette série en cette période creuse qui se présente histoire de vous offrir une bonne histoire de trahison et de complot comme raffole les USA.

La saison 2 est d’ors et déjà commandée et le final de cette première saison était un bijou (à l’inverse du dernier Grey’s Anatomy !). Il est fort à parier que la prochaine saison sera encore plus sombre et offrira quelques perles. Espérons juste que les scénaristes abandonneront le côté trop soap pour se concentrer sur les personnages qui présentent tous un fort potentiel (à défaut d’être bien joués pour le moment).

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.