Films

9 mois ferme d’Albert Dupontel

Aujourd’hui sort le nouveau film d’Albert Dupontel, intitulé 9 mois ferme. Prévu pour être tourné initialement en anglais, ce long-métrage raconte les aventures périlleuses d’une juge refusant d’être en couple, incarnée par Sandrine Kilberlain, qui se retrouve inexplicablement enceinte d’un criminel, joué par Albert Dupontel, lequel elle doit présentement juger son crime particulier.

Albert Dupontel met cette fois-ci sa folie stylisée au service d’une histoire inouïe flirtant avec le théâtre de vaudeville baroque. En effet, l’action principale reste focalisée sur les personnages, de sorte à se délecter de leurs performances incroyables. Sandrine Kilberlain se lâche complètement dans un rôle haut en couleurs, Albert Dupontel est à la fois drôle et touchant en jouant ce criminel atypique et l’ensemble du casting prend du plaisir à interpréter ces personnages caricaturaux, mention spéciale au personnage disjoncté de Nicolas Marié. A noter les apparitions croustillantes de personnalités connues du cinéma : Terry Gilliam, Jean Dujardin, Philippe Duquesne et bien d’autres encore…

C’est grâce à la vision du documentaire « 10e chambre – Instants d’audience » réalisé par Raymond Depardon en 2003 que le cinéaste de Bernie et du Créateur a eu l’idée de monter ce film. Là où le documentaire de Depardon était un portrait très détaillé du système judiciaire, Dupontel livre une satire sociale proche de la farce, nous présentant un envers du décor peu enviable mais hilarant. La mise en scène redouble l’énergie du film : ponctuée de trouvailles visuelles truculentes, elle confère un rythme endiablé à des séquences surréalistes comme Dupontel nous sait bien les servir. Le délire est tel que le film nous donne l’impression de voir un cartoon avec des acteurs.

Accusant une mise en place de l’histoire un peu longue, 9 mois ferme reste néanmoins une réussite qui met au défi nos zygomatiques à chaque instant. Délirant et excité, l’humour grinçant de Dupontel est toujours un vent de fraîcheur pour le spectateur dans l’ère moderne du cinéma français.

Albert Dupontel, rencontré à l’occasion de l’avant-première du film

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    zlaan
    19 décembre 2014 at 19:07

    Veinard ! J’adore Dupontel, les 2 meilleurs comiques français avec Dieudo. J’ l’aime dans le drama, le gore, l’absurde et nature !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.