Films

Case Départ

Il y a des sujets sur lesquels il est (très) difficile de faire de l’humour, parmi eux : l’esclavage. Pari pourtant tenu pour Fabrice Eboué et son camarade Thomas Ngijol avec leur premier film en tant que réalisateurs : Case Départ.

Chaque année, le cinéma a droit à son lot de comédies plus ou moins drôles. Cette année est sorti Case Départ, premier film de Thomas Ngijol et de Fabrice Eboué, qui raconte les aventures de 2 frères noirs, Régis (Fabrice Eboué) qui a balayé d’un revers de main ses origines et Joël (Thomas Ngijol) qui se sent rejeté par la France sous prétexte qu’il est noir. Tous deux sont propulsés en 1780 après avoir déchiré l’acte d’affranchissement de leurs ancêtres, seul bien légué par leur père à sa mort. À peine arrivés, les voilà déjà capturés puis vendus en tant qu’esclaves à Monsieur Jourdain.

Derrière ce scénario bien tordu, les 2 compères du Jamel Comedy Club nous livrent une bonne comédie familiale. Les clichés et les anachronismes s’accumulent, par exemple Thomas Ngijol en boxer DIM en 1780 ou encore le contre-maître obsédé par la taille du sexe des esclaves, ce qui permet évidemment d’accentuer le côté comique de la situation. Côté historique, le traitement des esclaves est assez bien rendu, pas trop violent pour éviter que le film soit interdit aux moins de 10-12 ans mais suffisamment pour montrer ce que les noirs enduraient à l’époque.

Même s’il s’agit là d’une comédie, le rire n’est pas le seul but de ce film. En plus de traiter une part sombre (sans mauvais jeu de mot de ma part) de l’Histoire française, il traite d’autres sujets plus ou moins d’actualité comme l’homophobie ou les sempiternels débats sur la religion. Fabrice Eboué et Thomas Ngijol ont tous deux un rôle qui leur va comme un gant, plutôt soumis pour le premier et provocateur pour le second. Quant à l’humour, il est bien présent du début à la fin.

En résumé Case Départ est une très bonne comédie, à la fois grâce au rire qu’elle nous délivre mais aussi grâce à sa dimension morale et historique. Peut-être pas la comédie de l’année, mais elle mériterait de l’être.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.