Femme de légende

Adrienne Bolland (1895-1975)

Cette semaine j’inaugurais le nouveau tramway parisien qui passe juste derrière chez moi, reliant la Porte de Vincennes à la Porte de la Chapelle. Au fil du parcours j’ai remarqué que la plupart des stations portaient des noms féminins. Certains étaient très connus et d’autres plus énigmatiques. J’ai donc décidé de m’intéresser de plus près à ces six femmes qui, entre porte de Bagnolet, porte des Lilas ou porte de Pantin jalonnent le parcours. Première déception, Marie de Miribel est en fait un homme, un ancien officier français. Mais il reste cinq autres noms dont certains méritent des éclaircissements. Dans le métro parisien, vous remarquerez que nos illustres compatriotes masculins sont plutôt bien représentés. De Gambetta à Jaurès en passant par Franklin Roosevelt, Philippe Auguste ou Guy Môquet. Mais où sont les femmes ?? (comme pourrait dire un certain chanteur populaire…), où sont celles qui ont laissé leurs empreintes dans l’Histoire? Hormis Louise Michel, elles sont totalement absentes. C’est ainsi qu’au long de mon parcours, j’ai remarqué que cette fois-ci le tramway laissait la part belle aux grandes dames. Petit parcours et petits portraits tout au long du trajet du nouveau tramway (le t3b). Aujourd’hui un arrêt surprenant.Premier Arrêt: Adrienne Bolland (1895-1975)

Adrienne Bolland

Adrienne Bolland est un sacré petit bout de femme. Elle est surtout une des plus grandes et talentueuses aviatrice française. Elle née à Arcueil dans une famille modeste originaire de Donnery, dans le Loiret. A la mort de son père en 1909, la jeune femme éprise de liberté et d’indépendance provoque un scandale dans sa famille en partant pour devenir pilote: Je vous raconterai peut-être un jour comment je suis venue à l’aviation, comment une petite bonne femme de rien du tout est devenue pilote : c’est une longue histoire raconte-t-elle lors d’une interview.

En 1920, elle obtient son brevet de pilote à l’école Caudron en Baie de Somme. Elle devient alors la première femme convoyeuse d’avion pour l’entreprise de l’école. Le 25 août 1920, elle devient la première femme à traverser la Manche depuis la France. Elle enchaîna par la suite les vols au côté de grands as de l’aviation et fut la seule femme à avoir le privilège de les accompagner dans les meetings aériens.
Un jour son destin bascula, elle nous raconte comment:
J’apprends par un copain qu’il y avait (je le cite mot à mot) «une place de macchabée à prendre en Amérique du Sud» :
«II y a encore un gars qui s’est cassé la gueule dans la Cordillère…» Aussitôt, poussée par le besoin de vaincre ma peur – car j’ai toujours eu peur en avion – je vais voir Caudron :
«M. Caudron, je voudrais aller en Amérique.»
J’ai cru qu’il allait lever les bras au ciel. Il y avait treize mois que j’étais brevetée et j’avais quarante heures de vol en tout et pour tout. Mais il commençait sans doute à en avoir assez de mes excentricités:
«Si vous y tenez, dit-il simplement, on va s’en occuper.»

Incroyable, celle-ci révèle qu’elle a décidé de faire un métier dont elle avait très peur, et de braver celle-ci à travers un exploit que personne n’a encore réussi, au péril de sa vie: traverser la Cordillère des Andes. Force de caractère, folie, excentricité… Adrienne est un personnage haut en couleur!

Elle arrive à Buenos Aires en janvier 1921 accompagnée d’un mécanicien de la firme et deux avions G3. Dès son arrivée la presse Argentine la défie de relever l’exploit que personne n’a encore jamais réussi. Piquée au vif, elle décide de rejoindre Mendoza (au pied des Andes) en mars malgré le désaccord de son patron, qui refuse de lui envoyer un avion plus puissant. Elle choisit de décoller le 1er avril et pense secrètement ne jamais revenir en vie. En effet le plafond de son avion est de 4000m alors que l’Aconcagua culmine à 6900m d’altitude.
Après 4h15 de péripéties incroyables, Adrienne arrive bien en vie au Chili, défigurée, en sang à cause de la pression atmosphérique, fatiguée mais heureuse d’avoir réussi. Elle révélera bien plus tard que c’est grâce aux prédictions d’une voyante qu’elle resta en vie: «il ne faut surtout pas tourner à droite. C’est à gauche. N’oubliez pas. Vous verrez une montagne qui a la forme d’un dossier de chaise renversée…»

Lors de son arrivée celle-ci est accueillie en véritable héroïne. Seuls les représentants français sont absents, pensant à un poisson d’avril. «Le président du Chili avait téléphoné au président de la République française: Heureux le pays qui enfante de telles jeunes filles !»

Elle revient ensuite en France où elle bat en 1924 le record du monde de looping (212 boucles en 72 minutes). Mais d’autres combats l’attendent. Elle décide de s’engager dans la lutte pour le droit de vote des femmes et dans d’autres combats féministes. Opposée à toute forme d’oppression, elle fut très proche de Jean Moulin, aida au recrutement des pilotes pendant la guerre et repéra pour la France libre les terrains susceptibles d’aider les forces aériennes. Elle obtint la légion d’honneur à la libération.

Elle eut beaucoup d’accidents au cours de sa vie (certains auraient été des sabotages intentionnels) mais s’en sortit toujours comme par miracle. Elle fut souvent jalousée et décriée par ses collègues masculins pour son franc parler, ses idées féministes et politiques de gauche, mais elle ne changea jamais pour autant et resta cet enfant terrible de l’aviation.

En 1971, Air France fêta les 50 ans de son exploit en lui offrant le voyage vers la Cordillère des Andes et en affrétant un avion juste pour elle et 30 de ses amis.
Elle mourut quelques années plus tard, en 1975 et fut enterrée dans le Loiret, berceau originel de sa famille. Adrienne Bolland, l’irrévérencieuse, la tête brulée, la fonceuse doit rester dans les mémoires, et même si en France elle est un peu oubliée, en vous baladant à Buenos Aires vous pourrez voir son nom apparaitre au détour d’une rue.

A lire:

Tessier R, Femmes de l’air, Flammarion, 1948.

Lhermitte P, Adrienne Bolland – L’intrépide aviatrice…, Plaquette éditée en 1977, à l’occasion de l’inauguration de la rue Adrienne Bolland, à Donnery.

interview: http://www.aerodrome-gruyere.ch/hommage/cordillere.htm
http://www.aerodrome-gruyere.ch/hommage/bolland-meeting.htm

Rendez-vous la semaine prochain pour les arrêts Delphine Seyrig et Colette Besson.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.