Expositions

Les masques de jade mayas à la Pinacothèque

Ce sont des trésors découverts tout récemment au Mexique qui sont présentés à la Pinacothèque de Paris jusqu’au 10 juin prochain : des masques mayas en mosaïque de jade.

L’exposition nous invite à découvrir les croyances du peuple maya, civilisation brillante qui a connu son apogée entre 250 et 900 après Jésus-Christ, à travers les différents objets qui accompagnaient les défunts dans leur dernière demeure.

Les premières salles présentent stèles, reliefs en pierre, assiettes polychromes, sur lesquels on découvre les visages des divinités les plus importantes du panthéon maya, en particulier K’awiil, dieu du maïs (le mot « maya » signifie « peuple du maïs »).

Puis, après avoir descendu quelques marches, on pénètre dans les salles où sont exposés les masques de jade. Le peuple maya craignait et vénérait les forces de la nature ; les rites avaient pour but d’établir un lien avec elles. La pierre de jade est l’élément le plus précieux : sa couleur verte l’associe à l’idée de souffle, de renaissance, de pérennité. Et c’est bien dans l’espoir d’une vie éternelle que l’on plaçait ces masques dans les tombes des hauts dignitaires des différentes cités.

On est surpris par la beauté sévère et parfois difforme de ces effigies : yeux écarquillés, nez écrasés, lèvres épaisses, front parfois presque inexistant…Les masques en mosaïque de jade sont en réalité une représentation déformée des traits du défunt, que l’on s’efforçait de faire ressembler à K’awill, dieu du maïs, afin que celui-ci accompagne le haut dignitaire et lui assure une vie éternelle.

A côté de ces masques funéraires, on peut également admirer les bijoux qui ornaient le défunt : boucles d’oreilles, colliers et bracelets en perles de jade, ceintures cérémonielles… Et ce magnifique tapis funéraire entièrement constitué de graines et de coquillages.

Afin de rendre l’exposition plus didactique, des photographies de tombes dans lesquelles ces ornements ont été trouvés sont présentées, ainsi qu’un fac-simile de l’offrande funéraire du roi Pakal, qui régna à Palenque dès l’âge de 12 ans, jusqu’à sa mort, à 80 ans ! De quoi donner des envies de voyage, pour aller voir les originaux au musée national d’anthropologie de Mexico, ainsi que le fabuleux temple de Palenque…

L’exposition court jusqu’au 10 juin 2012, entrée 10 €

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.