L’oeuvre d’Alfred s’expose au grand jour

Derrière la ligne de dessin tracée, se reflète à la fois une passion artistique et une nécessité à retourner aux prémices de cette passion. S’il existe un auteur dans l’âme qui s’est découvert une patte artistique grâce à son parcours créatif, il s’agit bien d’Alfred, alias Lionel Papagalli.

regard9-affiche-alfred

Né en 1976, il ambitionnait déjà à son plus jeune âge de devenir dessinateur de bandes-dessinées. Alfred commença par mettre en œuvre des « fanzines », nom qui est une contraction de deux mots anglais « fanatic » et « magazine » et attribué à des revues périodiques et indépendantes créées par des auteurs passionnés dans l’intérêt de satisfaire des lecteurs aussi passionnés. En 1995, il crée ‘Ciel Ether », une structure d’auto-édition qui lui permet de faire connaître son travail.

Ayant fait son bonhomme de chemin en tant qu’illustrateur d’histoires ou de B.D. pour enfants, Alfred participe avant tout à des activités créatives en collaboration avec des auteurs et artistes aussi intéressés par le dessin que lui. D’aussi nombreuses collaborations, comme ce fut le cas avec Olivier Ka en 2006 (Pourquoi j’ai tué Pierre) et avec Guillaume Guéraud en 2007 (Je mourrai pas gibier), lui ont permis de dévoiler son trait artistique au grand public mais aussi à l’affiner et le faire évoluer. Ainsi, si Alfred montrait un dessin coloré et surréaliste aux enfants, il arrive également à dévoiler à travers les œuvres de Ka et de Guéraud un trait plus marqué, une couleur plus timorée et une ligne moins déformée dans le but de retranscrire des émotions plus dramatiques dans son dessin.

Alfred publie une bande-dessinée intitulée Come Prima, sa première œuvre écrite (et illustrée), en octobre 2013. C’est une histoire très personnelle qui arrive à le renouer avec ses origines italiennes. Imprégné d’une nostalgie douce-amère et d’un ton contemplatif à la fois dur et enjoué, l’album ne tarda pas à toucher bon nombre de lecteurs et à garantir à son auteur-illustrateur une renommée remarquée, auréolée du Fauve d’or (prix du meilleur album) au festival d’Angoulême en 2014.

Alfred 001

 

Les membres du festival Regard 9 se sont intéressés à cet artiste talentueux et ont eu l’idée d’organiser une exposition qui présenterait son talent artistique. S’étant déroulée du 19 mai au 1er juin à l’espace Saint-Rémi, celle-ci nous invite à assister à un complexe de création hors du commun. Regard 9 essaie de répondre à cette question grâce à cet évènement : qui est Alfred, l’artiste derrière l’homme ?

Ce qui nous avait étonnés avant tout, c’était la sobriété de la salle d’exposition. Nous étions à l’intérieur d’une salle non exhaustive en décorations, mais qui mettait avant tout en valeur les œuvres artistiques d’Alfred sur toile. Nous suivons dès l’instant une expérimentation artistique dans laquelle l’artiste délivre son style sous toutes ses formes, du trait le plus enfantin au plus détaillé en passant par le dessin abstrait. La galerie est disposée comme un album de souvenirs : Alfred capture en tête une image d’un endroit, d’un pays pour retranscrire une vision personnelle et une ambiance particulière de cet emplacement, comme Madrid. C’est une farandole de couleurs qui s’expose devant le public ; des couleurs qui sont travaillées avec minutie afin de renforcer l’effet de reflet, de chaleur et de clair-obscur… jusqu’au cœur des ténèbres avec une utilisation du noir pénétrant et du rouge infernal, dans une salle qui est donnée à voir muni d’une lampe de poche. La recherche de l’art et de la création est sérieusement mise en place grâce à une vidéo diffusant l’artiste Alfred en train de dessiner et à des activités dont le but est d’intéresser le public à « créer » des dessins. Toutefois, l’expérience artistique ne s’arrête pas là puisque diverses expressions se mettent en scène comme les performances, les lectures ou les pièces de théâtre dessinées.

partie-venitienne-de-lexposition-venise-se-parcourt-a-pied

 

A travers l’invitation d’un voyage en Italie proposée au public par voie picturale, Regard 9 a réussi, grâce à cette exposition, à démontrer la facette artistique d’Alfred, une personne humble et nourrie par la soif de créativité. C’est le monde selon la vision d’Alfred qui nous est offert ici ; une vision teintée de nostalgie, de chaleur et de mélancolie. Derrière ces dessins, l’artiste exprime une volonté d’expérimenter son art, en travaillant la disposition et l’effet de ses couleurs et en s’attachant à l’intention artistique représentée par un choix de cadre pictural. Ce qui définit un artiste, ce n’est pas son nombre de productions dessinées mais ses expériences personnelles qui lui ont permis de faire évoluer son trait de dessin. Un artiste ayant compris cela est un artiste accompli ; ce que peut devenir assurément Alfred.

AVT_Alfred_9126

 

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. laurence dit :

    pour l’avoir vue, très belle expo en effet ! tout est dit dans l’article, bravo !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.