Brainstorming

Manifestation de policiers aux Champs-Élysées

Ce 26 Avril, nos amis francilien ont pu constater que l’avenue des Champs-Élysées a été entièrement bouchée par les forces de l’ordre. Ces derniers protestaient contre la mise en examen d’un de leur collègue pour « homicide volontaire ».

Les évènements datent de samedi soir, à Noisy-le-Sec. Les agents de police sont contactés par un anonyme qui les prévient qu’Amine Bentounsi, recherché pour vols à main armée, se trouvait dans les environs. L’homme de 28 ans, multirécidiviste, faisait l’objet d’un mandat d’arrêt puisqu’il n’était pas retourné à la prison de Châteaudun alors qu’il avait une permission de sortie en juin 2010. Quatre policiers partent à sa recherche suite à l’appel et très vite, un d’entre eux tombe nez-à-nez avec Amine Bentounsi. L’agent raconte qu’ensuite le suspect l’aurait menacé avec une arme et, par légitime défense, aurait tiré quatre balles sur le fugitif.

Cependant l’autopsie, ainsi qu’un témoin, prouvent le contraire. Le rapport indique que le policier aurait tiré dans le dos d’Amine Bentounsi. Le témoin affirme avoir vu « une course poursuite dans laquelle un homme faisait feu sur le fuyard , l’homme en fuite ayant un révolver mais ne l’ayant pas utilisé. La légitime défense serait donc inappropriée à la situation. L’homme a succombé samedi soir suite à ses blessures à l’hôpital Georges-Pompidou dans le XVème arrondissement de Paris.

Ce jeudi, le parquet de Bobigny a déclaré qu’il n’y aura pas d’appel à la mise en examen du policier pour homicide volontaire. En guise de protestation, les fonctionnaires de police se sont regroupés sur l’avenue des Champs-Élysées où ils ont manifesté. Pour eux, cette mise en examen est injustifiée et ils sont persuadés que la vraie version des faits est celle de l’agent : la légitime défense. Pour la famille de la victime, Amine Bentounsi a été victime d’une bavure et l’inculpation du policier responsable de sa mort est tout à fait justifiée.

Suite à cet événement, les deux derniers candidats à l’élection présidentielle, Nicolas Sarkozy et François Hollande, ont apporté leur soutien aux policiers. Le candidat de l’UMP, actuel Président de la République, a reçu quelques policiers lors de son meeting à la mairie de Rancy. Il a dit être favorable à « une présomption de légitime défense » pour les forces de l’ordre, idée appartenant à l’origine à la candidate du Front National, Marine Le Pen. Quant à François Hollande, le candidat socialiste, il a déclaré être pour une « protection administrative » des agents de police. Il a lui aussi reçu quelques policiers dans la journée.

Ce samedi, une marche blanche sera organisée à Meaux en la mémoire d’Amine par sa famille. « Ce policier n’en est plus un, il a sali l’uniforme, c’est un meurtrier » a-t-elle déclaré.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.