A la Une

Indochine Paradize+10 : j’y étais

Indochine aime son public et son public le lui rend bien. Pour célébrer les 30 ans du groupe et les 10 de l’album Paradize, Nicolas et sa bande ont donné deux concerts exceptionnels au Zénith de Paris les 1er et 2 février 2012.


Les fans ont répondu présents à ce rendez-vous, les 12 000 billets se sont vendus en 12 minutes.

Aprés avoir attendu de longues dans le froid devant le Zénith, les fans ont pu se réchauffer et s’échauffer la voix grâce au set de la DJ Emilie Mazoyer, l’animatrice du Mouv’.

Après un entract d’une trentaine de minutes, Indochine monte sur scène. Comme toujours le groupe travaille son entrée, un jeu d’ombre chinoise avec les instruments et les musiciens marque l’intro de la chanson “Paradize”. Nicolas s’empare de son mégaphone et l’écran se retire pour laisser découvrir l’installation et le groupe.

Indochine peut maintenant livrer un live énergétique de 2h30.

Sur scène : Nicola, Boris, Olivier, Mister Shoe et Matu, un décor sobre sur scène. En l’air, une série de projecteurs reconstituant la croix de Paradize. Un décor simple et efficace.

Indochine a joué tous les morceaux de l’album Paradize, ce qui a permis d’entendre pour la première fois « La nuit des fées » en live mais aussi des chansons plus rare comme “Comateen”.

Entre chaque morceau, Nicola Sirkis est ovationné par un Zénith conquis une fois de plus par sa performance par la dynamique de ce concert.

A noter que le public connaît par coeur toutes les paroles de l’album et il ne se fera pas prier pour remplacer Mélissa Aud Der Maur, absente pour cause de maternité, sur la chanson du “Grand Secret”.

Le groupe a également repris quelques classiques comme “Kissing my song”, “Le Lac”, “Alice & June”, “Pink Water” et surtout “3 nuits par semaine”. Sur ce morceau Nicola Sirkis traverse le Zénith et par à la rencontre des fans dans la fosse, les gradins…

Avant de terminer ce live, le groupe nous fait découvrir un inédit que l’on retrouvera sur le prochain album “Kill Nico”.

Enfin, Nicola Sirkis termine seul le concert, guitare à la main il chante “un Singe en hiver”, dernière chanson de l’album “Paradize”. Un symbole pour terminer la boucle et préparer l’avenir.

A noter l’absence du titre “L’aventurier” mais peu importe, Indochine a livré un tel show que l’on peut se priver de cette chanson.

Le seul bémol de ce concert, l’absence de nouveaux arrangements sur les morceaux de Paradize, par moment on pouvait revivre le live 3.6.3.

Maintenant, il nous faudra patienter quelques mois pour revoir Indochine sur scène, heureusement le lundi 13 février sort le CD+DVD Paradize+10.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.