Brainstorming

Une femme s’immole par le feu à Béziers

L’info est tombée ce jeudi 13 octobre à midi, une professeur de mathématiques a tenté de s’immoler par le feu dans un lycée de la ville de Béziers.

Âgée d’une quarantaine d’années, cette femme s’est aspergée d’essence dans la cour de récréation du lycée Jean-Moulin vers 10 heures. Brûlée au troisième degré, elle a été transportée au CHU de Montpellier. Sa vie n’est plus en danger.

« Quelqu’un de désespéré », c’est ainsi qu’est qualifiée la professeur, qui avait déjà fait l’an dernier une dépression nerveuse. Elle était aussi peu appréciée des élèves qui la jugent trop sévère, ainsi que de leurs parents qui se plaignaient de ses méthodes d’apprentissage. Mercredi, elle aurait eu une discussion avec un élève, ce qui était probablement en quelque sorte la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.

Chaque année, on a l’impression que ce genre de faits divers arrive de plus en plus souvent. Entre le professeur qui se fait insulter par un élève et celui qui se fait poignarder en sortant du lycée, le respect envers les enseignants semble être en voie de disparition. Des parents d’élèves avaient remarqués que la professeur qui s’est immolée portait des ecchymoses.

On remarque cependant une différence flagrante entre le respect envers les professeurs il y a quelques années et le respect actuel. Si avant les enseignants pouvaient, avant, être comparés à des bourreaux dont les punitions se réglaient à grands coups de règle sur les doigts, aujourd’hui punir un élève c’est prendre le risque de voir un parent surgir et insulter l’enseignant, peu importe que l’enfant mérite la-dite punition ou pas. Dans le même genre, il y a le cas de celui qui s’est fait poignarder par un élève pour lui avoir mis un zéro sur son devoir.

La faute à qui dans tout ça ? À quoi est réellement due cette dépression qui l’a poussée à cette envie suicidaire ? La discussion qu’elle avait eu la veille est-elle réellement l’élément déclencheur ? Ou bien s’agit-il d’une tentative de suicide préméditée depuis plus longtemps ? Enfin, une cellule de crise a été mise en place pour les 3.000 élèves et autres 280 enseignants.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.