Brainstorming

Marine Le Pen donne le LA au Front National

Brainstorming aujourd’hui va vous aider à placer Marine le Pen dans une conversation tout en passant pour un surdoué de l’actualité. Si si c’est vrai ! Comment ? En vous concoctant une recette dont les ingrédients sont : une grosse actu, une pincée d’humour, et un soupçon de légèreté. Mélangez le tout et ça donne un sujet pour se la péter en plaçant ici et là des trucs que vous nous aurez piqué. Une petite analyse de l’actu, simplement histoire de se tenir au courant…

Depuis le 16 Janvier 2011, Marine Le Pen, qui a succédé à son père à la tête du Front National, est partout. En écrasant Bruno Gollnisch (avec 67,65% des voix des sympathisants frontistes lors du congrès de Tours), elle devient LE nouveau visage du FN. Alors plus sympa que son papa la Marine?

Marine par ci, Marine par là…  celle qui autrefois n’était que l’ombre de son père, Jean-marie, est devenue LA candidate évidente du FN pour LA course à l’élection présidentielle de 2012. C’est par sa popularité et ses ambitions politiques que Marine (à faire avec le ton employé par Diam’s) a su s’imposer et apparaitre comme LA seule véritable rivale à l’actuel président Nicolas Sarkozy. Marine (lalalalala)  profite d’une aura et de son nom, héritage qui semble lui porter chance. Au début des années 2000, sa principale ambition était de redorer l’image du parti fondé par son père. Aujourd’hui,  elle envisage les élections présidentielles de 2012 comme un rendez-vous politique et électoral crucial, qu’elle dit aborder  « sereinement » et toujours le point levé !  Non intéressée par une refonte totale et moderniste du Front National, Marine joue LA carte de LA proximité, réelle et sincère. Elle surfe (peut être que c’est vrai) sur les idées frontistes, tel Jérémy Flores (quoi vous ne le connaissez pas ? On va arranger ça, rdv au prochain numéro !) pour faire remonter l’idéologie nationaliste à des scores historiques, mais aussi récupérer les électeurs qui avaient tourné le dos au FN en 2007.

Le Front National, par(t)i gagnant en 2012 ?

Selon un sondage de l’Ifop (janvier 2011), Marine le Pen serait crédité de 16,5% des intentions de vote au premier tour des élections de 2012, et 1/5 des Français considèrent les idées du parti d’extrême droite comme légitimes et ayant leur place dans la société française. Marine, rassuré par ces chiffres, va jouer La carte de LA (fameuse)  sécurité et de LA (fumeuse) continuité des grandes idées de son parti, sans  proposer d’ idées novatrices . Mais pourquoi est-elle partout ?  Fidèle à son père, qui s’est déclaré « heureux et prêt à l’aider » dans ses démarches, le clan le Pen profite avant tout des querelles internes qui déchirent le PS, mais également du ras-le-bol de LA (stupid or not stupid?) société française envers le gouvernement actuel. Les deux partis se  rejettent LA faute face à LA (dangereuse?) montée de l’extrême droite, et ne prennent pas LA mesure d’un tel évènement. Dans LA course à LA présidentielle, chaque parti se prépare, crée des alliances, affine son programme, met en avant les principaux acteurs politiques à faire élire. Mais, parce qu’il y a toujours un mais,  pour ce qui est de LA bataille médiatique, Marine le Pen a gagné le premier round. Ainsi, on pourrait voir se profiler un remake de ce  21 avril 2002, un scénario qui n’a pour l’instant rien d’alarmant… Pour l’instant.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.