Chanteuse rock

Chrissie Hynde

Rugissement triomphant dans l’histoire du rock de la fin des années 1970, Chrissie Hynde est une femme de poigne. Non contente de figurer dans la sphère très fermée des femmes à guitare de la période new wave / punk, la chanteuse est également la fondatrice du très célèbre groupe The Pretenders, présente dans toute bonne compil de pop-rock eighties qui se respecte. Si ce n’est pas le cas, vous êtes en droit de douter de la qualité. Passent encore les éventuels oublis de « Precious » ou « Stop Your Sobbing », mais en aucun cas on ne saurait tolérer l’omission de ses tubes « Don’t Get Me Wrong » et « I’ll Stand By You » ! Checkez un peu voir votre discothèque ?


Arrête de pleurnicher

Peut-être que le célèbre groupe de rock est de nationalité britannique mais c’est pourtant sur le sol américain que voit le jour Christine Ellen Hynde, le 7 septembre 1951 à Akron, dans l’Ohio. Entre un père cadre travaillant chez Yellow Pages (ndlr : Pages Jaunes américaines) et une mère secrétaire à mi-temps, Chrissie connaît une enfance somme toute normale. Son adolescence, elle, est plus rock n’roll : plutôt que de se passionner pour les garçons, la danse ou les cours, la jeune fille préfère s’enfermer des heures durant dans sa chambre pour parfaire sa technique de guitare. En pleine effervescence rock, Hynde s’enflamme pour les Stones, le Velvet Undergroung, les Stooges mais aussi et surtout leurs cousins britanniques, les Kinks, qu’elle idolâtre.

Hippie, puis végétarienne, la rockeuse suit un cursus artistique à la Kent State University et intègre son premier groupe Sat. Sun. Mat. où elle rencontre le futur Devo, Mark Mothersbaugh. Témoin malgré elle de la fusillade opposant l’armée au campus militant contre la guerre au Vietnam, Hynde tentera d’exorciser cette part sombre de l’histoire américaine en s’expatriant à Londres en 1973. Elle y rencontre le journaliste rock Nick Kent qui l’intègre à la rédaction du mythique New Musical Express… Un poste plus que temporaire que celle-ci doit remplacer en travaillant chez Sex, la boutique d’une styliste encore très underground, Vivienne Westwood et de son mari, Malcolm McLaren, futur manager des Sex Pistols.

Après un chassé-croisé entre Cleveland et Paris, où elle devient furtivement la chanteuse des Frenchies (ndlr : groupe de Jean-Marie Poiré), la jeune femme retrouve Londres à l’aube de la déferlante punk. Ne lui reste plus qu’à fonder un groupe. Suite à une tentative infructueuse avec Mick Jones de The Clash, un passage éclair chez Masters of the Backside, ensuite célèbre sous le nom The Damned, puis dans le groupe Johnny Moped et le controversé The Moors Murderers, Chrissie se voit déjà cataloguée dans la case « looser ». Alors, tentant le tout pour le tout, celle-ci enregistre une démo à destination de Dave Hill, manager du label Real Records…


De l’audace en poche

Sur ses conseils, la chanteuse prend le temps de mûrir son projet de groupe et rencontre les futurs orfèvres du succès Pretenders : le bassiste Pete Farndon, le guitariste James Honeyman-Scott et le batteur Martin Chambers. Directement emprunté au répertoire des Platters, le nom de la formation ne dément pas ses racines soul et rock, à mi-chemin entre mouvance punk et rock plus mélodique ! La voie est lancée pour les premiers singles « Stop Your Sobbing/The Wait », une reprise des Kinks sortie en janvier 1979, où résonne le délicieux alto de Chrissie. Un premier album éponyme sorti au printemps de la même année et la chanson « Brass in Pocket » plus tard, le nom Pretenders est sur toutes les lèvres !

Un maxi et le deuxième album Pretenders II (août 1981) plus tard, la donne n’est déjà plus tout à fait la même. Boudé par les critiques, le groupe doit faire face à des déchirements internes que la toxicomanie de certains membres n’arrange pas. Décès par overdose, départ, licenciement, le constant changement de line-up laisse la chanteuse comme seule membre historique jusqu’au milieu des années 90, avec le retour de Chambers. Témoins de cette période difficile, Learning to Crawl (1983), Get Close (1986), Packed (1990) et Last of the Independents (1994) imposent cependant des titres comme « Don’t Get Me Wrong » et « I’ll Stand By You » au sommet des hits.

Elle qui prétendait ne pas avoir de sentiments sur la reprise de « I’m Not In Love » des 10ccs pour les besoins du film Proposition Indécente (1992) revient avec l’amour comme étendard sur Viva El Amor (1999). La grande séductrice aura pris le temps d’assurer sa succession avec la sortie d’un Greatest Hits l’année suivante puis d’un nouvel album studio, à la fois loué et décrié, deux ans plus tard, Loose Screw… Réconciliation consommée avec Break Up The Concrete qui, en plus de distiller la chaleur des débuts, réintègre la bande à Chrissie dans le top des ventes. Des singles en boucle : “Boots of Chinese Plastic », « Don’t Cut Your Hair », « Love’s a Mystery », « The Last Ride » and « Almost Perfect » et une tournée aux nombreuses dates américano-européennes, cela faisait bien plus de vingt ans que ça n’était pas arrivé !


Ne pas se méprendre

A l’expiration de son visa et pour éviter son renvoi de l’Angleterre vers les Etats-Unis, la légende raconte qu’elle aurait proposé un mariage blanc à Sid Vicious, dans sa période pré Sex Pistols! Peine perdue car l’histoire nous aura prouvé le contraire… Cette anecdote peut faire sourire mais il reste que Hynde, sous ses airs décontractés, peut faire preuve de la plus grande détermination lorsqu’il s’agit de défendre sa part de bifteck. Cette indéniable force de caractère, Chrissie l’a traîné de formations en formations, pour prendre cette « bouteille » si caractéristique des bons vins et finalement percer, à force de persévérance, à la tête de son propre groupe. Elle en est d’ailleurs la clé de voûte, si totalement indissociable de sa Fender Telecaster qu’elle n’aurait autrement pas réussi à s’imposer de cette manière dans le cercle restreint des chanteuses meneuses de band!

Seule membre historique des Pretenders, qu’elle a mené de main de maître depuis maintenant 32 ans, Mrs Hynde s’est frotté à tous les styles : cinématographiques, en signant des chansons pour le James Bond, Tuer n’est pas jouer (1987) ou GI Jane, dix ans plus tard, et musicaux, en collaborant avec le groupe INXS sur leur album Full Moon Dirty Heart (1993), Frank Sinatra (Duets II, 1994), Tom Jones (Reload, 1999) ou en duo la même année avec Emmylou Harris sur Return of the Grevious Angel : A Tribute to Gram Parsons, album hommage au mythique chanteur country Gram Parsons… Dès lors, l’intronisation au Rock and Roll Hall of Fame en mars 2005 apparaît des plus logiques. Une récompense de poids, renforcée par le compliment du non moins grand Neil Young indiquant à son sujet : « C’est une femme du rock, elle l’a dans le cœur et rockera jusqu’à son dernier souffle » (http://www.thepretenders.com/story.html).

Gageant que rien n’est acquis, Chrissie a su faire de ce rock bluesy mélodique, soupçonné de punk, les éléments magiques de sa recette miracle. Mais c’est aussi une femme de valeurs et de principes : fervente défenseuse des droits des animaux et végétarienne convaincue, la chanteuse a ajouté une nouvelle corde à son arc en ouvrant un restaurant faisant honneur à son régime alimentaire et ne rate aucune manifestation de la PETA. Passés les fastes des débuts, Hynde aspire maintenant à une vie simple : « […] Quand nous avons débuté, je ne pensais à faire carrière. Ca relevait presque du gros mot. C’était plutôt un style de vie, en vivant littéralement en dehors des lois, tout en étant anti-establishment et en faisant son boulot. C’est toujours mon point de vue » (http://www.telegraph.co.uk). Et préfère de loin la compagnie de ses filles Nathalie Rae (née en 1983 de son idylle avec Ray Davies, le chanteur des Kinks) et Yasmin Kerr (née en 1988, dont le père n’est autre que Jim Kerr, le chanteur des Simple Minds) au marathon des cocktails mondains !

(Les photos proviennent de http://www.myspace.com/chrissiehyndesoloappearances et http://www.myspace.com/thepretenders)

Sources

Sites internet
http://www.thepretenders.com/
http://www.pretenders.org/
http://www.myspace.com/thepretenders
http://www.myspace.com/chrissiehyndesoloappearances

Articles
The Pretenders story : http://www.thepretenders.com/story.html
Chrissie Hynde interview : http://www.telegraph.co.uk/culture/music/rockandpopfeatures/5542039/Chrissie-Hynde-interview.html
Chrissie Hynde interview : http://www.telegraph.co.uk/culture/music/rockandpopfeatures/8062342/Chrissie-Hynde-interview.html

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.