Chanteuse rock

Gwen Stefani

Un nouvel album pour No Doubt ? Et dire qu’il aura suffit d’un bref « En studio pour une paire de semaines, pour faire du rock et enregistrer le nouveau ND (ndlr : comprenez « No Doubt ») »  lâché le 17 mars dernier sur le compte Twitter du groupe pour confirmer la rumeur qui ne faisait qu’enfler ces dernières semaines ! Contre toute attente, cette année verra très certainement la sortie de leur sixième album studio maintes fois reportée, si si c’est Gwen qui nous le dit ! Gwen qui ? Gwen Stefani, leur « a-t-on encore besoin de la présenter » pétillante et charismatique chanteuse… Oh et puis pourquoi pas, histoire de se rafraîchir la mémoire ?

Pas de doute

C’est en 1969 et plus précisément le 3 octobre que Gwen Renée Stefani naît à Anaheim, dans l’état de Californie. Cadette d’une fratrie de quatre enfants, Gwen doit son prénom pour la petite anecdote, à l’un des personnages du best-seller américain Airport que sa mère était en train de lire pendant sa grossesse. Cadre commercial chez Yamaha, son père Dennis et sa mère, Patti, qui a quitté son travail de comptable pour élever ses enfants, sont de grands amateurs de musique folk et c’est aux mélodies de Bob Dylan ou de Emmylou Harris que résonne toute la maisonnée.

Il n’en faut pas plus pour que la gamine attrape le virus de la musique. Mais étonnamment, c’est vers les comédies musicales comme The Sound of Music ou Evita que se porte la préférence de Gwen. Premiers fans, ses parents l’encouragent à prendre des cours de chant pour qu’elle tire tout le potentiel de sa voix si particulière. Les spectacles de fin d’année au collège et lycée seront autant d’occasions pour la jeune fille d’exercer son timbre chaud et sucré. De là à rejoindre une formation musicale, il n’y avait qu’un pas que Gwen franchit grâce à son frère Eric qui la persuade d’être de l’aventure No Doubt, un groupe de ska qu’il vient tout juste de former.

En cette année 1986, la post ado n’est encore que choriste et d’ailleurs le groupe n’a rien du line-up qu’on lui connaît actuellement. Hormis Tony Kanal qui les rejoindra comme bassiste après leurs premiers concerts, les trois premières années d’existence du groupe sont assez tourmentées. Suicide du chanteur, dissolution, départ et remplacement des zikos : ND ne reviendra à un semblant de stabilité qu’avec la relève de Gwen au chant. Cette décision sera capitale pour l’avenir du groupe qui a trouvé sa figure forte, magnétique sur scène lorsqu’il s’agit d’hypnotiser les foules.

Juste une fille

Mais pas une fille comme les autres ! Des tenues flashys, une blondeur angélique et des lèvres carmins : le tout jeune label Interscope fond sous le charme de la cartoonesque chanteuse et les signe pour une série d’albums. Sobrement intitulé No Doubt, le premier d’entre eux sort dans les bacs fin 1992, mais sans hit distinctif et à des années-lumière de la déferlante grunge, ses ventes peinent à dépasser les 30 000 exemplaires. L’échec est cuisant et le désintérêt croissant de la maison de disques provoque le départ d’Eric qui se reconvertit comme dessinateur chez Disney. Coup de poker risqué pour le plus brut The Beacon Street Collection (mars 1995) qui se vend plus de trois fois plus que son prédécesseur ! Revenu dans les bonnes grâces de son label, celui-ci précipite la sortie de Tragic Kingdom en octobre de la même année.

Sage décision car ce sera l’Album de la consécration. Avec des singles comme « Just A Girl » mais aussi et surtout « Don’t Speak », le groupe se met en route pour une tournée mondiale de plus de deux ans, obtient plusieurs nominations aux Grammy Awards 1997 et voit son disque s’écouler à 16 millions de copies, devenant de ce fait l’un des albums les plus vendus de l’histoire ! Après des querelles intestines entre labels et quelques collaborations extérieures (ndlr : participation à la B.O du film d’animation Les Razmokets ainsi qu’à l’album hommage Burning London : The Clash Tribute), le groupe récidive avec Return of Saturn lancé en avril 2000. Malgré son ton légèrement plus noir et une écriture plus poussée, les singles « Ex-Girlfriend », « Simple Kind of Life » ou « Bathwater » ne rencontreront cependant pas le même succès que leurs prédécesseurs.

Qu’importe, la notoriété des ND, qui est désormais chose acquise, leur permet de multiplier les projets : une réinterprétation du « Love to Love You Baby » de Donna Summer pour le film Zoolander, la composition d’une chanson pour l’album Wanderland de l’artiste Kelis… Et pour Stefani, des apparitions remarquées comme guest auprès de Moby (South Side) et Eve (« Let Me Blow Ya Mind »). Différents horizons qui inciteront le groupe à exploiter le filon de nouveaux genres, comme le dancehall jamaïcain sur Rock Steady sorti en décembre 2001. Et ils ont eu bien fait : en plus de compter des références comme Bounty Killer et Lady Saw, les singles « Hey Baby » et « Underneath It All » seront les heureux gagnants de deux Grammy Awards ! Distribué deux années plus tard, la compilation The Singles 1992-2003, où figure la surprenante reprise du tubesque « It’s My Life » de Talk Talk annonce cependant qu’une page est déjà en train de se tourner dans la vie du groupe.

C’est ma vie

En près de 18 années de vie commune, quoi de plus normal que de vouloir prendre le large pour vivre ses propres expériences ? C’est Gwen qui ouvre la voie de l’émancipation en signant fin 2004 Love. Angel. Music. Baby, un premier album solo énergique, décalé et éclectique à souhait, qui intronisera par la même occasion ses danseuses, les Harajuku Girls, muses habillées à la mode du célèbre quartier tokyoïte. Multi-platine dont de nombreux pays dont une quintuple certification au Canada, déclinée en triple aux USA, c’est une véritable réussite pour « What You Waiting For », « Rich Girl », « Hollaback Girl » ou « Cool » qui deviendront des hits en puissance.

Désir de maternité, vénalité, réputation, amitié : Stefani règle ses comptes sur fond pop, new wave, dance et R&B. On ne peut pas en dire autant pour son successeur, The Sweet Escape sorti en décembre 2006, soit à peine 6 mois après la naissance de son fils, Kingston James McGregor Rossdale ! Les singles « Wind It Up » et l’éponyme « The Sweet Escape » sont accueillis en demi teinte aussi bien en Amérique du Nord que dans le restant du monde. Pendant ce temps-là, chez le restant des No Doubt : Tony Kanal a participé à l’album solo de Gwen, collaboré au Funhouse de P!nk, Tom Dumont a monté son projet musical Invicible Overlord… Et tous avaient commencé à jeter les bases d’un nouvel album quand celle-ci les rejoint en 2008. Mais la nouvelle grossesse de Gwen (ndlr : son deuxième fils Zuma Nesta Rock Rossdale naîtra le 21 août 2008) retarde l’avancement de la nouvelle galette. A défaut d’une tournée promotionnelle, ce sera en 2009 un « Summer Reunion Tour », tour de chants de leurs plus gros tubes interprétés par des artistes tels que Katy Perry, Matt Costa ou le groupe Paramore.

Depuis les nouvelles quant à ce potentiel 6e album se faisaient rares : tout au plus savait-on que l’année 2010 avait été consacrée aux répets, maintenant nous savons officiellement que 2011 est celle de l’enregistrement voire du lancement du petit dernier! D’ailleurs, ceux-ci s’y préparent : après avoir confié dans le Elle américain « Il y a une chanson sur le nouvel album qui s’appelle ONE MORE SUMMER. Je vous le dis tout de suite, cette chanson va être ENORME » (http://www.nodoubt.fr) on a vu également Gwen apparaître dernièrement en guest lors d’un concert de Prince à Los Angeles. Il faut dire que le passage des ND dans un épisode de Gossip Girl ainsi qu’au Bridge School Benefit, concert caritatif organisé par Neil Young, leur a permis de garder un pied dans le domaine!

30 millions d’albums vendus à ce jour, ça peut faire tourner la tête! Nul doute qu’avec son expérience, No Doubt a compris qu’il fallait s’armer de philosophie et de persévérance pour cultiver le succès. Et Gwen en la matière peut leur servir d’exemple : actrice dans le Aviator de Scorcese (ndlr : elle y joue Jean Harlow), mais aussi créatrice de mode avec des marques comme L.A.M.B et Harajuku Lovers, nouvelle égérie L’Oréal, modeuse invétérée et, avant tout autre chose, musicienne, épouse du rockeur Gavin Rossdale et mère de famille… Une artiste polyvalente mais avec un maître mot : la diversification!

Preuve qu’on peut être à la fois un garçon manqué et une pin-up moderne, ingénue et déterminée, avec les pieds solidement ancrés sur terre : « J’essaye de ne pas y penser mais je suis une super névrosée des régimes. Je suis névrosée à l’idée de l’être! Je suis comme toutes les filles. J’aurais à me battre toute ma vie pour rester mince. Je suis très futile et je veux porter de jolis vêtements. Vous savez, gamine, j’étais potelée. Et j’ai des problèmes comme tout le monde, mais j’essaye de les balayer. Mais j’ai appris au cours des années que c’est une réelle perte de temps et que l’on m’aimera que je sois un peu plus grassouillette ou pas ». (http://www.guardian.co.uk) Une fille normale en somme ?

(Les photos proviennent de http://www.gwenstefani.com et de http://www.nodoubt.com)

Sources

Sites internet

http://www.nodoubt.com
http://www.gwenstefani.com
http://www.nodoubt.fr
http://www.myspace.com/nodoubt
http://www.myspace.com/gwenstefani
http://fr.wikipedia.org
http://en.wikipedia.org

Articles

Gwen rejoint Prince sur scène, Il faut s’attendre à du très lourd! : http://www.nodoubt.fr
I’m like every other woman. I’m super-vain. I have issues : http://www.guardian.co.uk/lifeandstyle/2007/aug/05/fashion.popandrock
Gold Dust Women: http://www.elle.com/Pop-Culture/Movies-TV-Music-Books/Gold-Dust-Women/(imageIndex)/-1/(play)/false

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.