Cinéma

Michael Collins

Bientôt, je vais passer quelques jours en Irlande. Je sais que vous vous en moquez comme de votre premier piercing, mais moi, j’aime bien.  Du coup, pour m’intégrer assez facilement, j’ai décidé de reprendre contact avec la vie irlandaise à la fois gastronomique (« Patron, tu nous remets une tournée de Guinness ? ») et culturelle. Voila donc le pourquoi du comment du choix de ce film de 1997 en tant que film du mois.

Petite leçon d’histoire pour le contexte : Pour les Irlandais, Michael Collins est un héros national. Né en 1890, dans une Irlande appartenant toute entière à son voisin britannique, il entre dans les mouvements indépendantistes dans les années 1910, participe à la grande insurrection de 1916, où il est fait prisonnier. A sa libération, il décide de réformer le mouvement, amputé de ses principaux chefs, exécutés après l’insurrection : il forme les Flying Columns, petite unité de tueurs, chargés d’exécuter les agents britanniques ou leurs séides irlandais. Cette méthode marche tellement que les Britanniques demandent la paix, et Collins est envoyé à Londres pour négocier le traité qui amènera la création de l’Irlande telle qu’on la connaît aujourd’hui. Une partie des Irlandais refuse ce traité, notamment la partition de l’île. Une guerre civile s’ensuit, remportée par les partisans du traité, mais Collins ne verra pas cette victoire, il est tué dans une embuscade près de sa ville natale de Cork. Il avait 31 ans.

Ce film retrace le parcours de ce personnage hors du commun à la manière des héros romantiques, la création des unités de tueurs, les exécutions des meilleurs agents des services secrets britanniques, avec Liam Neeson dans le rôle titre. Il y a aussi une histoire d’amour, Collins et son meilleur amie, Bolland (interprété par Aidan Quinn) se disputant les faveurs de la belle Kitty (Julia Roberts), cet amour faisant voler en éclats leur amitié… Ajoutez à cela Alan Rickman dans le rôle ambigu d’Eamon de Valera, et l’un des tout premiers rôles de Jonathan Rhys Meyers, et vous aurez un bon film, mélangeant action (une balle dans la tête = cervelle qui explose) pour ravir votre homme, et amour (du vrai, romantique et tout, pas une seule scène dénudée) pour vous ravir vous. Vision romantique disais je, puisque l’un des aphorismes préférés de Collins était « le but du terrorisme est de terroriser, c’est le seul moyen pour une petite nation de se battre contre une grande avec des chances de gagner. », même si les victimes civiles n’étaient dûes qu’au hasard.

Je vous recommande donc ce bon petit film, avec une bande son qui rend hommage à tous les classiques chants irlandais, des plus rythmés aux plus tristes.  Bon film, moi, je vais me resservir  une Guinness !

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.