Média tics

Master Chef

Annoncées par des publicités en 4×3 sur les nationales, il était difficile de passer à côté des expériences gastronomiques de Tf1.

Un dîner presque parfait avait dépoussiéré les cocottes de Robuchon en introduisant les verrines sur nos tables, Top Chef nous a montré que cuisiner faisait transpirer au dessus des marmites et qu’il s’agissait là d’un vrai métier. Mais depuis 3 semaines, Tf1 nous vend ce concours culinaire comme étant « la recette pour changer de vie ». Recette déjà programmée sur la BBC depuis les années 90…
L’idée est d’inviter dans votre salon 18000 candidats, un jury pour les départager et des épreuves en tout genre type faire ses courses au supermarché afin de préparer des tagliatelles aux palourdes à présenter au jury sus-cité. Comme dans chaque émission dite de télé-réalité, ces apprentis cuisiniers vont passer des épreuves, se faire juger puis éliminer. Le survivor de la coquillette aura la joie de remporter 100 000€ accompagnés d’un CDD de 6 mois dans un « grand restaurant », en plus des divers contrats publicitaires afin de représenter une marque de poêles sur une chaine câblée.

 

 

Il s’agit donc d’une sorte de Nouvelle Star gastro sans que l’on vous demande votre avis moyennant 35 centimes plus le prix du sms.
Parce que le jury est là pour déterminer qui du prothésiste dentaire ou de la vendeuse de cosmétiques a le plus de « sensibilité visuelle », d’ « acuité gustative » ou d’instinct en ce qui concerne la cuisson du riz. Composé d’un critique gastronomique (Sébastien Demorand, frère de) et de deux Chefs (Frédéric Anton et Yves Camdeborde), ce trio est exigeant et rigoureux, à l’image des Chefs comme on nous la vend. Si j’étais mauvaise langue, je dirais volontiers qu’ils sont bruts et acerbes dans le simple but de faire pleurer les candidats, caution émotion de l’émission.

 

 

Et c’est là que le bât blesse. On le sait, la cuisine fait recette (ahah), vous avez même offert un kit à muffins à votre belle-soeur à Noël, mais ce qu’il y a de transcendant dans cette émission, c’est la théâtralisation de chaque non-évènements, les séquences lacrymales répétées et les candidats stéréotypés. Et les voir courir comme ça vers la sortie, se témoignant très physiquement l’affection qu’ils se portent mutuellement, promettant de se revoir… Tout ça me rappelle douloureusement les Maçons du Cœur.
Allons bon, vous avez appris à faire une mayonnaise puis découvert qu’il existait le « Syndicat National de Défense et de Promotion de l’Authentique Quiche Lorraine » lorsqu’un candidat émit l’idée d’y mettre du gruyère râpé. Avouez que c’est déjà ça.

Présenté par Carole Rousseau
Master Chef le prime, suivi de Master Chef se met à table
Tous les jeudis à partir de 20h45

Images: http://www.tf1.fr/masterchef/

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    mllelouise
    7 septembre 2010 at 18:15

    et puis y a pas de femme dans le jury, ça véhicule une fois encore l’idée que les femmes peuvent vaguement participer mais pas être dignes de juger

  • Reply
    Daniel
    7 septembre 2010 at 14:57

    cette grosse daube réchauffée m’a donné envie de vomir en moins de 5 minutes
    TOTALEMENT INDIGESTE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.