Curiosités

Archive, Controlling Crowds Part IV

Faisant suite à Controlling Crowds, album sorti en début d’année, Archive sort maintenant Controlling Crowds, Part IV. Pourquoi Part IV ? Tout simplement parce que Controlling Crowds était un seul album, divisé en trois parties. Cette suite ne dénature pas le style d’une musique aux accents électro. Nous avons rencontré Darius Keeler (programmation, claviers et composition) et Dave Pen (chant, guitare et composition) pour en parler.

Comment vous est venue cette idée de Controlling Crowds (le contrôle des foules, NDLR) ?

Du système actuel ! Il semble que tout soit fait pour contrôler l’individu. Que ce soit par la société de consommation ou les médias. Au Royaume-Uni en particulier, les medias ont un grand rôle là-dedans. Les tabloïds sont quelque chose de terrible…

Le cours de l’histoire d’Archive est un peu compliqué, avec de nombreux musicien, variant à chaque album… Qui a donc participé à cette partie IV de Controlling Crowds ?

C’est un album collectif. C’est rare, mais l’ensemble des membres du groupe à contribué à cet album.

Quelle différence avec la première partie (enfin, les trois premières parties), l’album Controlling Crowds paru en début d’année ?

Part IV est beaucoup plus léger, plus optimiste aussi. On quitte l’univers un peu sombre de Controlling Crowds pour quelque chose de plus organique. Un peu comme l’ambiance d’une forêt, et ce rapprochement avec les arbres. On voulait à éviter un univers d’acier et de sang.

Comment avez-vous procédé pour composer cet album ?

Chacun a apporté sa touche, en venant avec une mélodie, un thème… Tout ça a été assemblé, petit à petit, pour obtenir ce résultat.

Un album un peu composé au hasard, finalement ?

Oui, en quelque sorte. L’accumulation de ces différents thèmes nous a permis d’expérimenter à notre guise.

Une longue tournée vous attend. Comment l’appréhendez-vous ? Déjà, vous sentez-vous plus à l’aise en studio ou sur scène ?

Clairement, en studio. C’est là qu’on peut créer la musique que l’on veut. Bien sûr, la scène est aussi quelque chose de génial. C’est toujours grand de voir la réaction des gens et je dirais même qu’on e a besoin. Mais le studio est vraiment notre élément, c’est là qu’on a le plus de liberté pour créer une musique telle que la notre.

Vous parlez de création en studio… Vous ne créez pas sur scène ?

La marge de manœuvre est tout de même très réduite. Il est difficile d’improviser lorsque chacun a sa séquence. C’est une sorte de carcan duquel il est difficile de se libérer, sans mettre tout en l’air.

Est-ce que vous ressentez une perception différente de votre musique de la part du public ?

Bien sûr ! Ne serait-ce que pour les références qu’on nous soumet. On nous a mêmes comparés à Donovan !

Donovan !?!

Oui, je vous assure ! Enfin, on ne nous a pas encore comparés à Mika, c’est déjà rassurant !

Est-ce qu’une telle différence de perception peut vous amener à modifier votre façon de composer ?

Non, on veut absolument conserver notre style. Ensuite, à chacun d’y prendre ce qu’il aime…

A propos d’influences, quelles sont les vôtres ?

C’est très variable. Ca peut être une ligne d’un roman, un titre de presse, une ambiance, un son… un rien par-ci par-là qui nous accroche. Mais on n’a pas réellement de groupe culte ou de nouveau groupe qui nous inspire au point de suivre leur style.

Supportez le groupe et achetez l’album : Controlling Crowds Part IV
Existe aussi en version complète : Controlling Crowds / The Complete Edition Parts I-Iv

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.