Chroniques ordinaires Humeurs

Les examens de fin d’année

En Juin, ne vois plus tes copains et plonge ta tête dans les bouquins.

 

Le calendrier des examens scolaires est d’une absurdité telle que certains n’arrivent même pas à avoir le brevet des collèges. Que celui qui a décidé de mettre ce type d’épreuves ô combien déterminantes, n’a qu’à ressusciter pour qu’on le lapide à coup de compas et d’équerres. En fer, s’il vous plait.

Parce que, si le principe d’évaluation n’est pas mauvais, opérer ce genre d’évènement alors qu’il commence à faire beau, que la Nouvelle Star va enfin révéler le talent qui aura le droit de revenir piailler l’année d’après et que les boulangeries sortent enfin leurs congélateurs à Mister Freeze, c’est de la torture pure et dure. Il y a bien les examens de fin de semestre pour le supérieur, mais ceux-ci ont au moins le mérite de faire gagner la BU en popularité vu les températures extérieures. Un stand Starbucks dans l’entrée et ce lieu de tous les savoirs devient l’endroit le plus hype de fac après la cafet’ qui fait les sandwichs avec du pain suédois, fabriqué à Levallois Perret.

Ceci dit, il y en a qui arrivent à travailler en cette joyeuse période et ayons une pensée émue et solidaire aux futurs bacheliers qui penseront le temps d’une soirée que le monde est à eux. A tous ceux qui révisent en ce moment la Philo, sachez qu’au temps de Platon et de ses copains, ils pensaient devoir atteindre l’ivresse pour mieux philosopher. Sans vous inciter à commencer la journée à la Tequila Sunrise, révisez une petite heure au soleil et espérez qu’il vous tape suffisamment sur la tête pour que votre fibre de grand penseur soit à son apogée. Mais pensez à vous protéger, inutile de vous taper un cancer de la peau alors que vous aurez enfin le droit de goûter aux sandwichs du CROUS.

Finalement, ce qui fait mal dans tout ça, c’est la période où l’on cherche la motivation pour réviser. La légende dit même que les sites de téléchargements et de streaming ne se portent jamais aussi bien qu’en cette période. « Allez, encore un épisode et je m’y mets… »

Pour les plus « domestiques », il y a aussi le ménage dans l’art du « je repousse pour être encore plus performante» . Un sac poubelle pour trier, puis ranger, faire le ménage… et pour les plus téméraires, bouger les meubles. Il est évidemment que vous dormirez mieux si vous orientez le lit vers le nord en ascension avec Saturne qui taille le bout de gras avec la lune.

Après ces pauses pour se « vider la tête », vous révisez les maths. Pas d’équations à sept inconnues, c’est trop compliqué et avec les grèves, vous n’avez pas eu le temps de voir ça, non, du calcul utile.

Pour le brevet des collèges, en bonne élève, vous n’aviez pas de points à gagner puisque toute l’année vos résultats étaient plus que satisfaisants. Au bac, avec un 4 en anglais mais avec les points de l’option musique spécialisation maracas, l’histoire géo ne devrait pas être un problème si la géographie de la Russie tombe en mineure, que vous avez 10 et que la classe de l’épreuve est climatisée pour vous conditionner. A la fac, le calcul est différent. La grève aidant, le nombre de chaises utilisées pour bloquer l’entrée est proportionnelle au nombre de matières validées durant le semestre.

Les révisions passées, les épreuves et autres réjouissances scolaires censées montrer le travail effectué peuvent commencer dans la joie et l’allégresse. Le cheveux aérien, le regard fatigué et le sac chargé de Twix, le lieu regorge d’humaines surprises. L’Œil aiguisé, si la géopolitique guatémaltèque au temps de Clovis n’est pas immédiatement passionnante, la réorientation semble poindre son nez lorsque sur les feuilles de brouillon vous commencez à rédiger une thèse sur la pilosité dorsale.

Terminée, la thèse est remplacée par la présence arrogante du Twix dont dépend clairement votre degré de concentration. Le pouvoir du chocolat n‘étant plus à démontrer, l’excursion en Amérique latine devrait être une partie de plaisir.

Le plus dur étant fait, l’attente des résultats est consacrée à la programmation des vacances et aux terrasses de cafés pour finaliser votre thèse pileuse. Et non la dame au bandeau en fourrure ne compte pas.

Qu’importe le résultat finalement, puisque le calendrier n’est finalement pas si incohérent que ça, ne dit-on pas « En Juillet fais ce qu’il te plait » ? Hmm Hmm.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.