Humeurs Je n'ai pas testé pour vous

L’antitranspirant nouvelle génération

En ouvrant le journal ce matin-là, j’ai bien cru que je ma conjonctivite me provoquait des hallucinations. Il était 8 heures du matin, mon cerveau encore embrumé par le sommeil, pas encore de caféine dans les veines, mais même après avoir humé le café bien acide du bureau, l’image était encore là. Passé le moment de perplexité je me suis dit, pleine de cet espoir naïf que je ne perdrais donc jamais : « C’est une blague, un 1er avril en retard ! ». Eh bien non. C’était bel et bien un article tout à fait sérieux sur ÇA :

ÇA, c’est un anti-transpirant nouvelle génération, inventé par les chercheurs allemands Peter Jentschura et Josef Lohkämper, selon les remèdes traditionnels d’un prêtre allemand qui, il y a quelques siècles de ça, soignait les maladies avec des remèdes à base de plantes, selon les principes de l’hydrothérapie.

ÇA a été inventé par les deux chercheurs afin de mettre fin aux troubles qui accompagnent des maladies aussi diverses qu’alzheimer, parkinson, migraines, insomnies, etc. souvent accompagnées d’une transpiration importante. Les personnes concernées peuvent également être des femmes ménopausées. Ce produit dit « miracle » est composé de deux coussinets attachés par une bande en plastique, solidement ancrée dans la nuque afin de tenir attaché aux aisselles. Cela permettrait apparemment d’éviter les auréoles en cas de transpiration intense et inévitable.

Plusieurs questions et réflexions me sont venues à l’esprit après la lecture de cet article :

1. Quel est l’intérêt d’éviter les auréoles lorsqu’on est obligé de porter un col roulé pour ne pas voir cette bande élastique dans la nuque ?

2. S’il existait un choix possible entre des auréoles de transpiration, réponse naturelle du corps à la chaleur ou à la maladie et des aisselles touffues à la Yéti, que choisiriez-vous ?

3. Cette chose semble tellement énorme qu’il me paraît impossible qu’on ne la voit pas sous un t-shirt clair. Vous me direz qu’il faudrait alors songer à prendre un top plus foncé, mais l’été étant la période ou les couleurs se font plus claires et plus vives et les tissus plus légers, ça me parait parfaitement illogique.

4. Avec un top plus foncé, les auréoles laissées par la transpiration sont nettement moins visibles. Et quand bien même, elles ne révèlent pas que la personne ne se lave pas, ou est plus sale qu’une autre, elle révèle juste… qu’elle transpire !

5. Lorsqu’on est malade ou ménopausée, on est moins à l’aise avec son corps. Dans ce cas, il me semble plus facile et plus agréable de changer plus souvent de haut que de s’attacher cette chose dans la nuque et sous les bras, les endroits étant particulièrement sensibles.

6. Quand est-ce que les gens se décideront à accepter les réactions naturelles de leur corps ?

Chers lectrices et lecteurs, je dois admettre que je préfère dégouter deux ou trois personnes un peu trop susceptibles avec mes auréoles que de me promener avec CA sous les bras et dans la nuque ! Niveau inconfort, il n’y a pas mieux ! Quand je pense que certaines sont déjà gênées de lever les bras dans le métro pour se tenir aux barres, imaginez donc ces filles-là avec des peluches sous les bras… Fashion, comme dirait l’autre ! A quand les coussinets dreadlocks ?

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    Demoiselle Aux Myosotis
    2 juin 2009 at 9:09

    Ben c’est sûr que vu comme ça, avec la photo d’une belle blonde souriante, ça fait vraiment bizarre. Après, je ne sais pas ce que disait l’article en général, mais c’est toujours la même chose : on met des filles magnifique pour vanter la solution aux problèmes qu’elles sont les dernières à avoir. Exemple : les produits minceur ou anti-rides.
    Mais je ne pense pas que ces fameux coussinets soient pour le grand public, mais plutôt pour des gens qui ont de réels problèmes de transpiration. Non, pas pour la simple auréole que tout le monde a, mais pour ceux dont les glandes sudoripares sécrètent la transpiration en excédent. Pour dire, j’ai vu une reportage sur un mec une fois à la télé qui transpirait tellement qu’il avait fini par se coller des serviettes hygiéniques (si, si) sous les aisselles. Il ne pouvait pas essayer les vêtements dans les magasins de peur de les souiller. Dans son cas, c’était bien plus qu’une simple transpiration et il serait sans doute bien content d’acquérir ce produit qui semble hallucinant aux gens qui n’ont pas son problème.
    Il faut se dire que dans la vie, y’a des gens qui ont le même problème que le type dans la pub pour je ne sais quel déo qui crache des litres d’eau dès qu’il lève les bras. Alors c’est sûr, quand on est pas concerné ça semble énorme, mais ça doit bien avoir son utilité, même si ce n’est pas pour nous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.