Films

Che – L’Argentin

Sélection officielle du Festival de Cannes 2008, le diptyque réalisé par Steven Soderbergh sur Che Guevara était très attendu. Il faut dire que le prix d’interprétation masculine que l’acteur Benicio Del Toro a obtenu pour le rôle clef du « Che » avait de quoi faire languir les cinéphiles les plus pressés ! Réunis une nouvelle fois après Traffic sorti en 2001, le duo Soderbergh-Del Toro fonctionne à merveille et c’est un acteur au mimétisme impressionnant qui campe le célèbre « Commandante ». Le pitch de cette première partie intitulée « L’Argentin » ? Mexico, 1955. Au cours d’une réunion informelle, le jeune médecin d’origine argentine Ernesto « Che » Guevara rencontre l’avocat cubain en exil, Fidel Castro. Ceux-ci partagent les mêmes idéaux révolutionnaires et projettent de renverser le dictateur cubain, Fulgencio Batista via une tactique de guérilla. Un an plus tard, soit en novembre 1956, les deux hommes embarquent pour Cuba avec 80 rebelles mais l’opération vire à la débâcle et ceux-ci partent se réfugier dans la Sierra Maestra. Résolument déterminés à mener une guerre totale envers Batista, Castro et ses « barbudos » organisent la résistance et passent à la lutte armée. Nommé « Commandant de la Quatrième Colonne », Che délaisse peu à peu sa fonction de médecin pour encadrer ses hommes et former les nouvelles recrues, devenant très vite un leader charismatique…

Il aura fallu près de 7 ans entre la naissance du projet entre la productrice Laura Bickford et l’acteur Benicio Del Toro et sa réalisation finale. 7 ans d’une préparation de longue haleine, fruit de rencontres et de recherches minutieuses pour coller au plus près de la réalité des faits. 7 ans enfin avant que le réalisateur Steven Soderbergh ne se décide à porter le projet derrière ses caméras… Et tout porte à parier que cette attente a été bénéfique : détaillée à souhait, « Che – L’Argentin » s’impose déjà comme le début d’une épopée historique très fidèle. Après des films comme « Che ! » ou « Carnets de Voyage » et autant de documentaires, il faut dire que le mythe du révolutionnaire marxiste mort pour sa cause avaient eu de quoi remplir une filmographie bien fournie. Symbole de la lutte anti-impérialiste yankee érigé par certains au rang de martyre après sa mort ou sombre tueur terroriste couplé d’un bourreau fanatique pour d’autres, à chacun de prendre son parti avant de le voir dans les salles obscures… Car le but de « L’Argentin » n’est en aucune façon de dépeindre un portrait à la gloire du mythe « Che » mais au contraire de suivre la révolution cubaine à travers les yeux de celui-ci, en se faisant le témoin de sa montée en puissance politique. Objectif avant tout, ce premier volet démontre les côtés cachés du personnage comme ses parts d’ombre… Et il n’en est que plus efficace ! On ne vous en dit pas plus car ce serait vous dévoiler toute l’intrigue du film. A découvrir d’urgence avant la sortie de la deuxième partie « Guerilla » en salle le 28 janvier prochain.

You Might Also Like

1 Comment

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.