Films

Largo Winch

Cela fait plus d’un an que les premières affiches en grand format ont été placardées sur les murs de la station Odéon. C’est dire s’il nous tardait de découvrir enfin ce que donne cette adaptation sur grand écran d’une des plus célèbres bandes dessinées de ces dernières années, elle-même tirée d’un roman.

On avait eu droit à une série T.V. il y a quelques années, cette fois le projet est bien plus enthousiasmant. Cerise sur le gâteau, les acteurs sont français en grande majorité, avec en tête d’affiche un Tomer Sisley plus que convaincant, dans un rôle où on ne l’attendait pas. En fait, le réalisateur Jérôme Salle compte faire de Largo Winch le James Bond français, dans une saga de films à venir. Ce premier épisode laisse bien augurer de la suite. Largo Winch est largement à la hauteur des productions hollywoodiennes et semble avoir les moyens de ses ambitions. Les bases sont donc posées dès maintenant. L’histoire, on la connaît bien, grâce à Franck et Van Hamme, les deux auteurs de la fameuse B.D.. Il s’agit de celle d’un jeune Yougoslave, héritant de l’empire financier de son père adoptif Nerio Winch, après l’assassinat de celui-ci. Ce rôle de président de consortium lui choit sur les épaules du jour au lendemain, avec d’autant plus de difficulté que des requins tentent à tout prix de récupérer la barre du consortium. Ce premier Largo Winch est un excellent divertissement, aux rebondissements bien orchestrés et aux personnages savoureux (en particulier celui du majordome). Un petit regret toutefois : l’absence dans le film de Simon Ovronnaz, l’ami de Largo dans la B.D., toujours prêt à l’assister de manière peu catholique. Largo semble donc parfois un peu seul dans ce long métrage. C’est donc avec enthousiasme qu’on retournera voir le prochain épisode, avec l’espoir d’y voir apparaître le fameux Simon.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.