Chroniques ordinaires Humeurs

Le relooking

M6 et TF1 ont cela en commun qu’elles ont dans leurs programmes des émissions pour le moins culturelles. Cela va de « L’île de la Tentation » à « D&Co » en passant par de nombreuses émissions de cuisine-pour-les-nuls. Si elles ont des vertus éducatives douteuses, ces émissions ont néanmoins un avantage : celui de nous montrer que finalement, il y a toujours pire que nous. Vous ne savez pas casser un œuf ? Sophie, Julie et co vous montreront que d’autres ne savent même pas ce qu’est un œuf. Vous êtes nulles en décoration d’intérieur ? Valérie vous donnera de bons stickers pour y remédier. Vous n’êtes pas une pro du ménage ? Béatrice et Danièle vous prouveront que vos cafards ont encore de beaux jours devant eux.

Il existe également une autre catégorie d’émissions dont M6 a le monopole et pour lesquelles, je l’avoue, j’ai développé un certain intérêt : les émissions de relooking. Les laissés-pour-compte de la mode sont pris en charge par la papesse de la mode, Cristina Cordula, mannequin pendant ses jeunes années et reconvertie au conseil en image. Elle a fini par écrire un livre au titre évocateur (« Toutes les Femmes sont Belles »), destiné à des mamans surbookées, profs timides, rondes, maigres, petites ou grandes qui ont toutes un problème qui leur pourrit la vie : elles ne savent pas s’habiller, se coiffer, se maquiller, bref, elles sont moches. Du moins c’est ce qu’elles pensent.

J’aime le principe du relooking, celui de sublimer la personne en respectant sa personnalité. Incroyable ce qu’on peut faire avec les bons conseils, le bon maquillage et les bons habits. L’exemple le plus probant du succès de cette discipline n’est cependant pas une femme, mais un homme, de Neandertal à la base. Il a eu le bonheur d’être pris en charge par l’équipe de Cristina Cordula dans l’émission « Nouveau Look pour une Nouvelle vie ». Cheveux longs, épais et informes, visage mal soigné, look des années 80, éternel adolescent. Après le relooking, je suis tombée de ma chaise tellement ce type était canon. Visage fin, cheveux courts, coupe moderne, costume italien noir, chaussures vernies, silhouette svelte et l’ensemble est époustouflant ! Et je ne veux pas m’étaler sur ces beaux yeux d’un bleu pénétrant au regard de petit garçon mélancolique et poète, cette allure de star, cette élégance que rien ne laissait présager… je m’égare…

Alors je me demande : à quoi servent les piqûres de botox et les chirurgies plastiques quand on peut juste s’offrir une séance de relooking (ce qui est nettement moins cher et moins dangereux) ayant un effet 100 fois supérieur?

Au fond, qu’est ce qui pousse ces personnes à faire une séance de relooking? Quand je revois les images de cet homme avant la transformation je comprends : mal-être profond quand à 40 ans on ressemble à un yéti sorti des années folles (et encore, elles étaient suicidaires ces années-là). Alors quoi ? Mal-être, du mal à trouver sa voie dans ce monde de la mode inextricable ? Finalement, un relooking n’est il pas purement psychologique ? A en juger par le titre du livre de Cristina Cordula, « Toutes les femmes sont belles », bien sûr que si. Car finalement, femmes normales bourrées de complexes que nous sommes, nous ne nous rendons plus compte que les filles des magazines sont toutes retouchées et que c’est nous qui sommes les vraies beautés. Seulement parfois, la vraie beauté se cache sous une avalanche de mauvais goût et il suffit d’apprendre à une femme ou à un homme de s’habiller, de se coiffer et de se maquiller, pour que le miracle se produise : « je me trouve belle/beau ». L’assurance vis à vis des autres prend parfois la forme d’une veste en cuir ou de chaussures cirées.

Que c’est simple finalement de se sentir bien dans sa peau, sûre de soi et réconciliée avec sa silhouette lorsque dans tous les magazines lorsqu’approche l’été, des publicités les unes plus improbables que les autres nous signifient que nous avons des kilos à perdre ou des fessiers bourrés de cellulite. Les pilules, gélules, crèmes et tous leurs petits copains aux composantes douteuses sont battus à plate couture par le relooking car pour une fois, ce n’est pas nous qui devons nous adapter à la mode mais la mode qui doit s’adapter à nous. Et elle le fait ! C’est alors que je vois des gens transparents devenir des canons de beauté, des femmes pétillantes, souriantes et acceptant enfin leur apparence. J’ai acheté le livre de Cristina Cordula, non pas parce que c’est une grande œuvre littéraire mais parce que c’est une bible de bons conseils, adaptables à toutes. Psychomorphologie et conseils avisés aidants, je serais vraiment bête si je ne trouvais pas enfin le bonheur vestimentaire ! Ah, si seulement je n’avais pas un stage à payer, sinon ça ferait longtemps que mon salaire serait dépensé entièrement à la gloire du relooking… Passons cet instant de mélancolie pour répertorier ce que ce livre propose : ma morphologie est un A (ma taille de vêtements est plus grande en bas qu’en haut). Pour moi ça sera donc tout ce qui est serré en haut et évasé en bas, les robes taille empire par exemple, en excluant tout ce qui serre trop les hanches. Pour beaucoup de filles se pose le problème du décolleté, et pour citer Cristina Cordula : « Petits seins, grand décolleté » ! A répéter 10 fois chaque matin devant son miroir. Mais attention ! Pas n’importe quel décolleté, car pour celles qui ne le sauraient pas, « un bon soutien-gorge vous change une femme » !

Ce scalpel de l’âme a finalement pas mal d’atouts, mais il appelle avant tout à une chose qui paraît pourtant simple et que peu de gens maîtrisent : le connaît-toi toi-même. Il faut être prêt à entendre les critiques des stylistes et accepter qu’ils remettent tout ce que vous avez été jusqu’à présent en question. Ainsi il n’est pas rare de lire quelques critiques lorsque les intéressées sont interviewées après le relooking : cheveux coupés trop courts ou style trop affirmé trop rapidement par exemple.

Accepter le regard de l’autre, qui plus est de parfaits étrangers, n’est pas donné à tout le monde et nécessite un travail sur soi conséquent qui n’est de loin pas finalisé par le relooking mais qui justement commence à peine. Car passée la première surprise et la joie de voir enfin son mari avoir les yeux qui brillent, quelle est la suite ? Le risque de retomber dans les bonnes vieilles habitudes est bel et bien là et risquerait de provoquer des démissions tant sur le plan psychologique que vestimentaire.

Finalement, le relooking apporte-t-il un bienfait réel sur le long terme ? Je n’ai jamais essayé mais si jamais l’envie m’en prend, je vous ferais part de mes conclusions !

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.