Films

The Blues Brothers

Vous pouvez ne pas avoir vu « Titanic ». Vous pouvez ne pas avoir vu « la Grande Vadrouille ». Dans les deux cas, le scénario est archi prévisible : soit le bateau coule, soit les Allemands perdent. Aucun intérêt donc. Mais vous ne pouvez pas ne pas avoir vu les « Blues Brothers ». Cette magnifique comédie du tout début des années 80 (1982 si mes souvenirs sont exacts et qu’Alzheimer n’a pas encore commencé à me faire du mal dans les neurones), avec, dans les rôles principaux, John Belushi (Jack Blues) et Dan Aykroyd (Elwood Blues).

Petits truands issus de l’orphelinat, ils apprennent que, faute de moyens, le lieu de leur enfance va fermer pour ne pas avoir payé ses impôts. Très attachés à ce lieu, ils décident de remonter leur groupe, les Blues Brothers, afin de réunir les 5 000 dollars nécessaires. S’ensuivent toute une série de péripéties qui vont les voir affronter des musiciens country vindicatifs, des néonazis ambigus, les forces de la police d’Etat, l’armée, et même l’ex de Jack qu’il a planté le jour du mariage (l’ex-Princesse Léia dans Star Wars). Toujours affublés de leurs costumes noirs et de leurs lunettes noires, ils vont sillonner l’Etat en faisant des pures rencontres, comme Cab Calloway, Aretha Franklin, ou James Brown, sans oublier Ray Charles, ou encore John Lee Hooker en musicien de rue.

La liste des guests est longue, avec notamment Charles Napier ou Scott Williams, que certaines ont peut être revu dans « 21 Jumpstreet » (pour les plus âgées). Les musiciens eux-mêmes sont assez connus au début des années 80 comme Lou Marini ou Donald « Duck » Dunn.

La bande son de ce film doit énormément à Belushi et Aykroyd qui ont réellement monté le groupe des Blues Brothers, et qui sont de vrais chanteurs talentueux. On peut y retrouver le fameux « Everybody needs somebody to love », qui est la chanson phare de ce film, mais également un somptueux « Old Landmark » par James Brown ou encore « Shake a Tail Feather » de Charles, sans oublier une magnifique reprise de « Jailhouse Rock » pour conclure. On ne peut que regretter la tragique disparition de Belushi en 1983, suite à une overdose, mais Dan Aykroyd a poursuivi sa carrière, on a pu le voir dans « Ghostbusters » ou dans « Evolution ». Un « Blues Brothers 2000 » est sorti par la suite, mais il n’a pas eu le succès escompté, car la présence et le talent de Belushi sont irremplaçables.

En clair, voilà un film qui, en deux décennies et demie, n’a pas pris la moindre ride et qui reste un classique des années 80, tout en étant un hommage à la musique de la fin des 70’s. A ne pas manquer, la superbe course poursuite de la fin du film, que même dans « Taxi », ils n’ont pas fait mieux, ainsi qu’une scène d’anthologie avec Spielberg jeune aux impôts. Bon film à vous, surtout dans l’édition collector spécial 25è anniversaire.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.