Chroniques ordinaires Humeurs

Faire la cuisine

La cuisine… Tout a commencé par des mains curieuses qui décident de se poser sur une plaque brûlante, pour voir si c’est chaud. Et oui, c’est chaud. Ensuite, ces mêmes mains, guidées par une bouche gourmande, tentent malgré l’interdiction parentale de prendre un cookie qui semble nous susurrer « Mange moi ». Pourtant il aurait mieux fait de nous dire que lui aussi il est chaud. Après que mains et langue brûlées furent guéries, vous avez décidé de bouder aussi tout ce qui était vert ou moche… La cuisine de maman devint dès lors l’horreur que vous rêviez de jeter à la poubelle.

Passés les caprices enfantins, la vision que vous aviez de la cuisine n’en fut pas forcément meilleure. Entre les plats réchauffés servis à la cantine et ceux réchauffés dans votre micro-onde par flemme et volonté de gain de temps, les mots « équilibre » et « saint » ne vous disaient pas grand chose. La cuisine, c’était un joli packaging alléchant qui pouvait presque mettre l’eau à la bouche, mais nous la faisait plutôt déglutir une fois le plastique ouvert. La déception du repas était quand même compensée par l’aspect ludique du jeu des 7 différences entre la photo de l’emballage et ce qu’il contenait vraiment.

Et puis un jour, ce fut la révélation : vous aviez vraiment envie de cuisiner vous-même un bon petit plat. Dans 99% des cas vous avez commencé par tenter un dessert, par gourmandise. Gâteaux au chocolat, au yaourt, aux épices, flans et entremets furent le déclic. Oui, vous étiez bel et bien capable de faire quelque chose de vos 10 doigts, et qui plus est, quelque chose de comestible ! Forcément au début, on suit à la lettre les recettes et on engloutit le fruit de notre labeur 5 minutes après la fin de la cuisson. On s’en contente très bien.

Mais un jour, ambition oblige, on se verrait bien mettre sous le nez de nos proches un magnifique plat tout en minaudant un « c’est moi qui l’ai fait ! » sous entendant qu’il s’agit d’une recette personnelle ou d’une cuisine élaborée et pas à la portée de n’importe qui. Donc on se lance dans l’expérimental. Un peu de ceci, un peu de cela, tiens, ça pourrait être pas mal avec ça… Parfois ça donne quelque chose d’immangeable qu’on relègue au même rang que les épinards de « quand on avait 5 ans », c’est à dire entre la poubelle et l’assiette du voisin qui regarde par la fenêtre. Parfois c’est comestible et presque appréciable, enfin on se force à le croire parce que rater une recette ça plombe votre fierté. A ce propos, les compatissants n’hésiteront pas à vous sortir un sympathique « c’est pas si dégueulasse », tout en aspergeant votre piètre création culinaire avec une multitude de garnitures et assaisonnements. Mais rassurons-nous, il arrive que le résultat soit si impeccable que vous hésitez même à le dévorer. Cependant rares sont celles qui encadrent leur repas plutôt que de le déguster. Heureusement, l’appareil photo immortalisera la tête de votre chef-d’œuvre gustatif. Etonnament, jamais vous ne photographieriez votre cuisine pendant la préparation…

Car oui parlons-en, la cuisine n’est pas qu’un mélange d’ingrédients, c’est aussi l’ensemble des accessoires, appareils électroménagers et meubles qui entourent votre préparation. Soyons honnêtes, il nous est impossible de ne pas salir la pièce. La farine à elle seule suffit à rendre fou un maniaque de la propreté, alors on ne parle même pas du mélange avec le blanc d’oeuf qui macule votre plan de travail. Evidemment vos bols et saladiers ne sont pas assez profonds pour contenir les éclaboussures causées par le batteur électrique. Votre fourbe de four brûle vos mets délicieux à peine les fesses posées devant la télévision. Vos cuillères pleines tâchent la table, ou le sol après que vous ayez malencontreusement posé le coude dessus. Et pour finir vous vous retrouvez avec une tonne de vaisselle à faire, et ça vous embête beaucoup. Pour le saladier rempli de pâte au chocolat, votre langue s’en charge (même si on vous dit que la farine crue, c’est mauvais pour votre estomac), mais le reste, c’est autre chose !

En ce qui concerne la cuisine, pour le bien être de votre maison et de votre corps, on évite donc de se la jouer docteur Jekyll, on investit dans un lave vaisselle (ou un homme dévoué), un livre de recettes (ou une grand-mère aux secrets culinaires), et on y va mollo avec le sucre. Pensez à votre silhouette mais aussi à la santé de vos amis ! Bon appétit !

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.