Chroniques ordinaires Humeurs

Les déménagements

On se réjouit toujours d’un déménagement. Nouvelle vie, nouveau quartier, nouveaux voisins type-le-beau-brun-du-balcon-d’à-coté, nouvelle chambre, nouvelle douche, nouveaux placards… Bref, le déménagement, c’est toujours formidable. Même si ce ne sont que 2m² en plus.

Mais le déménagement, avant d’être la découverte d’une multitude de nouveautés reste une formidable occasion de retrouver des antiquités en faisant les cartons, en rangeant vos vêtements, en retombant sur le super sweet trouvé dans les vestiaires de la salle de sport que vous avez innocemment mis dans votre sac, en retrouvant la salière objet de discorde avec votre figure maternelle… Déjà avant les nouveautés, vous remettez votre nez dans les anciennetés, c’est moyen pour aller de l’avant.

Mais que serait un déménagement sans les cartons, ces boîtes marrons aux imprimés peu folichons trouvées un peu partout parce que votre compagnie de déménagement a oublié de vous en procurer ? Pour éviter de rechigner à leur vue, dites-vous que c’est encore une occasion de vous connaître un peu mieux et de vous classer dans une de ces deux catégories :

1- Celle qui prévoit mais ne fait pas : Si vous croyez qu’en 2 semaines et 6 jours vous aurez le temps d’écouter tous vos CD, lire les 14 livres que vous avez laissés hors cartons, profiter de toute votre déco, regarder tous vos DVD… Vous vous fourrez le doigt dans l’oeil jusqu’à l’orteil gauche !

2-Celle qui prévoit mais surtout fait : En un vendredi soir, toujours 3 semaines avant le jour-J, tout est plié, emballé, pesé, élaboré, prêt à être accueilli dans votre nouvel espace. Et durant tout ce temps, vous occuperez votre temps à épier et surveiller les fissures sur le carrelage de votre salle de bain parce que vous avez oublié de laisser quelques-unes unes de vos affaires sorties et que vous préférez ça à Patrick Sébastien pour un samedi soir.

Un déménagement, ça peut être aussi sympa si on oublie le fait qu’on a une cohorte de meubles et de cartons à transvaser d’un habitat à un autre, en même temps, c’est pas difficile, c’est le principe du déménagement. Le pire qu’il puisse vous arriver dans votre installation , c’est d’avoir des gremlins dans les pattes -comprenez ici non pas des petites bestioles vertes qui font des bruits bizarres, crapahutant partout et vous parasitant par je ne sais quel moyen toute votre force, mais des enfants- ce qui revient sensiblement au même. Vos amis courageux ayant décidé d’amener leurs rejetons pour… -pourquoi d’ailleurs ?- vous pensez bien fort qu’il devrait exister dans le code du déménagement légalement moral le droit à l’exploitation des enfants de plus de 12 ans -âge où l’on peut entendre « Meuh nan je suis plus un gamin ».De surcroît, à cet âge, il peut faire baby-sitter pour les autres -Quel rendement- mais ne lui demandez pas non plus d’aller faire les courses dans votre nouvelle moyenne surface, préado ne veut point dire responsable. Armez-vous de fraises Tagada, m&ms, brownies et d’un lecteur dvd accompagné lui-même de DVD pour éviter une crise lacrymo-gutturale. Sachez tout de même que toutes ces petites choses n’égaleront jamais votre infinie patience. Un déménagement peut vous faire passer l’envie d’avoir des enfants.

Mais il y a surtout le 1er soir où vous vous retrouvez dans votre nouvelle maison/appart/studio/cabane au fond du jardin… Généralement, vous vous nourrissez de bouts de pizza froids du midi que personne n’a voulu parce que personne n’aimait le chorizo, pas même vous mais vous êtes tellement exténuée qu’il vous est impossible de vous préparer un bourguignon digne de ce nom. Et vous avez besoin de vous requinquer, donc vous vous lâchez sur le fromage râpé rajouté par vos soins !

Après ce repas digne des plus fans du déménagement, vous vous retirez dans vos appartements pour y ranger quelques petites choses et sortir des cartons vos objets fétiches … mais là ! ش sacrilège ! Vous n’avez que 2 cartons dans votre vaste espace ! Ça fait pas bésef quand vous repensez au temps que vous avez mis pour tout emballer (Travail quelque peu entrecoupé de conversations au téléphone/pause télé-ordi/pause réminiscence devant un bout de carton de vous et votre ex que vous aviez sournoisement caché sous votre armoire pour éviter de faire grincer la porte) alors vous allez faire un tour dans votre nouvelle demeure pour voir si vos cartons n’ont pas été déposés malencontreusement dans une pièce voisine. Mais non, dans la pièce voisine, il n’y a rien ! C’est à l’autre bout de votre habitat qu’a été déposé le carton dont vous stipuliez l’emplacement par un CHAMBRE nonchalamment griffonné…

Alors après tout ça, le carton réservé aux bouquins attendra…

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.