Musique

Jean-Louis Murat

Agé de 56 ans, Jean-Louis Murat est un artiste dont la renommée n’est certainement pas à la hauteur de sa carrière. De son vrai nom Jean-Louis Bergheaud, cet auvergnat (il tire son pseudonyme de Murat-le-Quaire, lieu de la ferme où il a vécu une partie de son enfance) se place volontiers hors du système médiatique. « Pour vendre 100 000 disques, il faut aussi vendre son cul » dit-il.

Sa répartie est redoutée par les présentateurs télé, qui peuvent le classer parmi les personnalités incontrôlables sur un plateau (à l’image de Brigitte Fontaine ou Daniel Prévost). En effet, il n’est pas tendre avec les chanteurs médiatiques. Il appelle Renaud le « poivrot chantant », juge qu’Etienne Daho est « la voix de la France qui s’essouffle » et nombre d’autres gentillesses. Ceci lui vaudra une opposition avec Laurent Voulzy ; il considère en effet que sortir un album tous les huit ans comme le fait le tranquille compère d’Alain Souchon est du marketing. Un simple argument laissant croire que son album est soigné dans le moindre détail. Logique, Murat est totalement à l’opposé. Il est un des artistes français les plus prolifiques.

Il sort ainsi en moyenne un album par an. Le résultat est parfois inégal mais la qualité globale est étonnante pour un tel rythme de sortie. Les titres sont enregistrés en studio avec une ou deux prises pour chaque, pas plus. Le paradigme en est « A Bird on a Poire », album coécrit avec son bassiste Fred Jimenez et dont les chansons sont interprétées en duo avec Jennifer Charles. Un album magnifique en forme de romance. Le voyage en France d’une Américaine qui rencontre un français. A la sortie de cet album, Murat avait déjà trois autres albums enregistrés (sa maison de disques est obligé d’étaler les sorties… Marketing ?). Il jugeait alors que « A Bird on a Poire » était composé de « chansons pop qui [n’étaient] plus dans l’esprit dans lequel [il était] ».

Car Murat a ses périodes. Comme Picasso ou Gainsbourg. Chaque nouvel album ou presque est d’un style différent, avec une évolution qui semble assez logique. Guitares seventies sur « Lilith », style pop sur « A Bird on a Poire » (dont le titre évoque « A Bird on a Wire » de Leonard Cohen)… Il est d’ailleurs assez difficile de réécouter un ancien album de Murat si on est habitué à son dernier cru.

A propos de dernier cru, il s’intitule « Charles et Léo ». Des textes de Baudelaire mis en musique par Léo Ferré. Celui-ci avait légué à sa femme et ses enfants une cassette des enregistrements, espérant qu’elle soit utilisée un jour. Matthieu Ferré s’est tourné vers Jean-Louis Murat, le considérant fils spirituel de Léo. Ce n’est pas la première fois que JLM reprend des textes écrits il y a longtemps. L’album « 1829 », sorti en 2005 reprenait ceux de Pierre-Jean de Béranger, chansonnier français du XIX° siècle. De quoi s’étonner de la modernité de certains textes, en particulier « Le Pape Musulman ».

Jean-Louis Murat est de plus un artiste complet. « 1451 », son poème en mille vers a été publié sous forme d’un livre illustré de sa main. L’homme a également une lubie : se photographier chaque jour. Un recueil de ces autoportraits retravaillés comme de vraies oeuvres pop art a fait l’objet d’une édition sous le titre « Le Dragon a cent Visages ». Une richesse artistique qui ne peut laisser indifférent, pas plus que ses prestations sur scène.

Discographie :

– Suicidez-vous (1981, 45tours 4titres)

– Murat (1987, 33tours 6titres)

– Passions privées (1984, 33tours)

– Cheyenne Automne (1989)

– Murat en plein air (1991)

– Le Manteau de Pluie (1991)

– Venus (1993)

– Face Nord (1994)

– Mademoiselle Personne (1995)

– Murat Live (1995)

– Dolorès (1996)

– Live in Dolorès (1998)

– Mustango (1999)

– Muragostang (2000)

– Madame Deshoulières (2001, avec Isabelle Huppert)

– Le moujik et sa femme (2002) = A écouter : l’Au-delà, Molly

– Lilith (2003, double album) = A écouter : Les jours du jaguar, La nature du genre

– Parfum d’acacia au jardin (2004, DVD)

– A Bird on a poire (2004, avec Fred Jimenez et Jennifer Charles)

– Moscou (Mockba) (2005) = A écouter : La fille du capitaine, Nixon

– 1451 (2005, DVD)

– 1829 (2005) = A écouter : Le pape Musulman, La petite fée

– Taormina (2006) = A écouter : Caillou, Accueille-moi paysage

Charles et Léo (2007) = A écouter : Je n’ai pas oublié

Le prochain album est prévu pour mars 2008

A cette discographie, il convient d’ajouter ses collaborations. Son célèbre duo avec Mylène Farmer, « Regrets » et « Un Singe en Hiver », titre écrit pour l’album « Paradize » d’Indochine, en sont des exemples. On pourrait aussi citer son duo « Ce que tu désries » avec la (peut-être) future première dame de France, Carla Bruni, sur l’album « Moscou ». Mais le plus important est bien sa rencontre avec Camille, qui a révélé cette dernière, à l’origine sa choriste. Il a chanté avec elle « L’Amour et les Etats-Unis », toujours sur « Moscou ».

Quelques vidéos :

http://www.youtube.com/watch?v=aj0xDx1YXyk&NR=1

http://www.youtube.com/watch?v=MdYgi1BFBaY

http://www.dailymotion.com/relevance/search/jean+louis+murat/

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.