Livres

Virginia Woolf – Une chambre à soi

Virginia Woolf analyse ici les raisons qui font que les grands auteurs classiques (avant elle !) ne comportent pas de femmes dans leurs rangs. Selon elle, cela tient à deux choses : le fait que les femmes n’aient pas de chambre personnelle, et le fait qu’elles n’aient pas d’argent. Donnez-leur une chambre et 500 livres de rente, les femmes écriront. L’analyse est originale parce qu’elle traite un problème qu’on pense souvent intellectuellement de façon matérielle. Tout cela n’est qu’une affaire d’argent et de place au sein de la maison ! Imaginant ce qu’aurait été la vie d’une fictive Judith, soeur de Shakespeare, elle en arrive à cette conclusion : une femme est si privée de sa liberté, et ce depuis toujours, que seul un homme pouvait écrire ce que Shakespeare a écrit. Une femme ne travaille pas parce que c’est son mari qui prendra son argent ; une femme n’a pas de chambre à elle ; une femme n’est donc pas écrivain. Un livre très, très étonnant.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.