Humeurs Je n'ai pas testé pour vous

La combishort

N’avez-vous jamais entendu parler de la combishort ? Si, probablement. Aperçue ? Hum…, sur les pages des magazines certainement. Vue ? Rarement, pour ne pas dire jamais. Pourtant, c’est le must-have de cette année paraît-il. Pour celles d’entre vous qui ne considèrent pas la mode comme une quête perpétuelle dont dépendrait leur existence et qui seraient passées à côté de cette création (honte à elles !), le concept de la combishort réside dans l’idée d’un vêtement en une pièce unique qui ferait la jonction entre le bas et le haut. Plus simplement, c’est un short avec chemisier intégré, ou un chemisier avec short intégré, c’est selon. Donc non mesdames ! La combishort n’est pas la dernière tendance hivernale pour skieuses échauffées, le type combinaison de ski version short. D’après d’insaisissables experts, c’est l’atout mode de cette année et je me demande d’ailleurs pourquoi je ne me suis pas encore laissée tenter. Hum, vraiment ?

Pour commencer, esthétiquement parlant mesdames, ce vêtement mettra en valeur vos moindres défauts, y compris ceux que vous ignoriez d’ailleurs. Tout ce que vous avez toujours réussi à dissimuler avec satisfaction et ingéniosité s’exposera au grand jour. Courbes voluptueuses, cuisses dodues et genoux anguleux s’abstenir ! Bien entendu, à bannir également de votre garde-robe si le terme de « peau d’orange » vous parle car l’effet femme fatale so sexy que cela rendait sur le mannequin se désintègrerait au seul contact de la combi sur votre peau. Vous vous sentiriez alors aussi désirable … qu’un sac à patates ! Attention donc, votre ego risque d’en prendre un sacré coup. Ainsi, si vous passez outre cette première règle d’or, c’est soit que vous faites partie de cette minorité de filles aussi minces qu’une allumette, soit vous êtes de celles qui n’ont pas froid au yeux et à qui serrer le ventre et les fesses pendant toute une journée ne fait pas peur ! Prenons-nous à rêver et admettons que vous trouvez cela très seyant sur vos petits cuissots, encore faut-il trouver la bonne coupe. Oui, car l’inconvénient -ou plutôt, l’un des nombreux inconvénients- de ce vêtement, c’est bien justement qu’il ne soit fait qu’en une seule pièce. En somme, si vous faites du 38 en haut, vous êtes obligées de faire du 38 en bas. Vous ne glisserez donc vos petites fesses dans la combi que si vous rentrez dans le moule de la fille uniforme. Pas le choix, c’est comme ça, c’est la combishort quoi !

Vient ensuite une question primordiale : pour quel style allez-vous opter ? Parce que, ce n’est pas le tout d’être une pionnière »combishorteuse », il faut l’assumer jusqu’au bout, style et accessoires compris (ndlr : prononcez « stayle ». Oui malheureusement, il faut assumer aussi le langage « in » de la combishorteuse). Pas de panique ! J’ai étudié la question de très près pour vous, et j’ai pu constater que l’on pouvait distinguer trois « styles » :

– Si vous vous sentez l’âme plutôt aventurière, adoptez la combi style baroudeuse « groaar viens-là que j’te croque » ! Et cela à grand renfort de bijoux ethniques. Le must-have étant bien sûr de se balader ainsi vêtue, avec un tigre en laisse.

– La formule 1 vous fait vibrer ? La combi est faite pour vous. Devenez la petite pouf’ des circuits en un tour de main. Attention, fortes poitrines indispensables.

– Vous préférez plutôt vous la jouer femme-enfant ? Enfilez une paire de babies ou de ballerines et le tour est joué. Tant qu’on y est, faites-vous des couettes et chantez à tue-tête « Annie aime les sucettes », en vous délectant de friandises et vous y serez.

Est-ce là la « modeuse » que vous voulez être ? D’autant plus que si vous êtes un tantinet observatrice, vous remarquerez que ces « combistyles » sortent tout droit des fantasmes masculins. Alors, bien que je sois pour la féminité, la combi : très peu pour moi, merci ! Je préfère l’élégance à la vulgarité. C’est donc un fait, la combishort n’est pas faite pour tout un chacun, et en plus de ne pas être très flatteuse pour vos silhouettes, elle n’est pas très pratique… et même pas pratique du tout.

Toujours pas convaincues ? D’accord, admettons que vous ayez la silhouette idéale -ou devrais-je dire idéaliste- pour porter ce vêtement des moins ordinaires. Admettons également que vous ayez trouvé la coupe parfaite, quasi-sur-mesure, à quelles occasions pourriez-vous la porter ? Il est difficile de s’imaginer ainsi vêtue au quotidien. Vous imaginez-vous arborer cet engin anti-pratique dans les transports en commun ? Et en soirée, on a vu plus sophistiqué. D’ailleurs, c’est étrange mais je ne me rappelle pas l’avoir vu ailleurs que dans les pages des magazines… Y a-t-il des acharnées de la combi qui désormais y renonceraient ? Je vais donc abattre ma dernière carte et aborder un thème existentiel… (Un peu de suspense)… Les toilettes ! J’admets que ce n’est pas la question qu’on se pose lorsque l’on fait ses petites emplettes mais je demande toute votre attention et que vous y réfléchissiez à deux fois. En effet, je vous mets au défi de tenir en équilibre au-dessus de la cuvette, de tenir d’une main la combi sans qu’elle traîne par terre et sans la froisser, d’attraper un peu de papier de l’autre et enfin de … faire ce que vous avez à faire ! Mais attention, sans tomber, hein ?

Alors que vous soyez « modeuses » invétérées ou assoiffées de découvertes, soyez sages et passez outre cet engin de mode qui ne sera qu’une entrave à votre liberté ! Libre à chacune d’être unique et d’afficher sa singularité. Libre de se mouvoir comme on l’entend et libre de pouvoir aller faire pipi… Mince alors ! De toute façon, vu le temps estival voire tropical qui règne en ce moment dans à peu près tout le pays (avec une petite faiblesse dans le Sud-est peut-être), mieux vaut ne pas avoir froid aux yeux (hum, aux fesses serait plus exact !) pour la revêtir. Alors, pour reprendre la nouvelle expression, combishorterez-vous ?

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.