Expositions

Martial Raysse au Centre Pompidou

Reprenant bon nombre de codes du Pop Art, Martial Raysse était sans doute le plus américain des Nouveaux Réalistes. La rétrospective qui lui est consacrée au Centre Pompidou dévoile des aspects méconnus de son œuvre.

securedownload

Il est de coutume d’affirmer que le Nouveau Réalisme est le pendant européen du Pop Art. Dans l’idée, cela n’a rien d’idiot : les deux mouvements ont pour but de rapprocher l’art de la vie quotidienne. Pour ce faire, les artistes ont retenu la leçon donnée par Marcel Duchamp, celle qui leur a enseigné que c’est le lieu d’exposition et non son contenu intrinsèque qui font d’une pièce une œuvre d’art. Malgré une approche commune, Nouveaux Réalistes et Pop Artists se sont toutefois distingués dans leur exécution esthétique. Les couleurs sérielles de Lichtenstein ou Warhol s’inscrivent dans l’American Dream alors que les « ferrailles » de Tinguely ou les accumulations d’Arman rapportent à une Europe qui sort à peine des années de reconstruction.

securedownload (2)

A la confluence de ces deux esthétiques se trouve Martial Raysse. Comme ses compères Nouveaux Réalistes (dont il a signé le Manifeste de Pierre Restany en 1960), il a fait de la récupération un de ses principes favoris. Le personnage de la ménagère est ainsi aisément symbolisé par un valet de nuit assorti de nombreux accessoires domestiques. Toutefois, la recherche de composition et la juxtaposition de couleurs vives rappelle plus ce qui se faisait à la même époque de l’autre côté de l’Atlantique.

securedownload (3)

De plus, Raysse a ajouté le néon dans nombre de ses œuvres. Il n’est ici pas froid comme dans une composition de Hopper ni minimaliste comme dans une installation de Flavin. Bien au contraire. Il rehausse de couleur une bouche carmin ou sature les teintes au-delà de ce qui est possible par le simple medium pictural habituel. A la clé : des œuvres encore plus Pop Art que le Pop Art, comme si les portraits de Warhol se muaient en bas-relief illuminés et scintillants.

securedownload (4)

A osciller entre les deux influence, Martial Raysse a sans doute gagné la place peu enviable du moins célèbre des Nouveaux Réalistes. Ce titre est peut-être également dû au tournant radical qu’a pris son œuvre par la suite, s’intéressant tour à tour à personnifier les mythes antiques ou à réaliser des portraits de son entourage. L’exposition se clôt d’ailleurs sur sa dernière œuvre en date, gigantesque fresque humaine rassemblant en une mosaïque tous les genres humains possibles et imaginables.

securedownload (1)

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.