Expositions

Valentino, thèmes et variations

Le nom de Valentino résonne dans le monde entier comme un synonyme de bon goût et d’élégance. Depuis le 23 janvier 2008, date à laquelle monsieur Garavani a fait ses adieux au monde de la mode lors de son dernier défilé (couture printemps/été 2008), c’est Alessandra Facchinetti qui a repris le flambeau de la création. L’occasion est donc toute trouvée pour de grandes rétrospectives. Après Rome l’automne dernier (à l’Ara Pacis), c’est au tour de Paris et le Musée de la Mode. Pour découvrir ou redécouvrir les créations qui ont émaillé les près de cinquante ans de carrière de Valentino.

Les galeries du « Musée de la Mode » accueillent donc deux cents looks, issus de l’histoire de la maison italienne. Le visiteur est cueilli dès l’entrée par deux merveilles que sont cette fameuse robe rose qui est en couverture du catalogue et une autre au rouge profond, de la collection printemps-été 2003, dont le sublime travail des fleurs qui la recouvrent éblouit dès le premier regard. Suit la collection Blanche de 1968… Cette date fait prendre conscience du côté intemporel des créations de la maison Valentino. Parmi les modèles exposés, nombreux sont ceux qu’il est impossible de dater, tant leur classicisme est toujours d’actualité.

Au fil du parcours, certaines créations étonnent, par leurs volumes exotiques ou leurs motifs. Dessins géométriques ou travail de la surface rehaussent le dessin. Une mention spéciale pour une robe beige en organza, parée de cordons de satin selon une méthode dénommée Budellinni. Même si Valentino ne se considère pas comme « un innovateur de la mode » (on est loin des extravagances de Margiela, par exemple), ces trouvailles ne peuvent que susciter la curiosité. Dans le cas du Budellinni, l’originalité est au service de l’élégance classique, leitmotiv de Valentino. C’est justement cette caractéristique qui a séduit les plus grands, à commencer par Jackie Kennedy, qui devint une des égéries du créateur.

Se terminant sur la dernière collection de Valentino, cette exposition nous plonge avec délices dans un univers de grâce soignée dans le moindre détail. L’occasion inespérée d’admirer de près des pièces d’une rare maîtrise. S’il faut faire un reproche, c’est de ne pas y trouver plus de rouge, cette couleur qui a fait la renommée de la Maison. Un rouge coquelicot dont Valentino est tombé amoureux après avoir assisté à un opéra à Barcelone et admiré les femmes vêtues de cette couleur. Le voyage est toutefois incontournable.

Valentino, Thèmes et Variations

Jusqu’au 21 septembre au Musée de la Mode, 107, rue de Rivoli 75001 Paris

Entrée 8€ (tarif réduit 6,5€)

http://www.lesartsdécoratifs.fr

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.