Blogs de fille

Paris-Tu-Paris : le blog qui vous embarque aux quatre coins du monde

Aujourd’hui, Save My Brain vous parle de son coup de cœur pour Paris-Tu-Paris. Sur son blog de voyage, Samantha nous conte ses aventures sous forme de carnet de bord. Des récits détaillés, une plume bien identifiable, des photos tantôt capturées à l’argentique, tantôt au numérique… Paris-Tu-Paris est véritablement un blog à part.

paris-tu-paris-1

Paris-Tu-Paris est de ces rares blogs que je suis avec assiduité et dont j’attends avec impatience le post suivant. Samantha est au moins autant passionnée par les mots que par les voyages. Il suffit de quelques lignes pour le ressentir. Au fil de ses récits, cette vagabonde de naissance nous transporte et nous émeut.

Crédits : Paris-Tu-Paris

Crédits : Paris-Tu-Paris

Des plus belles rencontres aux plus grosses galères en passant par les étapes marquantes de sa vie, Samantha se livre avec authenticité dans chacun de ces articles et dans cette interview pour Save My Brain :

Peux-tu te présenter en quelques mots ?

Samantha, 24 ans, Historienne de l’Art et future diplômée en Maîtrise d’Aménagement Conservation de l’environnement bâti, quand je ne suis pas sur les bancs de la fac, je passe mon temps entre deux aéroports à sillonner le globe pour le rencontrer et le raconter, entre photographies et récits.

Quand as-tu ouvert ton blog ? Qu’est-ce qui t’a poussée à en ouvrir un ?

Je suis comme on dit, des vieux de la vieille ! J’ai ouvert mon tout premier blog à l’âge de 13-14 ans, sous l’aire du « skyblog ». Après un temps là-bas, j’ai finalement migré en 2010, pour ouvrir les pages de Paris-Tu-Paris.fr
C’est à cette date là que le voyage a commencé à prendre une place de plus en plus importante dans ma vie et qu’il m’est apparu évident de ne pas garder toutes ces belles aventures et ces récits pour moi, égoïstement. Je me suis lancée dans l’écriture de Paris-Tu-Paris avec la volonté ferme de vous faire partager tout cela, vous amener le bout du monde comme si vous y étiez.

De quoi parles-tu ?

Depuis l’entame de la première page, j’y raconte mes différents voyages sous forme de carnet de bord pour chaque destination, avec à chaque fois, plusieurs articles. Depuis peu, entre deux destinations, j’y évoque également la photographie argentique, fais part des différents tests que j’ai pu réaliser (des doubles expos, des pellicules périmées…); ainsi que d’un projet qui me tient particulièrement à coeur, mes Reflective Portraits.

Combien de temps y consacres-tu ?

J’aurais bien du mal à quantifier ! Et puis, quand on aime on ne compte pas ! Une chose est sure, j’y passe beaucoup beaucoup de temps, entre le travail en post prod de mes photographies, puis la rédaction de l’article en lui même, les relectures, modifications etc. J’ai pour principe de ne jamais publier un carnet de voyage dès mon retour, je préfère le laisser mûrir, le digérer et le préparer comme il se doit. C’est sans doute mon côté cartésienne qui veut ça !

Quel est ton plus beau souvenir de voyage ?

Chaque voyage a son lot d’émerveillements et de claques. A ce jour, mes deux plus beaux souvenirs se sont trouvés dans la douleur. Il y a eu cette randonnée de 8h au coeur du Cirque de Mafate, à la Réunion, dont j’ai bien cru ne pas ressortir vivante, tant je suis passée par toutes les émotions en 8h !! Mais au bout du compte, malgré les rires et les larmes, et les pépins physiques, en arrivant au terme de cette rando à la tombée du jour, j’ai ressenti pour la première fois un sentiment de fierté, celui d’être allée au bout de soi même, de s’être poussé dans des retranchements dont on n’imaginait même pas l’ampleur et la capacité. Je n’avais que 18 ans, mais j’ai pris ce jour là, l’une des plus grosse claque de ma vie, aussi bien visuellement par les paysages que nous avons traversé, qu’humainement et psychologiquement, par les émotions provoquées.
La deuxième claque, c’était en février 2010, en Pologne, à Auschwitz. C’est étrange mais oui, c’est un de mes deux plus beaux souvenirs, parce qu’à nouveau il renferme beaucoup. L’histoire qui vous saute à la figure, on ne peut plus nier cette vérité qui nous fait face et dont on a tant voulu jusque là se persuader qu’elle était impossible tant elle semble surréaliste. On ne ressort pas indemne d’une expérience comme cela, je le savais, et d’un certain côté, le cherchais en voulant sciemment m’y confronter au moins une fois dans ma vie. Plus que jamais, il faut le voir/vivre pour le croire/comprendre. J’ai tenté d’en parler dans un article, mais c’est encore si peu à côté de ce que cela est. Donc oui, un douloureux mais Beau souvenir.

Quelle est ta plus grosse galère ?

Tout voyage en comporte une ! Mais je crois bien que la plus grosse à ce jour, reste celle du road trip en Suède en juin dernier, lorsque nous avons passé une après-midi en plein cagnard à faire de l’auto-stop au beau milieu de nulle part, sans être prise et avons dû rebrousser chemin à pieds jusqu’à la ville d’où nous étions parties, chamboulant ainsi tout le programme établie des deux jours suivants et nous conduisant à dormir à la belle étoile sur le sable au bord d’un lac avec des duvets qui n’étaient pas fait pour ! Une sacrée journée/nuit intense en émotions sur le coup, mais avec le recul, une galère qui laisse un souvenir mémorable.

Quel est l’objet sans lequel tu ne pourrais pas partir en voyage ?

Indéniablement, mon boitier argentique Canon AE-1, que je tiens de mon papa.

Comment as-tu appris la photo ? Quel type d’appareil utilises-tu ?

Totalement en autodidacte ! J’ai commencé à m’intéresser à la photographie dès l’ouverture de mon premier blog avec l’acquisition de mon premier compact en 2004. Puis je m’y suis sérieusement mise lorsque j’ai eu mon premier boitier reflex en 2007. Je n’ai jamais ouvert un seul bouquin de photo, préférant bidouiller et essayer par moi même; c’est à mon sens le meilleur moyen pour apprendre et retenir. Par la suite, au fil des rencontres photographiques, j’ai également énormément appris au contact d’autres amis photographes, c’est très formateur.
Aujourd’hui je photographie avec trois boîtiers principalement et uniquement en focale fixe : un Canon 7D pour le numérique avec un 50mm f/1.4 et un 20mm f/2.8; et en argentique, un Canon AE-1 avec un 50mm f/1.8 et un 28mm f/2.8, et enfin, un weltaflex 75mm f/3.5

Quel est le prochain voyage que tu aimerais faire ?

Au vue de ma situation géographique actuelle, indéniablement l’Alaska et le Groenland. Après bien sur, je garde également dans un coin de ma tête, l’Afghanistan.

Quelle est la ville ou le pays où tu te verrais bien vivre ?

Jusqu’à l’été dernier, je rêvais de vivre à Montréal. J’avais eu un gros coup de coeur pour cette ville lors de mon premier road trip au Canada en 2009. Maintenant que le rêve est devenu réalité, je suis plus certaine que jamais, que c’est à Paris et nulle part ailleurs, que je veux vivre :)

Quel est le pays dans lequel tu as le mieux mangé ?

Question difficile tant chaque culture culinaire est propre et différente à chaque pays. Je dirais la Pologne pour la surprise et la consistance de sa cuisine; et la Réunion pour son abondance de fruits, ses beignets de chouchou dont je suis devenue accro (!) et ses fameux cari déclinés à toutes les sauces.

Quel est le mode d’hébergement que tu affectionnes le plus: auberge de jeunesse, couchsurfing, camping…

Le coufsurching et les B&B, pour les belles rencontres humaines, les belles histoires et souvenirs que cela amène. Selon le voyage et la destination, lorsqu’il s’agit d’un cadre plus urbain, je sais que depuis peu j’adhère de plus en plus à l’option airbnb; car cela permet de faire de très belles rencontres également, et il n’y a pas mieux pour s’immerger dans le quotidien d’une ville comme si on y était originaire, que de le faire par le biais de l’appartement de quelqu’un. C’est bien plus personnel. J’ai vécu deux expériences coup sur coup, à Paris et New-York qui m’ont radicalement convertie !

Quelle a été ta plus belle rencontre en voyage ?

Sans hésiter, Owe, un papy suédois qui nous a pris en stop au bord d’une petite route et avec qui nous avons fait près de 200 bornes. Un homme avec le coeur sur la main, à la vie bien remplie, qui nous a pris sous son aile comme si nous étions ses petites filles. Une rencontre incroyable et qu’on pensait anecdotique…jusqu’à ce que je reçoive CE coup de téléphone, un mois plus tard. Il était là, de passage à Paris avec son « old girlfriend » comme il disait, et il voulait nous revoir. On lui avait laissé nos coordonnées respectifs en le quittant sur cette route de Suède, comme cela, par politesse plus qu’en y croyant vraiment. Pourtant, si on avait su, que la vie nous ferait un si joli cadeau et qu’on serait amené à nous revoir, dans notre pays et notre ville cette fois-ci…! Ô que oui, à ce jour, ma plus belle rencontre en voyage.

Quels sont tes blogs de voyage préférés ?

Depuis mon arrivée à Montréal et tout ce qu’il y a à faire/voir/découvrir, je passe bien moins de temps sur la toile à découvrir de nouveaux univers ou suivre certains; néanmoins je garde un oeil certain sur le travail de Jeremy (http://djisupertramp.com) qui collectionne les destinations exotiques en ce moment et continue de me faire rêver à travers ses vidéos. Ma Rory (http://roryofroom.wordpress.com/), pour sa plume et cette si jolie manière de nous raconter ses aventures à l’autre bout du monde. Elle repart sous peu en Inde avec sa moitié, et cela promet encore d’être un concentré d’évasion à ne pas manquer ! Enfin, Julie (http://www.carnets-de-traverse.com/) pour ses talentueux carnets de voyage à l’argentique.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.