BD

Jonathan, Celle qui fut : le dernier ou l’ultime ?

Paru au Journal de Tintin, le premier album de Jonathan date de 1975. Près de quarante ans après, son auteur Cosey a réussi l’exploit de ne pas diluer l’esprit soixante-huitard de cette série. Le seizième tome, intitulé Celle qui fut, pourrait être le point final de la série.

Jonathan Celle qui fut

En 1975, Jonathan était parfaitement dans l’air du temps. Ce jeune suisse qui parcourt l’Himalaya n’était qu’un parmi tant d’autres baba cool qui rejoignait l’orient avec les moyens du bord. Jonathan et Cosey se sont attardés près de trente ans dans les contrées les plus diverses du Tibet. Ici, rien à voir avec les aventures de Tintin dans les mêmes lieux. Point de yéti ou de crash d’avion. Jonathan (et à travers lui son auteur) voyagent pour des raisons spirituelles, à la recherche de souvenirs et d’un amour perdu.

Celle qui fut revient aux sources. Les sources d’un souvenir d’enfance enfoui, qui renaît par la bouche d’un mainate sur un marché. Cet oiseau, c’est celui d’une amie d’école, perdue de vue mais qui n’aurait jamais abandonné le précieux volatile. Voilà de quoi mettre Jonathan sur la piste d’une mafia qui recherche la même personne. Comme à son habitude, Cosey déroule un scénario peu bavard, avec un dessin qui fait la part belle aux paysages. L’action prend ses aises en même temps qu’elle saisit le lecteur dans une ambiance reposante.

Jonathan Celle qui fut bis

Reflet de Souviens-toi Jonathan, le premier album de la série, Celle qui fut ne s’éloigne pas des fondamentaux du personnage. L’amitié ou l’amour profond y sont le moteur principal, dans un environnement qui fait vite perdre pied. Les flashbacks semblent dès lors couler naturellement, comme l’illumination soudaine d’un cerveau fatigué par un climat rude. Le trait toujours précis semble ne pas avoir changé. Le seul regret est d’aspect purement décoratif : on pleure les enchaînements entre les cases faits d’arabesques orientales.

La principale question concernant cet album somme toute classique est : sera-t-il l’ultime ? Son auteur en évoque en effet la possibilité, annonçant que ses prochains albums seraient des one-shot. L’envie de faire reposer son personnage pourrait bien être définitive. Cette rime embrassée avec le premier album serait dans ce cas un bel adieu.

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.