Musicalement vôtre

C’est la rentrée, avec Brigitte Fontaine, Misteur Valaire et Katie Melua

Oui, c’est la rentrée. La rentrée, c’est même déjà passé depuis deux semaines. Mais comme il n’est jamais trop tard pour bien faire, Brigitte Fontaine, Misteur Valaire et Katie Melua ont lancé un tir groupé d’albums en cette fin de mois de septembre.

Un rentrée en chansons ? On pense tout de suite à France Gall qui nous chante Charlemagne. Culottes courtes sur les bancs en bois de l’école, en mode « j’veux pas y’aller » (accompagné à discrétion de cris et de pleurs).

Quoique… La rentrée en chansons, ce n’est pas forcément triste. Bézu semble bien s’amuser avec ses lardons à La queue leuleu. Une école comme on n’en fait plus.


Bézu et la Classe – A la queue leu leu par luckyeric10

Mais la rentrée c’est passé avons-nous dit. C’est maintenant l’heure de la routine et Brigitte Fontaine tente de nous le faire oublier avec son nouvel album, J’ai l’honneur d’être. Brigitte Fontaine, c’est un peu la prof qui aurait fait peur à sa classe. Derrière son « look de libellule » et sa voix d’outre-tombe se cachent toutefois lucidité et sensibilité. Pour ce nouvel abus, la diva ex-reine de Kékéland n’a pas changé son mode opératoire : elle s’est attelée à l’écriture des textes de sa fine plume alors qu’Areski, son compagnon de toujours, a signé la majorité des mélodies.

brigitte fontaine j'ai l'honneur d'etre

 

J’ai l’honneur d’être n’a certes rien de révolutionnaire. Il a le mérite de laver l’affront du pénible album de duos L’un n’empêche pas l’autre. On retrouve ici une Brigitte Fontaine en forme, toujours aussi anticléricale, comme elle le prouve dans Au Diable dieu. Elle mêle son argot de finesse pour mieux décrire son corps et le rendre désirable dans Delta. Elle est sans doute aussi une des rares à pouvoir employer le mot pédé, sans choquer personne. Les hommes préfèrent les hommes entérine l’homosexualité dans la normalité, avec un langage des plus fleuris. Le grain de folie est présent dans J’ai l’honneur d’être, sans doute un peu moins qu’auparavant. On regrette également que les rythmes orientaux d’Areski ne soient pas plus présents. La profondeur des textes fait toutefois de cet album un bon cru.

A écouter : Crazy Horse, Delta, Les hommes préfèrent les hommes, J’aime

A la rentrée, on ne chercherait pas Misteur Valaire du côté des profs, mais plutôt de celui d’une bande de joyeux drilles qui s’est mis en tête d’animer le campus. Intitulé Bellevue, ce nouvel album est le quatrième de ce groupe électro pop venu du Canada, de Sherbrooke plus précisément. Comme auparavant, c’est une électro rythmée et joyeuse qui rythme cet opus.

Misteur Valaire Bellevue

Le premier extrait de Bellevue a pour titre Don’t get là. Voilà un franglais qui porte en lui toute l’ambiance québécoise ! Arrangements à ressorts, grains de voix pour l’fun, rythmes endiablés… Voilà qui devrait faire swinguer, ostie ! Au point que C2C s’est fendu d’un remix de ce titre, en bonus de fin d’album. On aime tout autant le côté extraterrestre de Space Food (que ce soit pour son texte ou son ambiance sonore) ou les voix chaleureuses de Heems sur Life gets brutal. Voilà de quoi passer un bon hiver ! Bellevue est en effet bien plus digeste que la poutine.

A écouter : Don’t get là, Space Food, La nature à son meilleur, Life gets brutal

Katie Melua est quant à elle la maîtresse d’école qu’on aurait tous rêvé d’avoir. Pour son sixième album studio, elle utilise son véritable prénom pour titre. Sans conteste possible, celui-ci apparaît dans la lignée des précédents : voix douce, mélodies douces et textes doux.

Katie melua ketevan

A l’écoute de Ketevan, peu de titres semblent sortir du lot. La qualité est là à n’en pas douter mais l’ensemble n’a guère plus de relief qu’un oppidum d’outre-Quiévrain. Tout au plus se laissera-t-on accrocher pas les rythmes un peu plus costauds de Shiver and Shake ou par Idiot School. Ketevan est un bel album à entendre plus qu’à écouter. Une machine commerciale parfaitement rodée qui ne fera pas date dans l’histoire de la musique mais qui a le grand mérite de reposer l’âme de son auditeur. N’est-ce pas là une belle vertu ?

A écouter : Shiver and Shake, Idiot School,

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.