Concours général BIC : Design on Fire !

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Choum_ dit :

    @ Yohan
    Je ne suis pas un troll, je suis juste lassée de voir fleurir des concours en tout genre qui proposent à des gens lambda de « se faire de la pub » alors qu’il s’agit juste pour une entreprise de faire du profit / du trafic.

    A moins que je n’aie pas bien compris et que vous ne mettiez pas les briquets de la série gagnante sur le marché ?

    Bic n’est pas pire qu’un autre, juste exactement pareil, voilà tout. Et si l’entreprise n’a jamais démérité dans son désir de rester en France et blablabla c’est très bien, mais je ne vais pas non plus leur filer une médaille sous prétexte que d’autres se comportent comme des pourritures.

    @ Emeline
    Je ne suis pas sûre qu’une entreprise puisse participer (la flemme de relire le règlement du concours là) mais dans touts les cas travailler avec 1 chance sur 10000 d’être rémunéré quand on est une petite entreprise, c’est pas évident…

    • Yohan Bertollo dit :

      @Choum
      Je crois qu’il faut revenir mettre les pieds sur Terre. Evidemment, l’objectif de Bic est de se faire de la publicité. Evidemment la série gagnante sera commercialisée et l’entreprise fera du Chiffre d’Affaires et même peut-être du profit dessus (combien avec 1 million de briquets vendu 1€ pièce TTC ?). C’est le propre de toute entreprise que de pouvoir se faire connaitre et vendre sa marque, et peu importe sa structure juridique. Même chez les entreprises détenues à majoritairement par leurs employés (SCOP ou SCIC) où il n’y a pas de méchants actionnaires et de royaux dividendes, il y a ce type de problématique à résoudre.
      Quand on est n°1 mondial, on essaye de le rester et les concurrents n’attendent pas ; malheureusement pour notre monde et pour le capitalisme libéral qui amène autant de bonheurs que de malheurs.

      Maintenant, faire l’amalgame de toutes les entreprises pourries sur le dos de Bic, c’est un poil généraliser ce qui ne l’est pas. Et nous ne sommes pas là pour donner des médailles à qui que ce soit mais pour relativiser les choses et les rendre factuelles. Donc restons le : nous sommes ici dans le cadre d’un anniversaire, ni plus ni moins, Bic ne demande pas à la population des réseaux sociaux de produire toutes les 5 minutes un design pour ses stylos, marqueurs, ciseaux, rasoirs, tablettes numériques et produits publicitaires… Je crois qu’il n’ont pas besoin de ça.

      Et comme je vous le disais il s’agit de 1 million de briquets pour quasiment 6 millions produits par jour. Bref, dire que l’entreprise va juste se faire du profit/du trafic sur ça en faisant croire au coup de pub, c’est juste aller un peu loin quand ce profit représente 0.04% du secteur briquets de Bic et finalement 0.005% du total (tout cela avant charges et impots).
      Mais, j’en conviens, il n’y a pas de petits profits, surtout en termes de retombé d’image au delà du chiffre ; reste plus qu’à cette entreprise de faire 2500 concours par an pour reconstituer tranquillement son C.A actuel…

  2. Emeline Mangel dit :

    Et puis rien ne s’oppose à ce qu’une petite entreprise de design propose son modèle, non ? Et se fasse par là même un peu voire beaucoup de pub en cas de victoire :)

  3. Choum_ dit :

    « Rémunérer un designer pour faire ce travail ? Pourquoi faire ? Il y a plein de pigeons dehors prêts à le faire gratuitement et on aura 300 fois plus de choix »
    Save my porte-monnaie de petite TPE \o/

    • Yohan Bertollo dit :

      Bonjour Choum,

      On est pas tout à fait vendredi et le troll est déjà de sortie ;)
      En l’état, je ne peux aller dans le sens de ce commentaire parce qu’il est de nature à décrire votre réalité des faits mais pas la réalité de cette entreprise. En l’occurrence, Bic a dans ses quelques 9000 salariés de vrais créateurs et marketeux qui font que l’entreprise produit au moins 30 lignes de dessins différentes par an et par région du globe et par ailleurs innove sur d’autres secteurs. Chaque jour, Bic vend quelques 6 millions de briquets.

      Alors, pour une entreprise franco-française, fêter un anniversaire en offrant l’opportunité de faire un nom à quelqu’un, redécouvrir la marque et, d’une manière générale, la modernité de cette entreprise qui n’a jamais démérité dans son désir de rester et produire en France… J’en dis que la réaction n’est totalement pas constructive.

      Après, chacun est libre de sa façon d’appréhender les choses, cela reste de la publicité et du marketing comme on nous vend des pommes croqués par camion ces dernières années ; mais alors il faut avoir toutes les bonnes cartes en main pour commenter.

      Bien à vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.