Chanteuse rock

Anne Clark

Anne Clark, c’est la rencontre de la poésie et du rock. Quelques années avant que le poète Marc Smith n’invente le slam et à une époque où cette poésie orale qu’est le spoken word était encore underground, la chanteuse-poète surgit sur la scène avant-gardiste en 1982, avec une musique qu’on tente de classifier « new wave », « électronique » et enfin « dark wave ». Nourrie du surréalisme de André Breton et de la mélancolie romantique de Charles Baudelaire, Anne promène dans ses textes un spleen dépeignant l’humanité et ses imperfections, les travers du quotidien mais aussi des revendications sociales et politiques. Artiste en marge du star system mais d’influence majeure pour le développement du genre littéraire autant que pour la musique électronique, voici tout le paradoxe de cette « Reine de la Déclamation », dont il est nécessaire, vous le comprendrez, qu’on brosse le portrait en prose.

Dans la salle d’attente

Née d’un père écossais et d’une mère irlandaise, Anne Clark voit le jour le 14 mai 1960 à Croydon, dans la banlieue du Greater London. Après avoir abandonné le cursus scolaire à l’âge de 16 ans, celle-ci enchaîne les petits boulots, dont celui d’infirmière dans un hôpital psychiatrique, avant de décrocher  un job chez le disquaire du coin, également maison de disques, Bonaparte Records. Quand le punk rock débarque à Londres, il trouve un écho considérable chez Anne qui décide de le diffuser dans Croydon la banlieusarde, qui est alors en plein bouillonnement artistique. Sa force de persuasion est telle que celle-ci finit de convaincre les directeurs du Warehouse Theatre, une toute nouvelle scène indépendante, qui en dépit de leur réticence initiale, la laisse en gérer la programmation.

Le « modfather » Paul Weller, poète Linton Kwesi Johnson, The Durutti Column, Ben Watt (futur Everything But The Girl) et même le duo comique French and Saunders, ne sont que quelques unes des futures stars qui y feront leurs débuts. Se laissant prendre au jeu, Clark s’essaie elle-même à la musique et à l’écriture et c’est en participant à l’un des emblématiques Cabaret Futura de Richard Strange (ndlr : leader du groupe proto-punk britannique The Doctors of Madness), en compagnie de Depeche Mode pour la petite anecdote, que celle-ci passe de l’autre côté de la scène. Ca, c’est fait.

Notre part d’ombre

Avec des chansons entièrement écrites par ses soins, Anne sort courant 1982 son premier album,The Sitting Room. Mais c’est surtout le clavier de David Harrow, une connaissance de la Warehouse, qui feront connaître l’œuvre d’Anne qui se poursuit avec les albums Changing Places (1983), Joined up Writing (1984) et Hopeless Cases (1987) : les titres « Sleeper in Metropolis », « Our Darkness » et « Wallies » devenant les titres phares du moment. Sans oublier Pressure Points, lancé en 1985, signant sa collaboration avec l’ancien Ultravox, John Foxx. Au cours de l’année 1987, Clark s’envole pour la Norvège dans le but de travailler avec les artistes Tov Ramstad et Ida Baalsrud. De cette collaboration naîtra Unstill Life in 1991 (SPV Records), contenant un titre éponyme ainsi que les chansons « The Moment », « Unstill Life », « Abuse and Empty Me ».
Problèmes de management artistique, réorientation musicale, The Law is an Anagram of Wealth est lancé en 1993, cette fois encore en collaboration avec Tov Ramstad, mais aussi celle de Paul Downing, Martyn Bates (ndlr : Eyeless in Gaza) ainsi que Andy Bell du groupe Erasure : forte du succès rencontré, une tournée européenne s’ensuivra. Dès l’année suivante, Psychometry est lancé dans les bacs avec une part belle faite à la musique acoustique, culminant avec l’enregistrement live d’un concert sur la scène de la Passionskirche à Berlin. Un retour au folk et au classique avec Just After Sunset (1998), fruit de la collaboration avec Martyn Bates, qui met en lumière l’œuvre du poète allemand Rainer Maria Rilke traduite en anglais, un album redistribué quatre années plus tard après que Clark ait retrouvé les droits d’en exploiter le contenu.
Enregistré entre autres musiciens avec son guitariste Murat Parlak, From The Heart – Live in Bratislava vient rejoindre en 2003 la série des albums acoustiques. Invitée comme choriste guest sur  l’album Self-inflicted (2005) d’Implant, sa collaboration avec le groupe belge se continuera sur leur maxis Too Many Puppies et Fade Away, pour lequel elle partage un duo avec Claus Larsen (ndlr : du groupe Leather Strip) avant de boucler la boucle avec leur album Audioblender. Un séjour en Allemagne sera l’occasion pour la chanteuse de signer une nouvelle production solo The Smallest Act of Kindness, en septembre 2008. Et de signer, dans la foulée, le premier chapitre d’un nouveau projet intitulé Past & Future Tense, première réalisation de son propre label, After Hours Productions, revisitant de manière originale son catalogue musical avec l’aide de musiciens, producteurs et Djs innovants.

Le passé et le futur
Par ses choix de carrière et ses prises de risques, Anne s’est forgée une place unique dans la musique contemporaine, avec ce mariage de figures stylistiques et de revendications appuyées dont elle seule a le secret. 30 après ses débuts, son œuvre sonne encore furieusement d’actualité, que ce soient les samples électroniques précurseurs de The Sitting Room (1982), le synthé analogique de Sleeper In Metropolis (1983) ou Our Darkness (1984), les touches de jazz minimaliste nordique de Unstill Life (1991), les interprétations poétiques des traductions de Rainer Maria Rilke sur Just After Sunset (1997), ou le tout électronique à l’acoustique dépouillée de The Smallest Acts Of Kindness (2008), peu d’artistes peuvent se targuer d’avoir couvert d’un si large spectre une carrière aussi longue et riche que la sienne. Malgré une renommée inversement proportionnelle à la richesse de son œuvre, Clark s’est mis en quête de nouvelles façons de s’exprimer et de communiquer, repoussant chaque fois un peu plus les limites de la musique et du langage : en cela, assister à un de ses concerts est une expérience à part entière.

Quid de l’actualité de cette « rappeuse de l’électronique », un  de ses nombreux sobriquets ? Après avoir fignolé avec son pianiste Murat Parlak l’arrangement sonore du poème Enivrez-Vous de Charles Baudelaire, pour les besoins du livre audio Die künstlichen Paradiese paradises), (Hörbuch Hamburg/Radio Bremen), participation développée en concept live avec une performance au Volkesbühne de Berlin en octobre 2011, même travail leur est maintenant demandé pour une réflexion cette fois-ci autour de la poésie d’Emily Brontë. Que les fans se rassurent : on retrouvera la chanteuse et son groupe pour toute une série de concerts cette année, en commençant par Zürich, puis en passant par l’Allemagne, la Belgique, l’Espagne, sans oublier la France avec deux dates (Paris, le 24 novembre 2012, au Divan du Monde et le 27 novembre au Bikini de Toulouse).

La musique ? Définitivement quelque chose d’incroyablement important à ses yeux. Concédant que peu de d’artistes s’aventurent là où elle l’a fait, l’artiste reconnaît à ce sujet : «  Toute ma vie, celle-ci a occupé une place très importante… pour différentes raisons. En plus d’aider à l’échelle individuelle, cela rapproche les gens tous ensemble et exprime ce que le langage et certains autres moyens ne permettraient pas de faire». http://alternation.eu/interview_with_anne_clark,id,377,wywiady.html. Le meilleur pour la fin : on terminera par les paroles pleines d’une beauté triste, de Sleeper in Metropolis, assez représentatives de l’univers clarkien : « No alternative could grow/ Where love cannot take root/ No shadows will replace/ The warmth of your contact,  ainsi traduites en français : « Aucune alternative ne peut s’ériger / Là où l’amour ne peut prendre racine / Aucune ombre ne remplacera / La chaleur de ton contact ».

(Les photos proviennent du site http://www.facebook.com/anne.clark.music).

Sources

Sites internet

Main Page

http://anne-clark.believeband.com/?lang=fr

http://www.allmusic.com/artist/anne-clark-mn0000488063

Articles

Anne Clark in Le rock dictionnaire illustré, Larousse (1997)

Interview with Anne Clark : http://alternation.eu/interview_with_anne_clark,id,377,wywiady.html

Anne Clark – interview 2004  : http://www.postwave.gr/content/view/21/

Exclusive electrowelt Interview with Anne Clark : http://www.electrowelt.com/index.php?option=com_content&view=article&catid=1%3Alatest-news&id=544%3Aexclusive-interview-with-anne-clark&Itemid=58

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.