Livres

Grumf – Enfin Libres

« La première BD biodégradée », nous dit un petit autocollant sur la couverture de Grumf. Scénario et dessin se dégradent en effet à mesure que les générations avancent et que la société tombe en déchéance. Le duo Enfin Libres livre un brillant raisonnement par l’absurde sur les dérives de la politique.

Le monde va mal… Dans un futur proche, où les vélos ont pris le dessus en ville et les quelques voitures qui restent sont chinoises, un décret signe la fin de l’argent virtuel et la mort des bourses. Ce n’est là que le premier pas. Le premier pas vers une société où la sécurité doit absolument prendre l’ascendant sur le confort, jusqu’à l’absurde. Le casque antibruit ? Il coupe l’ouvrier du monde extérieur… Interdit ! De toutes manières, tous les engins de chantier bruyant sont déjà passés à la trappe… Tout ça ne vous rappelle rien ? « Mangez cinq fruits et légumes par jour », « Ne roulez pas vite », « Fumer tue »… Autant d’infantilisations que les auteurs ont poussé à leur paroxysme.

Le trait de génie provient de la narration. Le récit suit plusieurs générations d’une même famille, montrant un peu plus le déclin de cette société surprotégée. A chaque génération, la qualité du dessin s’amenuise, le scénario devient plus simple (il faut dire que le langage universel qui se met en place au fil des ans ne fait rien pour aider…). De magnifiques et complexes aquarelles au départ, Grumf se termine sur de simples crayonnés au trait minimaliste au bout de la sixième génération. Un récit brillant et caustique, jusqu’au-boutiste dans sa réalisation. A ne pas louper !

Grumf – Enfin Libres, Scénario : Philippe Renault, Dessin : David Barou. Editions La Boîte à Bulles, 13 €

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.