Christian Vanneste et ses propos homophobes

Les dérapages en politiques, il y en a tellement qu’on ne les compte plus. Entre les lapsus et les propos choquants, rien de mieux que ça pour passer au zapping. Le 10 février, le dérapage de Christian Vanneste a fait couler beaucoup d’encre.

Christian Vanneste, le député du Nord, avait déjà fait parlé de lui en 2004 en déclarant que l’homosexualité était « un comportement proche du réflexe et comme tous les réflexes, plutôt négatif, que l’on peut inhiber ou rééduquer ». Plus tard, il déclara que « l’homosexualité est une menace pour la survie de l’humanité ». De quoi se mettre à dos tout la communauté homosexuelle et ce fut bien le cas puisque les associations comme SOS Homophobie avaient déjà porté plainte à l’époque pour « injures en raison de l’orientation sexuelle ». Pour ces propos, le député UMP aurait été condamné à 3 000 euros d’amende ainsi que 6 000 euros de dommages et intérêts aux plaignants si la décision n’avait pas été annulée sous prétexte de « Liberté d’expression ».

Mais voilà que Vanneste récidive ! Le 10 février dernier, il a déclaré sur le site libertepolitique.com que la déportation des homosexuels en France lors de la seconde guerre mondiale était « une légende ». Il n’en fallait pas moins pour créer la polémique et au député de se défendre « Si je me suis trompé, je serai le premier à m’excuser. Je voulais simplement dire que la déportation homosexuelle a essentiellement concerné l’Allemagne. Je ne vois pas de raison de polémiquer là-dessus. C’est le lobby gay qui crée la polémique. ». Jean-François Copé a été le premier à condamner les propos de Vanneste en annonçant qu’il allait engager une procédure d’exclusion à l’encontre du député. Quant à Nicolas Sarkozy, alors qu’il déclarait sa candidature au JT de TF1 le 15 février, dit « avoir en horreur tout ce qui de près ou de loin ressemble à de l’homophobie ». Rappelons quand même que le candidat UMP s’oppose au mariage homosexuel, n’est-ce-pas là un rejet de l’homosexualité ?

Mais Vanneste n’est pas seul. Ces derniers jours, ce sont deux personnalités bien loin d’être inconnues qui lui ont apporté leur soutien. La première est Serge Klarsfeld, président de l’association Fils et Filles de Déportés Juifs de France qui explique que selon lui, les déportés homosexuels auraient été déportés parce qu’ils étaient juifs ou résistants, mais en aucun cas pour leur orientation sexuelle puisque les homosexuels étaient emprisonnés. La deuxième personnalité ayant donné raison au député Nordiste n’est autre que le non moins controversé Éric Zemmour. Il rajoute que les seuls déportés homosexuels étaient alsaciens et que l’Alsace faisait partie de l’Allemagne à cette époque. Certes le « triangle rose » avait bel et bien existé dans les camps de concentration, mais personne n’en portait en France, assure le chroniqueur sur l’antenne de RTL après avoir violemment critiqué « les ignorants et les lâches qui crient au révisionnisme historique alors que ce sont eux qui falsifient l’histoire ».

« Critique de l’homosexualité et de son narcissisme », tel était le nom de la vidéo dans laquelle Vanneste a tenu ces propos choquants mais pour lesquels il ne s’excusera pas. Il va même jusqu’à se faire passer pour la victime car, selon lui, on l’aurait mal compris. Malgré tout, le député du Nord encourt jusqu’à 1 an de prison et 45.000 euros d’amende, ainsi que son exclusion de l’UMP.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.