Musique

Les Blaireaux – On aurait du changer de nom

Connaissez vous le groupe Lillois, Les Blaireaux ? Non ?! Alors cession de rattrapage, surtout que le groupe a sorti hier un double album « On aurait du changer de nom » en guise de Best-of.

10 ans de carrière pour le groupe nordiste, l’occasion de retracer leur parcours depuis la sortie de leur premier album « Pourquoi vous ne changez pas de nom ? «  en 2000. Ce premier opus est le meilleur des 6 albums édités par le groupe et le second propose des chansons inédites, des reprises…

En 2003, la sortie de l’album  » Le sens du poil » permet au groupe de se créer des chansons fortes comme « L’auberge du Chat qui pète » ou encore « Pom pom pom frites ».

 

En 2007, le groupe prend une nouvelle dimension en travaillant notamment avec Emily Loizeau, Manu de Tryo ou encore Pierre Sangra pour réaliser l’album  » Parades prénuptiales« . Le groupe d’impose peu à peu dans le paysage de la chanson francophone avec une quinzaine de morceaux blaireautiques.

Trois ans plus tard, les  Blaireaux sortent un album live «  En concert au Spendid«  mais aussi « Bouquet d’orties« . Un recueil d’histoire courses autour du foot, des profs ou encore des charentaises …. Ils auraient pu décrocher le Gongourt 2010 !

Vous l’aurez compris dans ce double album vous retrouverez le nectar de Blaireau, note particulière pour le second album.

Sur quelques titres on peut découvrir un nouveau texte, tout aussi exquis je pense notamment à « Balance l’info ». Je suis toujours sous le charme “ Des Moustaches à la Nietzsche”.

Mais pour parler de la sortie de ce double album, il nous fallait rencontrer Alexandre, chanteur du groupe.

Rencontre avec Alexandre, chanteur des  Blaireaux.

 

Vous sortez un double album  » On aurait du changer de nom « . L’occasion pour vous de sortir un best of (cd1) et un album inédit (cd2). Comment est venu ce projet ?

Malheureusement pour nous et pour l’industrie du disque, peu de gens possèdent l’intégrale des Blaireaux. Beaucoup sont passés à côté de purs chef d’oeuvre, faute d’avoir tous nos disques. Ils ont l’occasion de se rattraper avec ce best-of. Beaucoup de gens souhaitaient aussi réécouter les chansons du premier disque (Vive les Ch’troumpfs, Dans notre maison en Lozère, Blaireggae) enregistrées dans une cave au Biplan en 1999 et introuvables depuis dix ans.

Le premier cd retrace le meilleur de vos 6 albums. Comment avez vous choisi les chansons ?

De manière purement subjective. Nous avons tout réécouté ensemble et choisi presque toujours à l’unanimité les morceaux qui nous semblaient les plus intéressants et les plus représentatifs de notre histoire. Ce fut parfois pénible de nous réentendre quinze ans plus tôt à une époque où le métronome n’existait pas et où nos voix n’avaient pas encore mué.

Pourquoi avoir choisi ce nom « On aurait du changer de nom  » en référence à votre premier album « Pourquoi vous ne changez pas de nom ? »

Parce que quinze ans après nos débuts, on nous pose toujours la question… La semaine dernière, un technicien nous a encore avoué qu’il s’attendait à voir débarquer un groupe de punk dans sa salle. Après, c’est un titre un peu provocateur pour que les gens nous câlinent ensuite : « Mais non, il est très bien votre nom… »

Le cd2 c’est du live et de l’inédit. Vous avez combien de chansons inédites en stock ?

On a mis toutes les chansons inédites qu’on avait en stock sauf la version porno-hard de « La fille du chef de gare » et une chanson qui s’intitule « Quand j’étais tout petit » parce que quelqu’un dans le groupe dont je tairai le nom n’assumait pas son solo de trombone.

Les fans se régaleront car de nombreux textes sont inédits ainsi qu’au niveau des arrangements. Vous avez réécrit les morceaux pour l’occasion ?

Non, nous n’avons rien réécrit. Les inédites sont des ébauches ou bien des versions qui avaient tourné très longtemps sur scène ou en répétition avant d’être enregistrées autrement pour le disque.

Quels sont vos projets maintenant ? Vous repartez en tournée ou vous travaillez sur un nouvel album ?

Nous sommes en tournée permanente depuis quinze ans, raison pour laquelle une petite pause s’impose à la rentrée prochaine. Histoire pour certains d’aller chercher un peu d’inspiration dans des pays exotiques et pour les autres de donner corps à de nouveaux projets musicaux auxquels ils participent.
Dans six albums vous ressortez un nouveau  » best of  » ?

Dans six albums, le disque n’existera plus. Mais nous serons toujours sur scène avec nos déambulateurs et nos couches !

 

Pour terminer cet article rien de tels que quelques images :

 

 

 

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.