Hommage à

Elizabeth Taylor

Elizabeth Taylor, l’une des dernières flammes rescapée de l’âge d’or du cinéma hollywoodien vient de s’éteindre. Retraçons les grandes lignes de sa vie.

Aussi connue sous le diminutif de Liz Taylor, elle vit le jour le 27 février 1932 à Londres, dans le quartier d’Hampstead. Elle est ce qu’on appelle dans le milieu du cinéma une enfant star. Elle commence sa carrière à l’âge de dix ans. Dés le début, le succès lui sourit avec des films tels que Fidèle Lassie, Les Quatre Filles du docteur March, Le Père de la mariée, Une place au soleil et Géant. Véritable étoile d’Hollywood dans les années 1950 et 1960, elle est récompensée par deux Oscars pour ses interprétations de La Vénus au vison et de Qui a peur de Virginia Woolf  ?. Elle joue également dans des gros succès tels que La Chatte sur un toit brûlant, Soudain l’été dernier, Cléopâtre et La Mégère apprivoisée. Elle se fit plus discrète du monde du septième art dès les années 1970 pour des raisons de santé, l’insuccès de ses projets cinématographique et son combat contre le SIDA (elle se lança dans cette lutte acharnée en 1985 après la mort de son ami Rock Hudson).

Née en Angleterre dans la banlieue cossue de Londres, Elizabeth Taylor a la nationalité britannique, bien que ses deux parents soient Américains. Elle prend ses premiers cours de danse classique à l’âge de trois ans. En 1939, elle emménage à Los Angeles. La petite famille a dû quitter l’Europe à cause du début des hostilités de la Seconde Guerre mondiale. C’est lors de leur emménagement à L.A que sa maman lui fait découvrir le cinéma et la présente aux studios de Hollywood. Elle complète l’éducation d’Elizabeth en lui faisant suivre des cours de chant, de danse et d’équitation. Fréquentant les lieux « in » du moment, elle attire ainsi l’attention d’un dirigeant de Universal Pictures, qui lui offre un contrat de six mois. Son premier rôle est obtenu en 1941 pour le film There’s One Born Every Minute mais cette enfant « au regard d’adulte » ne convient pas aux Studios Universal. Ils ne renouvellent pas son contrat. Maman est très déterminée. Elle part donc à l’assaut des maisons de production et décroche un casting pour un film de la Metro-Goldwyn-Mayer. Grâce à elle et à son accent anglais impeccable, Elizabeth obtient le petit rôle de Priscilla dans Fidèle Lassie (Lassie Come Home, 1943). Ce succés fait signer aux Taylor un contrat de un an à la MGM. Même si elle fait deux apparition non-créditées dans les films Jane Eyre et Les Blanches Falaises, cela lui permet de connaître des stars reconnues comme Orson Welles et Joan Fontaine entre autres. Son premier grand rôle est obtenu pour Le Grand National aux côtés de Mickey Rooney, LE plus connu des enfants stars de l’époque. Les recettes de ce film avec ses plus de 4.000.000 dollars lui font intégrer la MGM pour une longue-durée. Elle poursuit alors ses études avec d’autres enfants-star à la Little Red School où elle reçoit son diplôme d’études en 1950.

Dès lors, Liz ne cesse d’enchaîner les tournages. C’est dans Le Courage de Lassie en 1946, qu’elle retrouve la mascotte de la MGM. La même année, elle incarne le rôle d’Amy, la petite peste dans Les Quatre Filles du docteur March.

1950, année de son premier mariage. L’élu de son coeur n’est autre que l’héritier des hôtels Hilton, Conrad « Nicky » Hilton Jr. Au bout de neuf mois, ce mariage se solde par un divorce.

Lors de sa seizième année, la MGM la trouve assez mature pour incarner l’épouse de Robert Taylor dans Guet-apens et poursuit le même rôle d’épouse dans Le Père de la mariée et Allons donc, papa !, comédies où elle a pour parents Spencer Tracy et Joan Bennett. Une amitié forte va naître entre elle et Montgomery Cliff lors de la première de L’Héritière. Ils tournent ensemble en 1951 Une place au soleil pour la Paramount Pictures.

La véritable héroïne séquestrée et menacée de viol par George Sanders éclipse le couple vedette Robert Taylor-Joan Fontaine d’Ivanhoé, tourné aux studios de Boreham Wood en Angleterre. C’est à cette période qu’elle rencontre l’acteur Michael Wilding à Londres. Elle l’épouse en 1952. Liz donnera à Michael deux enfants, Michael Howard Wilding (né en 1953) et Christopher Edward Wilding (né en 1955). Elle tourne ensuite sous les directions de Stanley Donen, Charled Vidor, William Dieterle, Curtis Bernhardt et Richard Brooks pour respectivement Une vedette disparait/Love Is Better Than Ever, Rhapsodie, La Piste des éléphants, Le Beau Brummel, La Dernière Fois que j’ai vu Paris en 1954. Elle enchaîne les années suivantes deux superproductions. La première, Géant en 1956 (peinture d’une famille texane où ses acolytes ne sont autres que…James Dean et Rock Hudson!). Géant coûta plus de 5 millions et est encore l’un des plus grands succès de la Warner. Puis L’arbre de Vie, film d’époque sur fond de guerre de Sécession. La MGM veut supplanter Autant en Emporte le Vent, et bien que le projet mijote pendant 6 ans en production ce n’est pas pour autant qu’il est un très grand succès au box office. Le tournage est interrompu deux mois car Montgomery Clift est victime d’un accident de voiture après une réception donnée par Liz. Sa mâchoire et son visage son brisées de moitié. Elle sauve la vie de son ami en lui retirant les dents qui l’étouffaient. Peu de temps après, elle rencontre Mike Todd, inventeur du procédé Todd-AO et producteur de cinéma (Tour du monde en 80 jours). Ce coup de foudre la décide à divorcer Michael Wilding puis se remarie avec Mike Todd en 1957. Elle donne à Mike une petite fille, Liza. Mais sept mois plus tard, un drame touche la petite famille : Mike se tue dans un accident d’avion. Elizabeth n’a pas pu terminer le tournage de La Chatte sur un toit brûlant. Bien qu’inconsolable, elle termine tant bien que mal le tournage avec l’aide du réalisateur Richard Brooks et Paul Newman, son partenaire.

Elle attendrit l’Amérique par ce tragique événement mais en s’affichant au bras du chanteur Eddie Fisher (meilleur ami du défunt Mike), c’est en briseuse de ménage qu’elle est désormais vue. Même si la presse se frotte les mains de cette relation, cela n’empêche pas le mariage Taylor/Fisher en 1959.

1961 marque l’obtention de son premier Oscar pour son rôle de prostituée dans La Vénus au vison.

La presse se réjouit à nouveau de sa nouvelle relation avec… Richard Burton.

En 1963, elle est l’actrice la mieux payée du cinéma. Elle touche le cachet d’1 million de dollars + 10% des bénéfices pour jouer le rôle-éponyme dans Cléopâtre pour la 20th Century Fox. Elle travaille la première fois avec son futur mari, Richard. Le tournage commence à Londres dans les studios de Pinewood en septembre 1960. Rapidement la production vire à la catastrophe. Les décors faramineux sont acheminés en Angleterre, la pluie, le froid et le brouillard perturbent le tournage et Liz Taylor tombe malade. Mais en septembre 1961, après un remaniement du casting et un déménagement des studio de Londres à Rome, le film se termine après avoir mis au bord de la faillite (selon la légende) les studios de la 20th Century Fox.

Liz Taylor avec Cléopâtre atteint le sommet de son art. Sa passion brulante pour Burton enflamme les écrans. Parmi les huit films qui suivent, sept se tournent avec lui. Elle remporte son second Oscar pour le rôle de Martha dans le film Qui a peur de Virginia Woolf ? (film pour lequel pour elle prend quinze kilos et se vieillit de vingt ans).
Le couple Taylor/Burton produit leur film suivant, La Mégère apprivoisée, comédie de Shakespeare adaptée par Franco Zeffirelli. Liz apparaît également en Hélène de Troie dans un film co-réalisé par son mari.
Puis elle tourne dans Reflets dans un oeil d’or avec Marlon Brando. Burton juge publiquement son rôle dans Les Noces de cendre (nommée au Golden Globe de la meilleure actrice) vulgaire et sans intérêt.

Aux côtés de Richard Burton, elle est encore l’héroïne au cinéma de Hammersmith Is Out (inspiré par la légende de Faust et Ours d’argent à Berlin) et de Under Milk Wood. Mais elle accumule les échecs et critiques cinematographiques, car ni Las Vegas, un couple ni Une belle tigresse, n’emballent l’enthousiasme. En 1976, c’est avec d’autres grands noms du cinéma (Kirk Douglas, Anthony Hopkins, Burt Lancaster) qu’elle joue dans Victoire à Entebbé. L’Oiseau bleu, film extrêmement couteux, tourné en Russie, elle incarne l’amour maternel et Ava Gardner le vice… Ce film est un gros flop, tous les médias la caricature et se moquent cruellement de son physique.

Malgré ses nombreux problèmes de santé, Elizabeth reste très active. Elle joue des roles dans des séries télévisées comme Hopital Center, La Force du destin et même Les Simpson (où elle prête sa voix à Maggie Simpson). En 1985, elle revient, bronzée et amincie, dans la saga Nord et Sud.

Elizabeth Taylor a consacré tout au long de sa vie beaucoup de temps et d’énergie à la collecte de fonds pour la lutte contre le SIDA. Elle a également aidé au lancement de l’American Foundation for AIDS Research (amfAR), aux côtés du Dr Mathilde Krim et de médecins, après la mort de son ami Rock Hudson en 1985. Par sa notoriété publique, elle réussi à attirer l’attention des médias et toucher des millions de personnes. En 1986, elle est apparue dans quelques spots télévisés dont Men, Women, Sex & AIDS dans le but de sensibiliser sur son action. En 1991, elle fonde sa propre organisation The Elizabeth Taylor AIDS Foundation, le but étant de recueillir des fonds pour lutter contre ce fléau dans le monde entier. Elle a également apporté son soutien à plusieurs événements majeurs, dont la Journée mondiale de lutte contre le SIDA et pour les soirées organisées au Festival de Cannes chaque année pour l’amfAR, soirées présidées par Sharon Stone depuis 2004.

Liz vouait une passion certaine et une certaine passion pour la… joaillerie, mais aussi les fourrures et la haute couture. Elle est une cliente et une amie fidèle du bijoutier créateur Shlomo Moussaieff. Tout au long de sa vie, elle devient la propriétaire d’une grand nombre de pièces de haute lignée tel que le Krupp Diamond de 33,19 carats (6,64 grammes), ainsi que le Taylor-Burton Diamond de 69,42 carats (taillé en poire qu’elle porté lors de la fête d’anniversaire de Grace Kelly, – offert par Burton pour son 40e anniversaire -, après leur divorce, il est vendu aux enchères en 1978 pour la somme de 5.000.000dollars. Pour la Saint Valentin en 1969, Richard lui offre la Peregrina Pearl (perle de 50 carats, jadis détenu par Marie Ire d’Angleterre). La marque Bulgari organise une exposition en France Du 10 décembre 2010 au 12 janvier 2011. La marque convie l’actrice a dévoiler pour la première fois des pièces exceptionnelles de sa collection privée.

En plus de commercialiser sa propre ligne de bijoux, elle crée trois fragrances : Passion, White Diamonds et Black Pearls.

Elle est aussi une habituée des maisons de haute couture. Conseillée par Edith Head et Helen Rose (habilleurs à la MGM), elle choisit ses propres vêtements en optant pour ceux qui la mette le mieux en valeur. Elle popularise les modèles de Valentino et d’Halston.

C’est en novembre 2004 qu’elle annonce son diagnostic d’insuffisance cardiaque : une anomalie de la fonction cardiaque est responsable de l’incapacité du myocarde à assurer un débit cardiaque suffisant pour couvrir les besoins énergétiques de l’organisme. Sa santé est un problème constant tout au long de sa vie : elle s’est brisée le dos à cinq reprises, a dû être hospitalisée pour deux pneumonies, un cancer de la peau et pour une tumeur au cerveau, souffrant d’ostéoporose et née avec une scoliose, elle utilisait un fauteuil roulant pour ses déplacements.

Elisabeth Taylor quitte le monde des vivants le 23 mars 2011 des suites d’une insuffisance cardiaque, à l’âge de 79 ans pour rejoindre celui des étoiles éternels où demeurent chacun de ses amis…

Petits récapitulatifs

Les relations officielles d’Elizabeth :

Elizabeth Taylor fut mariée huit fois avec sept hommes différents :

du 6 mai 1950 au 29 juin 1951 avec Conrad Nicholson Hilton Jr. dit Nicky Hilton

du 21 février1952 au 26 janvier 1957 avec l’acteur Michael Wilding

du 2 février 1957 au 22 mars 1958 avec le producteur Michael Todd

du 12 mai 1959 au 6 mars 1964 avec le chanteur Eddie Fisher

du 15 mars 1964 au 26 juin 1974 avec Richard Burton (premier mariage)

du 10 octobre 1975 au 29 juillet 1976 avec Richard Burton (second mariage)

du 4 décembre 1976 au 7 novembre 1982 avec le sénateur John Warner

du 6 octobre 1991 au 31 octobre 1996 avec l’industriel Larry Fortensky

Un neuvième mariage avait été évoqué avec son agent et compagnon de la comédienne depuis quelques années, Jason Winters de presque trente ans son cadet

Ses enfant :

De ses différentes unions, Elizabeth Taylor a eu plusieurs enfants :

– avec Michael Wilding : Michael Howard Wilding (né le 6 janvier 1953) et Christopher Edward Wilding (né le 27 février 1955)

– avec Michael Todd : Elizabeth Frances Todd, surnommée Liza (née le 6 août 1957)

En outre, durant son mariage avec Eddie Fisher en 1964, elle entama avec celui-ci des démarches visant à l’adoption d’une petite fille, qui fut en fin de compte adoptée par Taylor et Burton : Maria Burton (née le 1er août 1961).

You Might Also Like

No Comments

    Laisser un commentaire

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.