Chroniques ordinaires Humeurs

Les musiciens du métro

« Là-bas… tout est neuf et tout est sauvage… ». Vous vous rappelez sans doute ce célèbre duo de Jean-Jacques Goldman avec Sirima, une chanteuse rencontrée dans le métro. La preuve que les musiciens qu’on y trouve sont capables du meilleur. Mais parfois aussi du pire. Chaque jour de la semaine il est possible de croiser le chemin d’un musicien différent. Mais la grande question est de savoir si c’est une bonne idée de débrancher son iPod pour jeter une oreille à ce qui se joue.

Lundi

La gare Montparnasse est bondée comme tous les soirs et le chemin entre les quais de la ligne 4 et ceux des trains SNCF s’annonce une épreuve. Il passe par cet immense couloir aux trottoirs roulants. Ce soir, un groupe sud-américain est là, distillant un son des Andes à la flute de pan. L’organisation montre que ce ne sont pas des amateurs, un grand groupe avec de nombreux instruments, vente de CDs, etc. Efficace et qui donne la pêche. Tant mieux, votre petite sœur a pollué votre iPod pendant le week-end avec une compil de Lorie.

Mardi

Aujourd’hui, vous devez passer par la station Madeleine. Là encore, l’exotisme y a lieu. Mais comme dirait Francis Blanche, ici, on se risque dans le bizarre… Une dame asiatique gratte à n’en plus pouvoir un instrument à cordes indéfinissable. Avec le calme qui sied à son continent. Une note toutes les trente secondes, pas plus. Une sorte de miaulement bref et désaccordé qui vous fait immédiatement penser aux tortures viet contées par votre voisin. Vous tentez d’augmenter le son de votre iPod mais ce fond sonore vous brouille l’écoute.

Mercredi

Le trajet du jour consiste à récupérer la ligne 6 à l’Etoile. Après quelques stations égrenées d’un œil et d’une oreille endormis, un homme à l’accent de l’Est entre dans le wagon. Il porte un accordéon en bandoulière et commence à jouer ses morceaux, toujours les mêmes. C’est au moment où la rame entame la traversée du pont de Bir-Hakeim que l’instrument fatigué entonne « La Vie en Rose ». Vous voyez la Tour Eiffel s’approcher, les péniches sur la Seine… Même les yeux fermés, cette musique de toujours vous rappelle ces images. Elle vous fait alors sourire, un brin de nostalgie s’empare de votre cœur et vous vous rappelez que Paris n’est pas seulement cette fourmilière de réseau souterrain bondé qui vous mène de gré ou de force dans un bureau confiné.

Jeudi

Cette fois, on s’approche de la bourse. Encore un homme de l’Est qui s’engouffre dans le wagon. Un instrument plus qu’étrange, sorte de planche vermoulue sur laquelle sont tendues des cordes de diverses longueurs. Le tout attaché en bandoulière autour du coup. Vous vous imaginez tout de suite que cet individu doit se nourrir de doubitchou au petit déjeuner, rien qu’à voir l’allure de son instrument de musique. C’est alors qu’il sort deux petits maillets de sa poche et se met à taper frénétiquement sur les cordes. Chauffe Marcel ! Une concentration qui lui impose de tirer la langue d’une manière comique. Malheureusement pour lui ses cordes ne sont pas assez vocales pour couvrir la rumeur du métro. Il n’empêche, c’est un spectacle à lui tout seul.

Vendredi

Dans le RER A, direction Gare de Lyon, vous voyez entrer un type aux longs cheveux blonds. Un look d’étudiant américain, impression sans doute donnée par sa veste qui semble sortie d’un surplus de l’armée et une guitare fatiguée. Vous n’y prêtez guère plus d’attention jusqu’à ce qu’il commence à jouer. A Change is Gonna Come. Vous avez la version de Naomi Shelton sur votre iPod. Mais vous n’avez plus envie de l’écouter. Ce chevelu est juste impressionnant de justesse. Maintenant son équilibre on ne sait comment à chaque cahot du wagon, il met toute son âme dans son interprétation. Vous vous rappelez à l’instant que ça fait un bout de temps que vous n’êtes pas allée voir un concert. Mais à ce moment précis, vous vous en fichez, vous avez mieux en face de vous. D’ailleurs, qu’est-ce qu’il fout là, ce musicien ? Pourquoi personne ne lui a-t-il donné sa chance encore ? Ah non, on me dit que les stocks de Christophe Maé ne sont pas encore écoulés…

You Might Also Like

2 Comments

  • Reply
    Velc
    21 juin 2010 at 13:09

    Phoebe Bouffet éjectée du métro?? Bigre!
    Mais oui en effet, c’est impressionnant de réalisme comme article. Seulement pour Paris malheureusement, Marseille se contente des accordéonistes assez euh…. catastrophiques? ‘Font mal aux oreilles en tout cas!

  • Reply
    Mathieu
    21 juin 2010 at 11:02

    Pas mal cet article, assez réaliste! Un peu trop même à mon gout, je trouve que ça manque d’humour et de sarcasme. 3ème ligne du paragraphe Jeudi, c’est « cou » et non « coup ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.