Média tics

Le souffle de la Coupe du Monde


Ça y est, la Coupe du Monde de football a commencé. En ce moment même la France affronte l’Uruguay. Les mots clés « World Cup », « Coupe du monde 2010 » explosent les tendances des moteurs de recherches tandis que chaque site de presse en ligne exploite au maximum l’évènement pour attirer les internautes et que les JT ont enfin quelque chose à se mettre sous la dent pour remplir leurs bulletins facilement.

En fait, la Coupe du Monde est partout, en Afrique du Sud bien sûr, dans les médias, chez nos voisins, et dans les conversations. Impossible d’ignorer que se déroule la compétition phare du football. Vous avez beau n’en avoir rien à faire, vous croiserez forcément son chemin.

Si dans un grand effort, un élan de curiosité ou même une volonté sincère, vous décidez de suivre l’évènement, vous allez comprendre ce que c’est de souffrir. Je ne parle pas d’un éventuel échec de l’équipe que vous soutenez, ni même des commentaires audio toujours aussi peu folichons en dehors des buts, mais de quelque chose de pire : le bruit provoqué par les supporters. Si vous allumez ne serait ce qu’un instant votre télévision, un affreux bourdonnement va envahir vos oreilles au point que vous aurez l’impression qu’on vous joue de la trompette dans votre salon, à deux centimètres de votre tête. En fait, cette année les supporters se sont particulièrement bien équipés avec un instrument pour le moins bruyant : la vuvuzela. A l’écoute, on peut dire qu’ils ne manquent pas de souffle. Le bruit est continu, et plutôt puissant comparé aux voix des commentateurs : un régal pour nos tympans ! Hum. Question réalisme, si en plus vous êtes équipés en technologie 3D, vous serez servis.

Personnellement je vais me passer de la transmission télévisée pour ce soir, histoire de préserver mes oreilles et ma tête. Et puis s’il se passe quelque chose, je devrais en être avertie assez rapidement par le voisinage. Et vous, prêts à risquer une surdité précoce ?

You Might Also Like

1 Comment

  • Reply
    dazman
    11 juin 2010 at 23:02

    Les Urugayens avaient avalé la fameuse trompette à la fin du match mais les français ont manqué de souffle et de rythme

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.